Hans Peter Minderhoud : « Zonik et moi devons apprendre à nous connaitre »
vendredi 28 mai 2021

Edward Gal et Glock's Zonik NOP, aujourd'hui lors du Grand Prix du CDI 3* de Compiègne
Edward Gal et Glock's Zonik NOP, aujourd'hui lors du Grand Prix du CDI 3* de Compiègne © PSV

Le CDI 3* de Compiègne était l’occasion de découvrir pour la première fois la toute nouvelle paire hollandaise formée par Hans Peter Minderhoud et Glock’s Zonik NOP. Pour une première sortie internationale, le couple a décroché la quatrième place dans un Grand Prix au plateau très relevé, avec une note de 73,152%. Le Néerlandais revient sur son épreuve et sur ce nouveau partenariat avec l’étalon de 13 ans.

Vous avez déroulé votre premier Grand Prix avec Glock’s Zonik NOP ce vendredi à Compiègne, dans le CDI 3*. Quel est votre sentiment sur cette épreuve ?

Je suis très content de nombreux moments de la reprise, mais nous avons aussi quelques fautes comme dans l’arrêt en début d’épreuve et dans les changements de pieds. Il y a donc eu du bon et du moins bon et les notes auraient évidemment pu être bien meilleures s’il n’y avait pas eu ces fautes mais il s’agissait de notre première reprise ensemble. Nous devons aussi apprendre à nous connaitre.

Si Zonik se trouve dans vos écuries, il est habituellement monté et présenté en concours par Edward Gal. Aviez-vous eu l’occasion de le monter auparavant ? 

Oui, lorsqu’il avait 5 ou 6 ans mais je ne l’ai jamais monté en concours, même sur une petite épreuve nationale. Même si je ne le connais pas très bien en tant que cavalier, je le suis depuis toujours sous la selle d’Edward, j’ai quasiment vu toutes les reprises qu’ils ont déroulées ensemble. Edward a pu me donner énormément d’indications sur le comportement du cheval en concours et dans le rectangle. Il m’a décrit les sensations que je devais ressentir en selle par rapport à la manière dont il allait se comporter sur la reprise.

Alors que vous travaillez au quotidien aux côtés d’Edward Gal, vous n’avez pour autant pas la même manière de monter. Est-ce alors difficile de passer derrière lui ? 

En effet nous ne sommes pas identiques en tant que cavaliers, mais je connais l’histoire du cheval et je sais comment Edward le travaillait. Les premières semaines se sont très bien passées, puis nous avons eu quelques doutes, mais ça se passe toujours comme cela avec un nouveau cheval.

Pourquoi avoir finalement pris les rênes de Zonik alors que vous êtes d’ores et déjà présélectionné pour les Jeux olympiques de Tokyo avec Glock’s Dream Boy NOP ? 

Aujourd’hui Edward a ses deux étalons, Glock’s Toto Jr NOP et Glock’s Total US, qui sont qualifiés pour les Jeux de Tokyo mais nous avions au début évoqué le fait que je puisse monter Glock’s Toto Jr comme deuxième ou même premier cheval. La pandémie de Covid-19 a chamboulé nos plans puisqu’Edward n’a pas pu qualifier Toto Jr en fin d’année dernière. Si cela avait été le cas, j’aurais alors pu faire un ou deux concours avec lui en début d’année 2021 pour voir comme cela se passait et ainsi décider lequel d’Edward ou moi aurait le plus besoin du cheval. Nous avons donc réfléchi à un plan B et avons pensé à Zonik. 

Participer au CDI 3* de Compiègne était donc une décision de dernière minute afin de décrocher vos premiers scores qualificatifs pour Tokyo ? 

Oui. J’avais initialement prévu de le prendre sur deux autres concours mais nous avons été bloqués pendant deux semaines et demie à cause d’un abcès de pied ! C’est pour cette raison que j’ai décidé de venir à Compiègne. La semaine prochaine, nous avons les championnats nationaux hollandais qui sont une étape de sélection obligatoire pour les Jeux de Tokyo. Ils se déroulent sur deux épreuves donc je pense participer à ce championnat en entier avec Glock’s Dream Boy NOP et peut-être que je ne ferai que le Grand Prix avec Zonik. Le concours se trouve à 20 minutes de chez nous. Je pense ensuite participer au CDI 4* du Mans, fin juin, puisqu’il n’y a pas beaucoup de concours au calendrier et que j’ai besoin d’obtenir ma dernière qualification de la part d’un juge d’une nationalité différente de la mienne. Mes résultats de Compiègne étant encourageants, malgré les fautes, je compte toujours tenter de qualifier Zonik pour Tokyo, d’autant que nous savons ce que le cheval peut faire et les points qu’il peut obtenir.