Isabell Werth perd un seigneur
vendredi 25 septembre 2009

werth gigolo
A Rome avec Gigolo, déjà champion d'Europe, du monde et olympique, Isabell va vers sa deuxième médaille mondiale. Avec toujours cette mimique, typique, celle de la concentration. Ph. J. Toffi.

Cheval le plus titré des années '90 et peut-être même de toujours,
"Gigolo" est mort mercredi, à l'âge - respectable - de 26 ans.

Ce hanovrien (par Graditz et une fille du pur-sang Busoni XX) s'était blessé au pré et il a fallu se résoudre à l'endormir. "Je suis si triste, "Gigolo" était à la fois un ami, un professeur et mon compagnon de sport", a dit Isabell Werth. Avec lui, la grande championne allemande a décroché quatre médailles d'or olympiques, une en individuel (Atlanta '96) et trois par équipe (Barcelone '92, Atlanta '96 et Sydney 2000), quatre titres mondiaux (doublé à La Haye '94 et à Rome '98) et huit titres européens (doublés à Donaueschingen '91, à Lipica '93, à Mondorf '95 et à Verden '97) ainsi que quatre titres nationaux. Aux JO, Gigolo fut quatre fois paré d'or et deux fois d'argent. Avec lui, Isabell Werth aura connu dix ans de succès inouïs. "Il n'était pas un modèle de beauté, mais en action, il épatait tout de même les juges", avouera Isabell Werth. Né chez Horst Klussmann, à Pursau, Gigolo fut découvert par le bon docteur Schulten-Baumer et il aura passé plus de vingt ans chez Isabell Werth. Sa retraite, il la passait au pré, en compagnie de Fabienne, jument gagnante de la Coupe du monde avec Isabell Werth. On sait que la championne, suspendue jusqu'au mois de décembre, est en attente d'un heureux événement pour le mois de novembre.