L'équipe de France de concours complet médaillée de bronze
lundi 02 août 2021

Nicolas Touzaint et Absolut Gold*HDC, membres de l'équipe de France décorée de bronze aux JO de Tokyo, après leur parcours de saut d'obstacles
Nicolas Touzaint et Absolut Gold*HDC, membres de l'équipe de France décorée de bronze aux JO de Tokyo, après leur parcours de saut d'obstacles © Scoopdyga

Quel suspens ! Au terme d'un hippique palpitant, l'équipe de France de concours complet a décroché la médaille de bronze aux Jeux olympiques de Tokyo. Ils terminent derrière l'Australie, en argent, tandis que les Britanniques, intouchables, sont sacrés champions olympiques.

Elle revient de loin cette équipe de France... Après la perte de Qing du Briot et Thibaut Vallette lors du stage de préparation, puis celle de Birmane et Thomas Carlile, statistiquement parmi les prétendants pour une médaille individuelle, l'heure n'était pas à la fête pour le concours complet tricolore. Qu'à cela ne tienne, c'était sans compter sur les trois mousquetaires de l'équipe de France, qui n'ont jamais perdu leur objectif de vue et viennent de décrocher une médaille de bronze. 

Déjà troisièmes hier à l'issue du cross, les Bleus sont parvenus à transformer leur médaille rêvée en réalité. Nicolas Touzaint, premier des trois Français à se présenter sur l'immense piste du parc équestre de Baji Koen, a superbement lancé l'équipe de France en réalisant un parcours sans pénalité aux obstacles, mais avec tout de même 0,4 point de temps. Les Bleus avaient alors 7,9 points d'avance sur les Néo-zélandais, quatrièmes à ce moment de la compétition. Si l'erreur était permise pour les Français, il ne fallait pas faire plus d'une barre pour s'assurer une médaille. Car devant, les concurrents tenaient bons. À l'issue de la première rotation, ni Kevin McNab et Diachello, pour l'Australie, ni Tom McEwen sur son Selle Français Toledo de Kerser n'avaient renversé la moindre barre. 
Si les Bleus pouvaient espérer chiper l'argent aux Australiens, les Britanniques semblaient intouchables, et à raison. Ils possédaient encore leurs quatre barres d'avance après le passage du premier membre de chaque équipe. La deuxième rotation allait d'ailleurs leur laisser encore plus d'air. Si les Néo-zélandais livraient une nouvelle démonstration avec le sans-faute de Jonelle Price et Grovine de Reve, la France perdait son joker. Malgré un très beau parcours de Triton Fontaine, qui a visiblement très bien récupéré de son cross d'hier, Karim Laghouag ne peut éviter une faute sur le milieu du triple, laissant a Christopher Six la lourde tâche du sans-faute impératif. Juste après Karim, l'Australien Shane Rose renversait à son tour une barre avec Virgil, mais sur l'entrée du double (qui a d'ailleurs piégé bon nombre de couples sur ce tour). Avant l'entrée en piste de Laura Collett, les Britanniques comptent désormais cinq barres d'avance sur leurs concurrents. Un boulevard. De quoi alléger la pression (même si une chute n'est jamais impossible) et monter l'esprit un peu plus léger. Laura Collett justement était la suivante à prendre le départ. Elle jouait une médaille de bronze individuelle, qui malheureusement lui passe pour l'instant entre les doigts après une très grosse faute sur l'oxer sur bidet de son partenaire London 52. Sa déception est palpable, mais l'équipe d'outre-manche a encore une large avance. 

Christopher Six et Totem, magistraux !

Troisième et dernière rotation. Trois équipes se tiennent dans la même barre pour l'attribution des médailles d'argent, de bronze et en chocolat, respectivement l'Australie, la France et la Nouvelle-Zélande. Cette dernière va perdre tout espoir de classement lors du passage de son dernier couple, Tim Price et Vitali. Malgré tous ses efforts, il sort de piste avec un total de 12 points accusés sur l'entrée et la sortie du triple, ainsi que sur l'oxer blanc placé en fin de tour. Des erreurs qui profitent à l'Allemagne, qui remonte d'un rang, mais qui - sauf problème majeur chez ses concurrents - ne pouvait prétendre à une médaille. Si les fautes de Tim Price ont donné de l'air aux Français, Christopher Six et Totem de Brécey ont maintenu la pression sur les Australiens en allant décrocher un superbe sans-faute, assurant ainsi à la délégation olympique tricolore sa vingt-troisième médaille, qui sera finalement en bronze. « Elle a une vraie saveur cette médaille parce qu'on a quand même rencontré pas mal de déboires avant d'arriver ici, et même en arrivant ici avec le retrait de Thomas Carlile, confiait Christopher Six au micro de nos confrères de France 2. C'est vrai qu'on était trois, on n'avait pas le droit d'avoir une seule erreur, c'était chaud mais on a réussi. Je pense juste à la technique, je fais obstacle par obstacle et puis je ne pense même pas au résultat. » Karim Laghouag, entré lui dans la sélection en tant que titulaire il y a une semaine, n'espérait pas vivre ce moment : « C'est comme un Walt Disney que je suis en train de vivre, c'est une chance inouïe. Je n'avais pas prévu de venir et comme j'ai été invité par Thierry Touzaint, je suis venu (rires). » Si Nicolas Touzaint ne vivait pas ses premiers Jeux, sa sixième olympiade vient récompenser une année chargée en désillusions et en perturbations. « Elle est belle, on est tellement contents de ne pas revenir bredouilles comme on dit. Ces Jeux olympiques sont compliqués, depuis un an tout est compliqué, c'était une année très, très bizarre... » expliquait-il, avant d'être coupé par Karim qui s'est mis à hurler un « On s'en fout, on a le bonze ! », faisant éclater de rire ses compatriotes et le sélectionneur, Thierry Touzaint, d'ailleurs ému aux larmes. « C'était pas acquis d'avance mais les gars ont vraiment très, très bien monté. On a bien étudié le parcours de cross, on l'a marché cinq fois sous la chaleur. On avait vraiment millimétré tous les détails dans les combinaisons, on n'avait pas le droit de faire tomber un mim. Ils ont monté de manière extraordinaire, je suis très fier d'eux, vraiment très, très fier. Ce ne sont pas mes premiers Jeux, mais les médailles on y prend goût et les médailles aux Jeux olympiques ont quand même une saveur particulière. Vraiment, c'est extraordinaire. » 

Le couple australien formé par Andrew Hoy et Vassily de Lassos a survolé le parcours, offrant à son pays une médaille d'argent méritée, cinq ans après le bronze de Rio. Sans surprise, les Britanniques terminent en or (avec seulement 86,30 points, soit le plus petit score olympique par équipe jamais enregistré !), mais un or au goût amer pour Oliver Townend. Malheureusement, le cavalier de Ballaghmor Class, en tête également en individuel jusqu'ici, s'est retrouvé piégé sur l'entrée du triple et sort de piste avec 4 points supplémentaires à son compteur. 
En individuel justement, l'or est pour l'instant dans les mains de Julia Krajewski et Amande de B'Neville avec un total de 25,60 points. Elle ne compte que 2 points d'avance sur Oliver Townend et 3,30 points sur Tom McEwen, pour l'heure en bronze. Du côté des Français, nos trois couples disputeront la finale individuelle et Christopher Six pourrait même décrocher une médaille. Avec son Totem, il figure au sixième rang, à moins d'une barre de la médaille d'argent. « On va bien s'occuper du cheval et bien le refroidir parce qu'il fait très lourd ce soir, j'espère qu'il va faire un bon parcours », déclarait-il, toujours au micro de France 2. Nicolas Touzaint et Karim Laghouag pointent actuellement en dixième et treizième positions. Pour le sélectionneur national, les Bleus ont toutes leurs chances dans cette finale : « Les chevaux ont plutôt très bien sauté sur la première partie, franchement on l'avait dit déjà hier après le cross, les chevaux ont eu une super préparation, ils sont en belle condition et oui, je pense qu'ils peuvent répéter dans la finale individuelle. » Rendez-vous est donné pour 13h45. À tout à l'heure avec, on l'espère, de bonnes nouvelles pour nos Bleus. 

Les résultats par équipes sont à retrouver en cliquant ici.