Sophie Dubourg : « Simon entrera dans l'équipe quoi qu'il arrive »
mardi 03 août 2021

Mathieu Billot et Quel Filou 13
Dans l'épreuve qualificative pour la finale individuelle, Mathieu Billot et Quel Filou 13 ont été pénalisés de sept points © Scoopdyga

Suite aux prestations réalisées par l'équipe de France ce mardi dans l'épreuve de qualification individuelle, l'heure est aux réactions à chaud. Les refus de Quel Filou 13, monture de Mathieu Billot, et de Vancouver de Lanlore, équipier de Pénélope Leprévost, posent question. Si le staff fédéral compte sur une performance de Nicolas Delmotte dans la finale individuelle, il songe déjà à la meilleure configuration pour l'épreuve par équipe, dont l'épreuve de qualification aura lieu vendredi.

L'obstacle numéro 10 de cette première épreuve de saut d'obstacles n'a décidemment pas porté chance à l'équipe de France : deux de ses représentants, Mathieu Billot et Pénélope Leprévost, ont essuyé chacun un refus de leur monture sur ce vertical. Et les raisons de ces fautes sont assez obscures, même si le premier explique une montée en pression de Quel Filou 13 : « Je suis vraiment déçu. Mon cheval était très nerveux à cause de cet éclairage intense sur la piste. Il est monté en pression et a été ensuite plus difficile à contrôler. Il a un peu calé dans le virage avant l’obstacle n°10. L’obstacle en lui-même ne posait pourtant pas de problème. » Sa compatriote, Pénélope Leprévost, indique pour sa part qu'elle se sentait bien sur le parcours proposé par Santiago Varela, le chef de piste espagnol, et qu'elle avait pourtant cherché à soigner cet élément :  « Le parcours était bien, à la hauteur d’un tracé de Jeux olympiques. Je ne comprends pas ce qui s’est passé, Vancouver ne fait jamais de refus. Dans le virage, j’ai voulu relâcher pour qu’il se détende, j’ai volontairement évité de tourner court. Vancouver est un cheval expérimenté, il sautait très bien au paddock et en piste, je ne sais vraiment pas ce qui s’est passé. »

La déception est évidemment de mise dans le clan français, même si le sans-faute de Nicolas Delmotte, qui participe à sa première olympiade, permet à tous les supporters de croire encore à la médaille individuelle. Le cavalier d'Urvoso du Roch est satisfait de sa performance, mais pas question pour lui de s'enflammer : « Je suis très content d’Urvoso. Il est dans une super forme et je le sens très bien dans ses sauts. J’étais motivé à 300% avant d’entrer en piste. Mais maintenant, même si j’ai terminé sans-faute et dans le temps, je dois rester très concentré sur la suite du concours. »

De son point de vue extérieur, Henk Nooren apporte quelques précisions techniques supplémentaires à ces erreurs : « C’est une faute inexplicable que celle de Vancouver de Lanlore. Il a fait un saut un peu particulier sur le n°1, après il a sauté parfaitement. Puis il y a eu ce virage jusqu’au vertical n°10 où le cheval ne voulait pas tourner. On ne sait toujours pas pour quelle raison. Mathieu a pris une distance vraiment longue en avant sur le n°1, qu’il a reproduit après le triple (n°4, ndlr). Ce qui a eu pour conséquence d’énerver le cheval, qui est devenu encore plus chaud sur la fin du parcours. » Quant à la performance de Nicolas, Henk Nooren la salue, bien évidemment, et veut y croire pour la suite des événements : « Nicolas a réalisé un très bon tour. Il est actuellement très performant, il a toutes ses chances dans la finale individuelle demain. »

Quel choix stratégique pour la finale ?

Pour Thierry Pomel, les Bleus, qui passaient en début d'épreuve (n°7, 15 et 23, ndlr) n'ont clairement pas été avantagés par le tirage au sort et ont fait les frais de cet ordre de passage. « Passer en tout début d’épreuve n’était clairement pas une chance pour nos cavaliers. Ils ont dû ouvrir la voie. » Et d'admettre que les résultats de Mathieu et Pénélope ne sont pas à la hauteur de ses espérances. « Il y a forcément un peu de déception au regard des parcours de Mathieu et de Pénélope. »

Si l'équipe fédérale est bien entendu concentrée sur la finale de demain, elle pense cependant déjà à la manière optimale d'aligner les cavaliers pour les épreuves par équipe. « Concernant l’équipe, nous déterminerons jeudi, à l’issue de la deuxième inspection des chevaux, lesquels de nos couples prendront le départ et dans quel ordre », indique Thierry Pomel. Bien évidemment, le choix du staff se fera en fonction de l'état de forme des chevaux et de leur récupération en premier lieu. Si ces éléments ne pèsent pas dans la balance et que les trois montures engagées dans l'individuel ne présentent pas de signe de fatigue et de faiblesse, Thierry Pomel et Sophie Dubourg devront choisir quel couple ne sera pas au départ vendredi, entre  Pénélope Leprévost/Vancouver de Lanlore, Mathieu Billot/Quel Filou 13 et Nicolas Delmotte/Urvoso du Roch. En effet, Simon Delestre et Berlux Z intégreront quoi qu'il en soit l'équipe. « Pour beaucoup de nations, la compétition va reposer sur la stratégie et en ce qui nous concerne, sur la meilleure tactique possible qui nous permettra de décrocher une médaille par équipe », indique pour sa part Sophie Dubourg, directrice technique nationale. « D’autant qu’aux Jeux, nous rivalisons sur un format inhabituel. Le couple Simon Delestre/Berlux Z a été préservé pour rentrer dans l’équipe quoiqu’il arrive, notamment parce que techniquement, la première manche de Coupe des nations sera moins difficile et que Berlux Z est encore jeune. Nous allons débriefer les résultats du jour pour affiner notre sélection. »

Avec sa performance dans la première épreuve qualificative, il paraît difficilement concevable de ne pas voir Nicolas Delmotte sur la ligne de départ, en tant que pilier de l'équipe, ce vendredi. Le choix du staff devrait ainsi se faire entre Mahieu Billot et Pénélope Leprévost. Réponse jeudi, après la visite vétérinaire des chevaux.