Concours complet : Domination britannique sur un cross qui rebat les cartes
dimanche 01 août 2021

Ce dimanche, au parc de Sea Forest, les Bleus ont monté trois superbes parcours de cross, comme ici Nicolas Touzaint et Absolut Gold*HDC
Ce dimanche, au parc de Sea Forest, les Bleus ont monté trois superbes parcours de cross, comme ici Nicolas Touzaint et Absolut Gold*HDC © Scoopdyga

Avec le nouveau format à trois couples, aucune erreur n’était permise pour les équipes en quête d’une médaille olympique. Sur le magnifique terrain de Sea Forest, le cross a fait son travail (en faveur de la France !) et complètement chamboulé le classement par équipes, à une exception près : le cas de la Grande-Bretagne, toujours leader, et avec la manière. En individuel, en revanche, les meilleurs n’ont pas tremblé.

Le parc de Sea Forest, à environ une heure du parc équestre de Baji Koen, accueillait ce dimanche le cross du concours complet. Un cross dont les membres de l’équipe de France disaient que le chronomètre allait probablement être décisif. Il l’a été pour la majorité des concurrents, mais pour les Britanniques. Les trois membres de l’équipe d’Outre-Manche ont littéralement survolé l’épreuve en alignant trois parcours maxis (sur les huit réalisés tout au long de l’épreuve), qui plus est avec des chevaux dans une condition remarquable et qui pourraient presque repartir pour un tour. Deuxièmes après le dressage, Oliver Townend et Ballaghmor Class ont été les premiers à ouvrir la voie, malgré leur dossard n°2 sur le listing de départ, suivis de Laura Collett et le vainqueur de la dernière édition du CCI5*-L de Pau, London 52. Sur la dernière rotation, Tom McEwen et son Selle Français Toledo de Kerser sont venus asséner le coup de grâce à la concurrence en déroulant une prestation parfaite. Déjà en tête hier à l’issue du dressage, la Grande-Bretagne conserve ses points acquis lors du premier test (78,30 points) et détient désormais une confortable avance de 17,90 points sur son premier poursuivant. 

Pendant que certains remontent… 

Alors qu’hier après le dressage, on faisait plutôt grise mine dans le clan français, Thierry Touzaint affirmait que « ce n’était pas fini » et que tout pouvait encore arriver. Une fois de plus, le sélectionneur de l’équipe de France avait raison. En ce jour de cross, les Bleus effectuent un bond de six places dans le classement et passent du neuvième rang à une médaille de bronze encore provisoire. Ouvreurs pour l’équipe, Christopher Six et Totem de Brécey ont parfaitement rempli leur rôle et montré la voie à leurs compatriotes. Seule ombre au tableau, l’attitude de Totem en fin de parcours. Le hongre gris de 14 ans écope de 1,6 point de pénalité de temps dépassé et semblait quelque peu fatigué à quelques obstacles de l’arrivée. Nul doute que le staff et les grooms feront leur possible pour qu’il soit en pleine forme demain pour la visite vétérinaire et l’hippique. Fort de cinq autres expériences olympiques, Nicolas Touzaint savait quoi faire pour tirer le meilleur d’Absolut Gold*HDC et déroule un très beau parcours sans accroc (si on se base sur le peu que la réalisation a bien voulu montrer !). Le couple rentre avec un tout petit retard d’une seconde et ajoute donc 0,4 point à son compteur. Enfin, pour assurer un bon classement sans céder à la pression, Thierry Touzaint avait choisi de faire confiance à Karim Laghouag et son Triton Fontaine. Tous deux ont rempli leur rôle et offert à la France l’un des huit maxis de cette épreuve, la concluant de la meilleure des manières. Les trois cavaliers tricolores se placent ainsi dans le top 13 à la veille de l’hippique. Christopher et Totem affichent encore le meilleur classement (huitièmes), tandis que Karim et Triton sont pour l’heure onzièmes et que Nicolas et Absolut remontent au treizième rang. Avec un total de 97,10 points, la France compte moins d’un point d’écart avec l’Australie, pour l’heure en argent. 

Car la France n’a pas été la seule à tirer son épingle du jeu dans cette nouvelle formule du concours complet olympique. Médaillée de bronze à Rio il y a cinq ans, d'argent à Londres en 2012, sixième hier à l’issue du dressage, l’Australie pourrait bien s’offrir une troisième médaille olympique par équipes consécutives. Les Aussies sont parvenus à aligner deux maxis, réalisés par Shane Rose, sur Virgil (neuvièmes), et Andrey How (septième), associé à l’ancienne monture de Thomas Carlile, Vassily de Lassos. Ce dernier n’a pourtant pas eu la tâche facile sur le cross puisque suite à une chute du Suisse Robin Godel, dont le cheval Jet Set a dû repartir en ambulance (et dont nous espérons avoir de bonnes nouvelles très rapidement !), le cross a été arrêté pendant une grosse quinzaine de minutes. Andrew Hoy venait seulement de franchir l’obstacle 11 lorsque les commissaires lui ont demandé de couper son effort, puis de reprendre son parcours après cette pause impromptue. Quant à Kevin McNab (quinzième), il est pénalisé de 2,80 points de temps dépassé avec Don Quidam

… d’autres perdent gros

En revanche, l’heure n’est pas à la fête pour d’autres équipes, victimes de quelques mésaventures. L’épreuve de cross n’avait pas encore commencé que la Suède, cinquième à l’issue du dressage, se voyait déjà relayée en fond de tableau après avoir fait usage de la substitution. Si cet échange de couple, qui permet de faire rentrer le réserviste contre un membre de l’équipe qui a déjà pris part à au moins un des deux premiers tests, n’est pas pénalisé en dressage et saut d’obstacles, il coûte 200 points en concours complet. Suite à une blessure mineure de Balham Mist, Ludwig Svennerstal a préféré se retirer de la compétition au profit de Sara Algotsson Ostholt, avec Chicuelo. Mais ça, c’était avant. Avant que Therese Viklund, ouvreuse suédois, ne chute sur l’obstacle 18C avec Viscera et que la nation ne soit éliminée puisqu’elle ne pouvait plus compter que sur deux couples. Puisqu'il parait qu'un malheur n’arrive jamais seul, Louise Romeike et Cato 60, la deuxième cartouche suédoise, ont été à leur tour éliminées. La Suède n’a donc plus un seul couple pour la représenter, même en individuel. 

L’autre grande déception vient également du côté de l’Allemagne. Deuxièmes hier après le dressage, tout partait pourtant bien pour nos voisins d’Outre-Rhin grâce à un parcours sans pénalité aux obstacles de Julia Krajewski et Amande de B’Neville, qui n’ont écopé que de 0,4 point de temps dépassé. Malheureusement, le podium en équipe s’est éloigné une première fois après une désobéissance de la part de Viamant du Matz, monté par Sandra Auffarth (trente-deuxièmes). Mais c’est suite aux 11 points acquis par Michael Jung et Chipmunk FRH pour avoir renversé le mim placé sur l’obstacle 14C que l’Allemagne a dégringolé au sixième rang et que le leader de la compétition en individuel s’est vu reclassé dixième, laissant la pôle position au Britannique Oliver Townend. En guise de consolation, la Mannschaft pourrait se hisser sur le podium grâce à Julia et Amande, pour l’instant en argent provisoire.

Enfin, malgré tous leurs efforts de ces dernières années, les Japonais ne pourront prétendre à la très attendue médaille par équipe à domicile après l’élimination de Yoshiaki Oiwa et Calle 44 et le refus de Toshiyuki Tanaka sur Talma d’Allou. En revanche, ils peuvent toujours entrevoir une médaille individuelle grâce à Kazuma Tomoto, désormais cinquième avec Vinci de la Vigne après un cross pénalisé de seulement 1,60 point.

L’heure est maintenant venue pour les chevaux de récupérer correctement de leur cross avant de passer demain sous les yeux des vétérinaires, qui les déclareront aptes ou non à continuer la compétition. Plus que jamais, la moindre irrégularité de l’allure pourrait bouleverser le sort d’une équipe puisqu’elle entraînerait son élimination pure et dure. Rendez-vous ce lundi pour la visite vétérinaire (à partir de 03h30, heure française), mais surtout pour la finale par équipes (à partir de 10h00, heure française) et individuelle (à partir de 13h35, heure française) de concours complet, où les Bleus auront assurément une carte à jouer. 

Retrouvez les résultats après le cross en cliquant ici (individuels et équipes).