Finale SHF endurance Uzès : L’Elite se joue à huit pour les 6 ans
samedi 12 octobre 2019

Nicolas Ballarin Kahina de Jansavis à la Grande Semaine d'Uzès 2019
Nicolas Ballarin Kahina de Jansavis à la Grande Semaine d'Uzès 2019 © Jean Louis Perrier

L’épreuve phare des finales SHF endurance, les 6 ans à vitesse libre, s’est disputée dans de parfaites conditions vendredi. Les verdicts de la piste sont tombés : sur les 77 chevaux en lice, 8 ont obtenu la mention "Elite", 12 sont "Excellent", 14 sont "Très Bon", 10 "Bon", 6 sont classés sans point de bonification et 25 soit 32,4% ont été éliminés.

 Le lot des huit "Elite" montre lors de cette édition une certaine homogénéité avec des chevaux compacts, de gabarits petit à moyen, montrant de la force et de la tenue. Les éleveurs de Provence se sont distingués sur les pistes languedociennes avec quatre des Elites nés dans cette région. Les origines présentent une belle diversité mais avec de plus en plus de sélection dans les souches maternelles.

Danaïde Real, montée par Chloé Ferreira, vient de l’élevage des Bouches du Rhône de Dominique Hauvette. C’est une DSA par Baltzik et Adèle, une ponette non constatée qui a déjà produit Cybèle Reial, lauréate l’an dernier sur ce même championnat.

Declik Suleiman monté par Elisa Simon est un produit de l’élevage familial varois. Ce PS arabe est un fils d’Elgadir de Pawi, classé sur 90 km et de Calyspo de Suleiman, par Céres de Lafon, 3e des Masters Pro sur 160 km avec Virginie Simon. 

Disha de Suleiman, PS arabe née chez Fabrice Aquilue dans les Hautes Alpes, descend aussi de Elgadir de Pawi. Sa mère Chouka par Ourki a déjà plusieurs produits classés en endurance.

Dude du Fonpeyrol, PS arabe par Bedouin de Piboul et Sara de Fontpeyrol, est monté par Mongan Payen et représente l’élevage familial installé dans le Lot. Son père Bedouin de Piboul a de nombreux produits s’illustrant dans la discipline et sa mère Saba du Fonpeyrol, par Tauqui el Masan, elle même classée en CEI 2*, est une fille de l’excellente Nida, 3e du Mondial 2000 avec Dominique Payen.

Diamane d’Olbia vient de l’élevage de Loire Atlantique de Marie-Christine Chalandre où Philippe Benoit et Estelle Joachim, qui en est la cavalière l’ont achetée à 4 ans. Cette DSA par Bekam de Piboul et Volcane d’Olbia par Mokhtar, était déjà lauréate à 5 ans sur les finales SHF. Son père Bekam de Pipoul issue de la même souche que Bébouin de Piboul, présente l’intéressant croisement de Dormane, dont la production est aussi bien titrée en course qu’en endurance, avec une mère par Persik. Le chef de race est le père des géniteurs des trois autres chevaux Elite. 

Dalakani de Venelles, PS arabe, représente l’élevage de Jean-Philippe Francès et de son épouse Sabrina Arnold qui le montait. Elle avait déjà présenté l’an dernier son propre frère Champion de Venelles, également Elite sur cette finale. C’est un fils de Baltik des Ors lui-même performer en CEI, dont la production s’affirme en endurance, et de Parsia  jument allemande issue d’excellentes lignées russes. Comme Sabrina prépare son produit suivant de 5 ans, Electra de Venelles, l’élevage d’Aix en Provence a toutes ses chances d’être encore à la fête l’an prochain ! Dalakani de Venelles crédité du meilleur temps de récupération sur l’ensemble de la course décroche la mention de champion de sa génération.

Kahina de Jansavis, PS arabe née dans le Tarn chez Françoise Bessière, est confiée depuis son débourrage il y a un an à Nicolas Ballarin qui fonde de sérieux espoirs sur cette fille de Sadepers. Sa mère Kalinka de Jan par Kerbella a déjà plusieurs produits performants en endurance.

Design du Claud, PS arabe né en Dordogne chez Sébastien Miermot et confié par sa propriétaire Morgane Schambourg à une jeune cavalière britannique Maisie Jade Raike,  est par Arques Perspex et Boo Saada par Horr, mère de plusieurs performers internationaux. Design du Claud est étalon approuvé et faisait partie de la présentation des étalons de l’ACA qui a clôturé cette journée.

Tous les résultats : ICI.