Essai transformé pour le dressage à La Boissière Ecole
mardi 03 juin 2008

bory8-molino-bonfire
Elodie Molino/Bonfire VDVoortveldshof - Ph. C. Bigeon

Depuis trois ans, le Haras de Bory, propriété de Patrick et Hélène Postillon, organise des concours de saut d’obstacles jusqu’au CSI mais c'était une première pour le dressage du 30 mai au 1er juin.

Le concours était organisé sur ce prestigieux site par l’intermédiaire de l’association La serpentine présidée par Alexandre Grosheney. Une association curieusement basée en Alsace. Mais tout s’explique. En effet, la genèse de ce nouveau Pro2 de dressage repose sur l’idée d’une cavalière de dressage originaire d’Alsace qui a été propriétaire et coach pendant quelques années au haras de Bory, Barbara Klinger. « Cela fait deux ans que je pensais à l’organisation d’un concours de dressage au Haras de Bory, le savoir-faire de l’association La Serpentine a permis cette concrétisation, » explique Barbara Klinger qui depuis a déménagé chez Francis Clément (le Clément de Toubin et Clément) qu’elle fait travailler en dressage en vue de la compétition de complet qu’il pratique en international.

Voilà les coulisses d’une première organisation du premier concours de dressage organisé à Bory. « Du 30 mai au 1er juin, nous avons enregistré une moyenne de 120 à 130 partants par jour soit un total de 390 partants, explique le jeune président de La Serpentine Alexandre Grosheney, une association qui chapeaute depuis cinq ans le Pro élite de Bischwiller conjointement avec Véronique Bernard. Ce premier Pro2 du Haras de Bory est un succès qui répond à un manque d’organisation sur l’Ile de France. Ce succès est à relativiser pour le Master ibérique qui n’a rassemblé que 35 chevaux, sans doute parce que c’est une nouveauté en région parisienne. » Quinze jours après le Grand National d’Auvers et une semaine après le Pro élite de la Garde républicaine (Paris), le Pro2 du Haras de Bory, n’a pas regroupé un grand nombre de cavaliers de haut niveau, mais offrait une large palette d’épreuves, des jeunes chevaux jusqu’aux épreuves élite préparatoire. On a pu apprécier les prestations de Catherine Henriquet sur la A6 Amateur élite GP (A6 Saint Georges) du 1er juin qui place deux chevaux à la première et deuxième places, tout d’abord Paradieszauber (67,125%) puis Laisser-Faire (65,313%). Elle devance Danièle Gester Marin/Farahim des Cloets (64,250%). Deux couples de niveau inégal étaient inscrits sur la A2 Pro élite GP Préliminaire. Carlos Pinto et Novatel font une démonstration (66,615%) devant Jean de Cornois/Pegasus (52,344 %).

%). La B2 Amateur 1 préliminaire (B2) qui clôturait le dimanche est remportée par une élève de D. Brieussel, Elodie Molino/Bonfire VDVoortveldshof (67,750% ) devant Catherine Sorieul/Mc Coy ( 64,688%) puis Franck Porte Joie associé à Maestro de l’Aubois. Un ancien cavalier de complet reconverti à 100% dans le dressage qui a classé deux autres montures 4e Uziethem de Pressel (64,313%), 5e Rozette (64,043%). Il participera juste après à l’ultime reprise, la B2 ibérique (réservée aux races ibériques) remportée par un cavalier camerounais formé depuis six ans par Michel Henriquet, Aoual Yaya Alioum associé à un entier ibérique de 6 ans Vendaval (65,375%) devant Franck Portejoie associé à Revoltoso XXVI (63,125%).