National de dressage en grand
lundi 07 avril 2008

jardy8-dress-grand national B
- Ph. cavadeos

Grand et varié, le national de dressage de Jardy s’est déroulé sur toute la gamme des reprises (67 en tout) et toute celle aussi de la météo.

Commencé jeudi sous la pluie, il a bénéficié vendredi d’une journée estivale avant de subir pluie et froid samedi et enfin neige pour ses dernières reprises dimanche qui ont honoré deux primo-vainqueurs, Sylvie Corellou en Grand Prix Spécial et Ludovic Henry en RLM-GP avec respectivement Helio II et Saygon.

     Interview de Sylvie Corellou

Le bonheur de ces deux cavaliers, main dans la main lors du très joli tour d’honneur au passage qu’ils ont emmené en commun faisait plaisir à voir. Aucun d’eux n’avait jamais gagné à ce niveau de reprise, ni avec ce niveau de moyenne : 65,44 pour Sylvie Corellou et son PRE (espagnol) de treize ans qu’elle travaille seule, et 70,10 pour Ludovic Henry et son BWP (belge), treize ans aussi, qu’il entraîne avec Jacques-Henry Ménard. Lequel n’était pas peu fier de classer un deuxième élève, Jean-Philippe Siat, 2e de cette RLM GP avec Greystoke. Il serait trop long de lister tous les autres vainqueurs de la journée (voir résultats), largement consacrée aux reprises en musique, mais notons tout de même la belle et très dynamique RLM Inter 1 déroulée sous la neige par le Jeune Cav Antoine Lion et Concerto qui avaient pourtant commencé leur concours sur une grosse contre-performance en Saint-Georges.

Les épreuves de ce quatrième et dernier jour du grand rendez-vous de dressage altoséquanais (environ 700 partants) ont confirmé, comme toutes les précédentes, la progression constante du nombre d’engagés et de la qualité des chevaux de mieux en mieux présentés par leurs cavaliers quel que soit le niveau, au moins pour les meilleurs de chacune des reprises, une amélioration relevée aussi par la juge internationale invitée pour la première fois à Jardy, la Hollandaise Mme Mouw qui « fréquente la France depuis une petite vingtaine d’années. Avant les Français pensaient que ce qu’on faisait en France était bien, maintenant on a ouvert les horizons ». L’entraîneur national, Alain Francqueville, se félicitait lui, à l’unisson de nombreux autres observateurs, de la création du Grand National qui attire des participants en Grand Prix par la création de ces écuries de deux cavaliers. Impossible de savoir pour cette fois si le Grand National attire aussi du public, car le temps n’étant pas de la partie en particulier samedi et dimanche, il n’y avait pas plus de spectateurs semble-t-il que l’an dernier, c’est à dire pas mal quand même, une constante de Jardy. Et, événement notable, ce concept a permis aux vainqueurs du Grand Prix, l’épreuve du Grand National, de recevoir leurs récompenses en la présence exceptionnelle sur un concours de dressage de leur président fédéral, Serge Lecomte, de leur directeur du haut niveau, Christian Paillot, d’élus locaux et même de leur ministre de tutelle, Mme Roselyne Bachelot. Il est vrai que la FFE est la 3e fédération sportive française et que le dressage est, cette année, la discipline qui pourrait accompagner le complet en équipe. Les temps changeraient-ils ?

Tous les résultats détaillés de toutes les reprises sur www.jardy.fr