M7, le nouveau cheval de communication de cheik Mohamed al Maktoum
mardi 11 août 2020

© Jean Louis Perier

Les CEI organisées à Jullianges ont permis de découvrir un nouvel acteur majeur de l’endurance, compétiteur et partenaire, M7. Derrière ce sigle, le visuel de cette entité est explicite puisque entre le M et le 7 surgit cheik Mohamed al Maktoum, émir de Dubaï, compétiteur multi médaillé et propriétaire de la plus grosse écurie de chevaux d’endurance, sans parler des chevaux de courses.

Après le championnat d’Europe de 1997 largement dominé par les français, cheik Mohamed al Maktoum se lançait dans une politique massive d’achat des meilleurs chevaux. L’histoire de l’endurance équestre en a été totalement bouleversée, avec malheureusement les effets pervers de cette manne économique. L’incroyable fiasco des JEM de Tryon a aussi entrainé la suspicion autour de Meydan qui servait de vitrine pour les partenariats évènementiels de l’émir de Dubaï. Avec M7, une nouvelle ère de partenariat s’ouvre.

Les CEI de Jullianges certes ne représentait pas une échéance majeure comme ont pu l’être les grandes échéances FEI et peu de cavaliers émiratis participaient, le pays appliquant un confinement très strict. Mais, le changement de style de l’écurie Maktoum était palpable: tente moins ostentatoire, grooming dans la même zone que tous les concurrents, personnes responsables accessibles et bienveillantes aux échanges… C’est surtout un changement de stratégie au niveau des écuries de Mohamed al Maktoum car M7 dispose depuis l’an dernier d’une implantation en France à Lisle sur Tarn, dans les anciennes installations de Philippe Tomas. Une cinquantaine de chevaux tous compétiteurs sont entrainés sous la direction du cavalier espagnol Juan Carlos Ruiz de Villa Fernandez qui s’incline au sprint du CEI 2* de Jullianges derrière le cavalier émirati Abdulla Salem Obaid al Kaabi associé à Vik Armor.

L’écurie M7, qui avait quatre chevaux sur ce CEI 2* réunissant 60 partants, réalise tout simplement le quarté gagnant après avoir fait toute la course en tête. Le lendemain, le CEI 2* dédié aux Jeunes Cavaliers voit un doublé de M7 avec la victoire d’Alba Ruiz de Villa associée à Vic de Banocres devant une jeune française courant aussi pour l’écurie émiratie, Lena Le Bourhis en selle sur Capella des Aubépine. Alba Ruiz de Villa, 17 ans, est la fille de Juan-Carlos de Villa, et a fait sa première course d’endurance à 9 ans ! Elle était 3e du CEI 2* du samedi et portait à Jullianges le dossard 7, numéro fétiche de cheik Mohamed al Maktoum.

Le partenariat de M7 s’est traduit par un apport logistique, prise en charge du coût des pains de glace fournis à tous les cavaliers, extrêmement important vu la chaleur, et des boxes, plus une dotation de 2000€ sur les  différents CEI, distribuée en direct par l’organisateur. A noter que les cavaliers lauréats de M7 renoncent à leur dotation qui est reportée sur les classés suivants. Après la période de confinement où l’entrainement a été interrompu pour cause de sécurité, M7 où travaille une vingtaine de personne, a repris le cursus de formation des chevaux aussi bien sur les courses SHF que les CEI, avec en ligne de mire les 160 km de Monpazier.