Steffen Peters et Ravel de concert !
vendredi 17 avril 2009

vegas9-grunsven-painted
Anky Van Grunsven et Painted Black © www.scoopdyga.com

Heureux l’Américain Steffen Peters. Vainqueur et sans contestation, avec Ravel, du Grand Prix préliminaire à la finale de coupe du monde de dressage qui se déroulera samedi

Celui dont certains spécialistes avaient considéré qu’il avait été maltraité (4ème à deux doigts du podium) lors de la dernière finale olympique de Hongkong au bénéfice d’Isabelle Werth et de Satchmo, a pris une joyeuse revanche devant son public qui ne quittait pas, d’un œil sa reprise et de l’autre le tableau d’affichage, sentant au fil des figures et des notes se dessiner l’exploit. Brillant –de concert avec le fils de Contango- et ne commettant aucune faute le californien (San Diego) a obtenu le meilleur score de toute sa carrière (77,915) pulvérisant son ancien record (« 76 et quelques poussières »).

Samedi il aura l’avantage –ce sera le seul bénéfice de cette première manche- de s’élancer le dernier sur la piste. C’est en connaissance de cause et des reprises de ses adversaires donc, qu’il tentera de remporter l’épreuve libre en musique : le graal, la finale Rolex. Techniquement il apparaît le mieux armé du trio de tête de ce Grand Prix. Mais Anky Van Grunsven (74,170) n’est pas loin. Certes son couple avec IPS Painted Black n’a pas encore la maturité de ceux qu’elle forma avec Bonfire puis, plus tard, avec Salinero, mais il respire la puissance, l’aisance et possède à l’évidence une belle marge de progression. Quant à sa cavalière qui a connu un hiver difficile avec de pénibles problèmes dorsaux, elle semble avoir retrouvé tout son « mordant ». C’est une virtuose de ce genre d’exercice et comme elle n’a rien à perdre…

Isabelle Werth, troisième (73,745) avec le chevronné Satchmo fait évidemment, sur le papier, partie des prétendantes. Mais son hongre de quinze ans n’a plus la générosité d’antan. On a toujours en mémoire les rétivités de l’été passé…Le cheval a bien failli réitérer au terme d’une pirouette à gauche (la faute aux photographes déclarera t’elle) après s’être fait tirer l’oreille sur un piaffer qui n’a pas plus ému les juges que çà ! Bon ouvrier mais cela suffira t’il ?Pour tout dire on lui préfère Exquis Nadine la jument du hollandais Hans Pinter Minderhoud. Précisons ici que sur les quatorze chevaux au départ six sont nés aux Pays Bas et que cinq sont dans les six premiers de ce Grand Prix… Au-delà point de salut ? Notons quand même et ce même si sur le papier ils n’ont aucune chance de jolies personnalités comme le cheval polonais Randon monté par Michal Rapcewicz ou Regardez moi l’étalon noir (Rubinstein) venu d’Australie et monté par Heath Ryan.