La Fédération équestre des Emirats Arabes Unis suspendue par la FEI
vendredi 25 septembre 2020

© Coll.

Le bureau de la FEI a fait paraitre le 25 septembre sa décision de sanctionner la fédération nationale des Emirats Arabes Unis. Ses activités internationales, et donc celles de ces cavaliers, sont suspendues pour plusieurs mois.

Les nouvelles règles édictées par la FEI fin 2019 contrariaient sérieusement le fonctionnement des compétitions aux Emirats arabes Unis, au point que la fédération du pays avait décidé de tout simplement ne plus organiser de compétitions internationales ! Toutes les courses d’endurance se sont donc disputées en tant qu'épreuves nationales, y compris les prestigieuses 160 km, Sheikh Mohammed Cup, et President Cup, pour lesquels bon nombre de cavaliers étrangers sont invités.

La FEI a confié une enquête à la société Bird and Bird LLP qui a amené à la requalification de ces deux courses de 160 km en CEI. En effet, l’article 101 du règlement de la FEI prévoit la possibilité pour une compétition nationale de recevoir des cavaliers de quatre fédérations étrangères, et/ou quinze cavaliers étrangers "vivant en dehors de leur pays de nationalité ". Or en ce qui concerne la Sheikh Mohammed Cup, 24 pays étaient représentés avec 93 cavaliers autres qu’Emiratis, et pour la President Cup, il y avait 21 pays et 88 cavaliers ! La FEI a considéré qu’il s’agissait bien d’un détournement de ses règles, en violation des articles 101-109-2 et 107-2, et donc d’un manquement très grave amenant une sanction des plus significatives.

Une visio conférence s’est tenue le 24 septembre avec les représentants de la fédération des EAU pour leur signifier la décision de l’instance internationale : une suspension d’activité des évènements équestres, même nationaux, à dater du 24 septembre jusqu’au 31 décembre 2020, pour toutes les disciplines équestres relevant de la FEI, et jusqu’au 31 mars 2021 pour l’endurance. Ce calendrier correspond à l’essentiel de l’activité des compétitions aux EAU, le climat ne permettant guère de compétition à partir d’avril.

Les sanctions comportent aussi des amendes pour la fédération et pour les deux organisateurs, 50 % de la dotation distribuée pour la Sheikh Mohammed Cup, et 10% pour la President Cup. En effet, la FEI a considéré que les organisateurs de la première course avaient enfreint sciemment les règles en invitant des cavaliers avec prise en charge de leur transport, ceux d’Al Watba, qui s’étaient ravisés sur ce point, avaient plus fauté par négligence, beaucoup de cavaliers de nationalités étrangères résidant aux EAU ayant été admis. 

Cette décision, qui prive tous cavaliers émiratis de compétitions, n’est pas une première. En mars 2015, une sanction similaire avait été prise suite aux dérives observées sur les compétitions d’endurance.

La fédération des Emirats Arabes Unis dispose de 21 jours pour faire appel.