Michel Asseray : « Cette médaille a été plus dure à décrocher qu’à Rio »
lundi 02 août 2021

Equipe de France de concours complet - Tokyo 2020
Dès la fin du parcours de Christopher Six et Totem de Brecey, garantissant au moins une médaille de bronze, tous les membres de l'équipe de France n'ont pu contenir leur joie. © FFE/PSV

Quelle journée pour le concours complet français ! Après avoir décroché une sublime médaille de bronze par équipe, Nicolas Touzaint, Christopher Six, Karim Laghouag ainsi que tout le staff fédéral et les propriétaires ont livré leurs premières réactions, riches en émotions.

C’est une véritable consécration : à Tokyo, Nicolas Touzaint, Christopher Six et Karim Laghouag sont montés sur la troisième marche du podium olympique. Et, après toutes les déconvenues qu’a connu l’équipe de France ces dernières semaines, cette médaille de bronze vaut assurément de l’or. Face à une concurrence des plus rudes, les Tricolores n’ont donc absolument pas démérité et, surtout, n’ont jamais rien lâché. « À l’issue du cross, nous avons porté toute notre attention aux chevaux si bien qu’ils étaient tous frais ce soir. On savait que cela allait être serré, la concurrence était rude et les Néo-Zélandais, juste derrière nous, n’allaient pas se laisser faire. Cette médaille a été plus dure à décrocher qu’aux Jeux Olympiques de Rio car on est partis de plus loin. Mais nous avons pu compter sur un groupe très soudé et des chevaux très bien préparés. Tout s’est joué à la fin et je dois avouer qu’on a tous pleuré. Une médaille olympique c’est pour la vie », confiait Michel Asseray, DTN adjoint en charge du concours complet, quelques minutes après la cérémonie de remise des médailles. Thierry Touzaint, sélectionneur national, n’a quant à lui pas pu cacher son émotion lorsque Christopher Six et Totem de Brecey ont franchi sans faute la ligne d’arrivée, garantissant ainsi la médaille de bronze aux Français. « Ce n’est que du bonheur ! On a pris goût aux médailles et celle d’aujourd’hui fait du bien », exprimait-il. Thierry Touzaint a également salué le travail de toute une saison et affiche d’ores et déjà ses ambitions pour la suite. « Cette récompense est le fruit d’un travail sérieux sur des compétitions comme celles du circuit du Grand National FFE-AC Print, qui proposent des parcours dessinés par des chefs de piste de saut d’obstacles. Les cavaliers sont donc très bien entraînés sur les hauteurs de barres. Ça a payé aujourd’hui. Maintenant, nos ambitions sont tournées vers Paris 2024. »

Des cavaliers heureux…

Après ces quelques semaines de doutes et de (mauvaises) surprises, mais aussi de nombreux efforts autant physiques que psychologiques, comment ne pas savourer pleinement cette belle victoire ? Tout comme son oncle, Nicolas Touzaint n’a pas su retenir ses larmes à l’annonce de cette médaille. « Je suis heureux et soulagé. Nous n’avons rien lâché. Le parcours était juste bien, bien dosé comme le cross, assez technique, assez fautif et en même temps pas infaisable. Le chronomètre était juste comme il fallait. J’ai encore pris une seconde de temps dépassé (0,4 point de pénalité) par ma faute, cela me poursuit décidément. Je suis tellement content d’avoir un cheval de cette qualité, c’est vraiment un crack. Il l’a montré hier et aujourd’hui encore. C’est un vrai régal ! », racontait le cavalier, qui décroche là sa deuxième médaille olympique après celle d’Athènes en 2004. « On vient ici pour un podium alors maintenant c’est un grand soulagement. Cette médaille, on l’a ! », soulignait quant à lui Christopher Six. De son côté, si Karim Laghouag est évidemment on ne peut plus heureux de partager cette médaille avec ses équipiers, le cavalier a également eu une pensée pour tous les amateurs, passionnés et supporters de concours complet. « C’est beaucoup d’émotions. Il nous manque le public pour partager cette récompense. Mais nous avons reçu beaucoup de soutien à distance et de messages via les réseaux. On remercie chaleureusement tous ceux qui nous ont suivis et portés, et qui nous ont encouragés. Cela fait chaud au cœur. La médaille est aussi pour toutes ces personnes ! », confiait-il.

… Et des propriétaires comblés

Certes, cette médaille de bronze est désormais autour du cou des cavaliers Français. Mais, ils le savent pertinemment et ne manquent pas de le dire : ce n’est assurément pas que la leur. Cette médaille est celle de toute une équipe : la leur, celle du staff fédéral ainsi que celle des propriétaires de leurs chevaux. Des propriétaires qui n’ont, eux non plus, pas réussi à contenir leur joie. « Je suis très heureux et même encore plus que cela. Nous pensions la sélection possible mais on n’imaginait pas être ici. Au départ, Totem était pour ma fille afin qu’elle concoure en amateur. Nous l’avons ensuite confié à Christopher. Qu’il soit maintenant en équipe de France, à ce niveau et voir ce qu’il est capable de réaliser, procure une très grande émotion. On a beaucoup pleuré », racontait François Souweine, propriétaire de Totem de Brecey. De son côté, Guy Bessat, co-propriétaire de Triton Fontaine, a tenu à souligner l’engagement que nécessite une telle échéance : « Cette médaille est l’aboutissement d’un projet sportif et de cinq ans de travail avec toute une équipe autour de Karim, c’est une belle récompense pour lui et pour nous tous. » Même constat pour Emmanuèle Perron Pette, propriétaire d’Absolut Gold*HDC. « Quand on reçoit le coup de téléphone qui annonce la sélection de son cheval, c’est déjà phénoménal, c’est une sacrée émotion. Je suis ravie de cette médaille de bronze. J’ai beaucoup de respect pour ces trois cavaliers. Partir de la 9e place au provisoire après le dressage, ne rien lâcher et revenir comme ils l’ont fait après le cross, cela m’inspire le respect. Ils ont fait preuve de beaucoup de courage. Aujourd’hui, ils ont couru en finesse et en stratégie. Cela donne une saveur particulière à cette médaille. »

Une médaille inespérée, inattendue et pourtant tellement méritée. Une fois de plus, les complétistes français nous aurons fait rêver.