Dressage: Les Anglais mènent et Jessica continue
samedi 04 août 2012

londres Jessica Michel et Riwera
Jessica Michel et Riwera

La seconde journée de Grand Prix fut plus belle encore que la première : les cieux ont été plus cléments avec juste une petite averse et le sport a tenu ses promesses. La Grande-Bretagne garde la tête du classement provisoire par équipes grâce à Charlotte Dujardin, et Jessica Michel se qualifie pour la suite de la compétition individuelle.

Comme ils l’espéraient, les Grands Bretons passeront les quatre jours qui les séparent de la deuxième manche de la compétition par équipe à peaufiner leur stratégie pour rester en tête jusqu’au bout. Ils devront garder tout leur célèbre flegme, car les Allemands sont en mesure de garder leur titre acquis à Hong-kong : 78,84 à 79,44. Charlotte Dujardin, dernière Britannique à passer pour l’équipe vendredi, a fait mieux qu’assurer la leadership de son pays. Elle a offert avec Valegro une superbe reprise, dynamique mais d’une grande facilité avec juste une petite faute à la fin du zigzag, sans précipitation, avec de magnifiques lignes de changements de pied, entre autres, le tout dans une discrétion qui lui a valu la meilleure note attribuée au cavalier, 9,4. La belle entente et la confiance qui règne dans le couple s’est symbolisée à la sortie par le calme de Valegro, au petit trot pendant que sa cavalière saluait son public en délire des deux mains. Après une telle concentration et une moyenne de 83,66, c’est impressionnant.

Match serré en tête

Et de la concentration, il en fallait car peu avant Kristina Sprehe et Desperados étaient sortis avec un 79,11% qui mettait l’Allemagne beau Grand Prix, mais un ton en dessous de leurs possibilités et de leur adversaire, et terminent avec « seulement » 81,17, ce qui les met quand même 3e, la 2e place allant à Adelinde Cornelissen et Parzival auteurs d’un Grand Prix à la hauteur de leur carrière. La vedette néerlandaise n’a toutefois pas pu améliorer la 3e place au provisoire de son équipe. Mais si ces trois pays, Allemagne, Grande-Bretagne et Pays-Bas, finissent le Grand Prix Spécial sans encombre (la mésaventure du Canada a montré les problèmes que pose la limitation à trois équipiers), ce seront probablement les trois du podium, car le Danemark, 4e, est tout de même un peu loin (73,84 contre 76,80) pour disputer la 3e place, le cumul des deux reprises, GP et GPS, donnant le classement. Quant à la médaille d’or, il y a un vrai suspens !

Individuel : Jessica passe de justesse

Du côté de la compétition individuelle, les meilleurs espoirs de médaille se trouvent bien sûr parmi les leaders de ces trois équipes, seuls couples à avoir dépassé la barre des 80%, mais les trois suivants (K. Sprehe et surtout Carl Hester et l’Américain Steffen Peters dont le beau Ravel semble très en forme) pourraient prétendre les inquiéter. Plus loin, l’Italienne Valentina Truppa, dont le nom revenait parmi ceux des outsiders, a fait un bon Grand Prix (9e, 75,79), mais aura du mal à amener son grassouillet Eremo au niveau nécessaire. Quant à Victoria Max-Theurer, qui faisait partie elle aussi des outsiders, elle ne termine que 17e sans que des fautes coûteuses n’aient entaché sa reprise. A niveau équivalent de « réussite » technique, le Grand Prix a montré clairement que les cavaliers dont l’équitation est légère et donne de la fluidité à l’exécution, ont la faveur des juges.
C’est le cas des six premiers et de quelques suivants dont « nôtre » Jessica Michel. Malgré sa toute jeune expérience, Jessica a tenu la pression sans rien changer à sa façon de monter. Pourtant, dès le début un départ au galop inopiné aurait pu la déconcentrer. Mais ce ne fut pas le cas et malgré un piaffer encore insuffisant et quelques bistouilles, le couple du Hus sort 28e/50 avec un 70,41, forcément un peu décevant par rapport aux dernières moyennes qui étaient sur la montante, mais ce sont les Jeux : tous les meilleurs de la planète sont là. Jusqu’à la fin, tous ses supporters ont vécu dans l’angoisse qu’elle ne soit pas qualifiée pour le Grand Prix, car la barre devait se situer plutôt à 71%, mais finalement elle est la dixième des onze individuels qui peuvent poursuivre vers le Grand Prix Spécial. C’est déjà un beau résultat pour un cheval et un cavalier, chacun à ce niveau depuis septembre 2011 seulement.

Xavier Marie « très heureux »

Le mérite en revient aux qualités de la cavalière, mais aussi de son environnement, comme elle le dit elle-même, dont Simon, le groom attentionné de Riwera, Hans Heinrich Meyer zu Strohen, l’entraîneur prudent qui amène ainsi sa première cavalière de Grand Prix aux JO, et bien sûr Xavier Marie, propriétaire de Riwera. Dès la création de ce couple, il voulait le voir aux JO et lui a donné les moyens de progresser vers ce sommet : « Je suis très heureux, confiait-il après l’annonce de la qualification de son couple vedette. Ce n’est pas la meilleure reprise de Jessica, mais je crois que c’est le point commun de beaucoup de couples qui n’ont pas montré le meilleur de leurs capacités, pression olympique oblige. On n’y croyait plus vraiment, mais la qualification pour le deuxième tour, c’est génial. Je suis sûr qu’elle va aller au bout. Dommage que le juge français ait eu la dent dure (pour lui Riwera est 37e avec 69.043, alors que le juge américain la met 22e avec 71.096ù; Mais pour le juge F, elle est 41e avec 67.872%. Jean-Michel Roudier s’en explique dans le Tour d’Honneur d'aujourd'hui, samedi. Il faut remarquer toutefois que c’est une manie assez commune aux juges français d’être plus sévères avec leurs compatriotes que leurs collègues étrangers, ndla). En tout cas, c’était impressionnant de voir Jessica et Riwera faire leur entrée dans le stade olympique, continue Xavier Marie. Et, fidèle à son sens du défi, le propriétaire de conclure : « Je reviendrai pour la Kür, mais ne soyons pas trop présomptueux ! ». Tout le monde souhaite ce dénouement avec lui, mais pour cela il faudra entrer parmi les dix-huit meilleurs. La barre est élevée, mais pas totalement hors de portée si Jessica réussit à monter totalement décontractée, le 18e du Grand Prix étant à 72,81% et la finale individuelle n’étant accessible qu’à trois cavaliers de chaque nation. La Grande-Bretagne est la seule pour le moment à avoir ses quatre cavaliers dans ces dix-huit. Rendez-vous mardi 7 août pour le dénouement de la compétition par équipe à l’issue du Grand Prix Spécial (début à 10h, heure anglaise) et la suite de la compétition individuelle.

Commentaires


Bernadette B | 04/08/2012 20:36
BRAVO JESSICA...........la maman de BERTRAND