Prestige Cup Chantilly : un podium 100% Emirati
mardi 09 juillet 2019

Saeed Salem Atiq Khamis Al Muhairi et Ras Gin Prestige Cup endurance Chantilly 2019
Les vainqueurs Saeed Salem Atiq Khamis Al Muhairi et Ras Gin ont couru de manière raisonnable et sont progressivement remontés de la 9e à la 1e place © Patrice Guéritot

Initiée l’an passé, la Prestige Cup Endurance a de nouveau connu le succès pour sa 2ème édition. 71 concurrents représentants 17 nations se sont alignés au départ de cette course.
125,8 km étaient à couvrir en 4 boucles, sur des pistes qui n’ont pas totalement satisfait les cavaliers. La sécheresse inhabituelle aura eu raison des efforts démultipliés du comité d’organisation pour rendre le terrain plus confortable. 60% des cavaliers auront terminé cette course courue à une vitesse moyenne de 23,96 km/h.

Les Emiratis, qui avaient engagé une armada de 16 cavaliers, trustent le podium et classent 5 de leurs couples dans les 10 premiers. La Belge Elisabeth Hardy termine 4ème avec Krack LC (8 ans), en embuscade devant les cavaliers Bahreïnis. A souligner, la belle performance des cavaliers belges qui comptent 100% de finishers, dont 3 dans le top 10.  Le podium est composé de 100% de couples émiratis. Salem Hamad Saeed Malhoof Al Kitbi / Asturiano ont pris la tête pour ne plus la lâcher jusqu’à la moitié de la 4ème boucle. Courant à la vitesse de 27.198 km/h, Asturiano a ensuite levé le pied… pour finalement terminer 3e. Les vainqueurs Saeed Salem Atiq Khamis Al Muhairi et Ras Gin ont été beaucoup plus raisonnables et sont progressivement remontés de la 9e à la 1e place, tout comme leurs compatriotes Saeed Ahmad Jaber Al Harbi / Longrun Mikami qui sont passés de la 7e à la 2e place. Les vitesses moyennes restent élevées avec 23.968 km/h pour le premier et 23.866 pour le deuxième.

Adrien Benedetti, meilleur français, termine 10ème avec Uzim d’Altare, cheval dont il est également le naisseur et l’entraîneur. Pauline Durand et Elisa Simon, qui étaient là pour préparer de nouveaux chevaux, terminent respectivement aux 11e et 12e places avec Vanganat de Kerdaniel et Bethsabe de Suleiman. Déception pour Jean-Philippe Francès/Shaailan’al Hfifa et Philippe Tomas /Chakyra de Bauzens dont les chevaux ont été éliminés pour boiterie à l’inspection finale. 

Une course éco-responsable

La particularité de cette Prestige Cup Endurance est sa labellisation EquuRES, unique démarche de qualité environnemental officielle. Elle est la seule course internationale en France à détenir ce label spécifiquement développée pour les entités de la filière équine par le Conseil des Chevaux. Motivé par les résultats 2018, le comité d’organisation s’est rechallengé pour franchir un nouveau cap et obtenir un niveau de certification « Equures » supérieur. Pari réussi puisque la course a son niveau 2 « progression » en poche.

en quoi cela consistet-til ? Chaque participant a signé une charte « de bonnes manières » qui stipulait notamment que dans la zone de repos, seules des tentes 3x3 avec un toit uniquement pouvaient être montées, ni paille ni copeaux que du foin, pas de paddock. Dans la zone de rafraîchissement, uniquement 3 grooms par cheval et des seaux de 5 litres maximum étaient autorisés. La fast line mettait à disposition 15 bacs de 800 litres et 1 bac de 1200 litres.  Sur la course en elle-même, une seule voiture d’assistance était autorisée et une vitesse limitée à 50km (empreinte carbone maîtrisée), on trouvait un point d’assistance par boucle et deux ou trois points d’eau. Seules les bouteilles d’eau opaques et numérotées du dossard du cavalier étaient acceptées et contrôlées. Les stewards emmenés par leur chef-steward, la tunisienne Claire Ayoub, ont fait respecter le règlement à la lettre, et personne n’a bronché ! A noter qu’une caution de 50€ devait être déposée pour pouvoir obtenir son dossard, caution qui n’était remise que si la zone de repos de chaque concurrent était propre et que si chaque condition de la charte avait été respectée. 

Pour occuper le public pendant la course, diverses animations ont été proposées. Maquillage pour les enfants, balades en calèche, match de polos, présentation des chevaux Henson par Dominique Cocquet, en attelage, polo et balades en main et représentations de la Garde Républicaine sous l’œil intéressé d’Eric Woerth, député de Chantilly.

En préservant les espaces et les pistes traversés, en portant une attention toute particulière au bien-être des chevaux, malgré une forte participation des cavaliers du Golfe (régulièrement pointés du doigt lors des courses), la Prestige Cup Edurance montre qu’il est tout à fait possible d’appliquer le règlement FEI, d’imposer des règles strictes, de respecter l’intégrité sportive et de protéger les chevaux et l’environnement. Le rendez-vous, qui comptait dix nouvelle nations engagées cette année (Algérie, Argentine, Australie, Brésil, Grande Bretagne ,Luxembourg, Hollande, Pologne, Sri Lanka, USA) ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.