Aperçu du marché français de chevaux de polo avec Clément Delfosse
mercredi 15 janvier 2020

Clément Delfosse
Clément Delfosse © DR/Antoine Delaporte

Joueurs professionnels de polo, Clément et son frère Mathieu sont attachés à "Outsiders" l'équipe de Nicolas Desjouis installée à Poissy et connaissent ainsi bien le marché très particulier des chevaux de polo. En France, peu de joueurs élèvent et les propriétaires de vastes domaines se font rares, d’autant qu’il faut avoir les moyens d’entretenir les poulains cinq ans avant qu’ils ne jouent…

Clément Delfosse a commencé à taper la balle sur des vieux chevaux pas chers avant d'investir dans des juments bien dressées quand il a attaqué ses premiers tournois. « En fait de plus en plus de Français achètent des pur sang réformés qu'ils dressent eux-mêmes. Ils gardent les meilleurs et revendent les autres pour rentrer dans leurs frais, mais ce système reste aléatoire. »

Lorsque le cavalier est intégré dans une équipe régulière, le patron peut aider à se remonter en très bons chevaux, clés d'une saison réussie. Clément revient justement d'une tournée de prospection en Argentine où il a essayé prés de 350 chevaux pour en ramener... trois ! « A ce niveau, c'est le nerf de la guerre, je cherche des montures qui jouent mieux que moi, c'est-à-dire qu'une fois en selle je n’ai pas besoin de penser à ma monture, je me concentre sur le jeu car je suis sûr que la jument va galoper assez vite, se faufiler dans le moindre espace entre deux adversaires, stopper net et tourner aussi sec pour repartir à l’envers… ».  En Argentine le choix est  complexe au milieu d'une quantité de très grands élevages, comme Ellerstina qui aligne prés de 4 000 chevaux. Et naturellement les Argentins gardent les meilleurs ! Clément connait la règle du jeu et se console car il est heureux d'avoir pu jouer sur des terrains exceptionnels.

Autre source, l'élevage allemand de Vanessa Schockemoëhle qui a importé d'excellentes souches argentines. L’éleveuse mise sur 10 à 20% de sang criollo (la race argentine originelle) qui apporte robustesse, sérénité, calme croisé avec des pur sang anglais pour la souplesse et la vitesse ,qui ne cesse d'augmenter sur les terrains. Clément sert d’ailleurs de conseil pour cette importante structure qui vend environ 200 semences partout en Europe, sans parler des chevaux dressés.

Enfin, « c’est le plus passionnant de tout, l'hiver on part errer au fin fond de la Normandie pour détecter des pur sang d'avenir. On galère dans les hameaux mais j'adore! On y croit toujours, c'est une suite de belles rencontres et de moments d'espoir car on se projette sur chaque jument. On a de la chance ou pas, c'est l'aventure, c'est magique ! », raconte-t-il en rigolant...

Nicolas Desjouis, à la tête de l’équipe des "Outsiders" s'apprête à étoffer ses écuries en créant un pôle du cheval ouvert à toutes les disciplines (courses, polo, cso, complet, dressage …). Un investissement conséquent prévu avec des amis, sur 50 des 180 hectares de la ferme du Poult, assorti d'un hôtel restaurant et de salles de réception. En attendant, les Delfosse (avec Jules Legoubin) bossent beaucoup pour préparer la cavalerie d’"Outsiders" qui doit disputer l'Open de Paris au printemps à Bagatelle avant d'aller à La Baule en juillet, puis à Deauville et de finir à Chantilly en septembre.