Reprise positive pour Lianca
dimanche 20 mai 2007

garde7-menard-lianca
Constance Menard et Lianca - Ph. Claude Bigeon

Ils étaient dix couples sur la reprise A2 Grand Prix du concours national de la Garde républicaine organisé sur le site de Vincennes (le Quartier Carnot).

La plus grosse épreuve de samedi a finalement été remportée par Constance Ménard et la jument hollandaise Lianca avec une note finale de 67,083 %, devant un cavalier qui était déjà sur le podium (3e) de ce grand prix l’année dernière, Remy Issartel et son selle français Hilton du Clotobie avec un score de 66,708 % puis Sylvie Poulain et son Trakehner Adenauer avec un total de 63,750%. Lors de leur dernière sortie, c’était à Saint-Lô (en manège), Constance Ménard et Lianca avaient récolté un 65,3% et une troisième place. Ce concours de Paris, conforte le couple dans une période de préparation.

« C’est une belle note pour le premier concours en extérieur de la saison de la jument, commente sa cavalière après la remise des prix. Elle était un peu haute en début de reprise, puis elle est revenue dans les aides. Elle n’avait pas tourné dehors depuis le concours de Jablines en octobre dernier. Je suis juste venue sur ce concours de Paris pour le Grand Prix dans le cadre d’une préparation avant l’épreuve coupe du monde de Lippica (en Slovanie fin mai, ndla). Cette reprise a été positive car Lianca a bien réagi. Chaque concours permet de progresser. » Constance Ménard, il ne faut pas l’oublier, est une rescapée d’un terrible accident. En août 2005, elle était écrasée par 800 kilos de ballots et en ressortait avec pas moins de douze fractures dont plusieurs à la colonne vertébrale. Il lui a fallu subir une longue rééducation (qu’elle poursuit toujours, ndla), réapprendre à trotter enlev&…. Puiser une énergie incroyable dans son mental de sportive (Constance est une ancienne athlète qui pratiquait le 100 mètres haies, le saut en longueur…ndla). Pour être opérationnelle pour les Jeux équestres mondiaux, elle ne s’est pas fait opérer d’une fracture de la clavicule. Une opération qui a finalement était réalisée en novembre dernier. Alors, petit à petit, Constance Ménard retrouve ses sensations en poursuivant un renforcement musculaire indispensable à sa pratique. « Je sais ce que signifie de s’entraîner physiquement et j’ai essayé de l’appliquer à cheval en appliquant cette règle que tous les sportifs connaissent, le relâchement dans l’effort, » conclut Constance Ménard. Chapeau bas.

Légende : les trois premiers du Grand Prix de la Garde. Ph. C. Bigeon

Tous les résultats du concours