A domicile, Shane Breen réalise son rêve en remportant le Grand Prix de Dublin
dimanche 11 août 2019

Shane Breen au CSIO Dublin 2019
Après avoir tourné autour pendant des années, Shane Breen remporte enfin le Grand Prix de Dublin © Marie-Juliette Michel

Le CSIO 5* de Dublin s’est achevé comme il avait débuté : avec une victoire irlandaise. Si mercredi Cormac Hanley ouvrait la série de triomphes irlandais, Shane Breen l’a terminée de la plus belle des façons, en s’imposant dans le Grand Prix.

Une première manche délicate

Comme à son habitude, Alan Wade avait dessiné aujourd’hui un parcours de Grand Prix digne de ce nom. Dès le premier partant, les difficultés ont été illustrées par le refus de Turbo Z sur l’oxer numéro douze, sous la selle du Néerlandais Michael Greeve. Le premier sans-faute a toutefois vite été réalisé, et ce, à l’immense joie du public, par la toute jeune Irlandaise Susan Fitzpatrick, âgée de 20 ans seulement et qui participait cette année pour la première fois au CSIO 5*. Elle a ensuite été rejointe par un autre local, Richard Howley sur Chinook.

Si le temps semblait initialement plutôt suffisant, plusieurs paires se sont faites piégées par le chronomètre de 81 secondes : Michael Pender et Massimo Grossato ont en effet réalisé un sans-faute sur les barres mais se sont vu privés de barrage pour un point de temps dépassé. Paolo Paini, également sans-faute, a lui été pénalisé de deux points. Mathieu Billot et Quel Filou 13 ont eux aussi subi un point de dépassement de temps, venant s’additionner à une barre renversée, totalisant donc 5 points.

De la déception pour certains grands noms qui étaient engagés avec des montures de qualité. McLain Ward, pourtant vainqueur de l’épreuve à barrage de jeudi et 2e de celle de samedi avec Noche de Ronda, a laissé une barre à terre dans le triple, le privant lui et HH Azur du barrage. Parcours compliqué pour Darragh Kenny qui avait pourtant sellé Babalou 41 et avec qui il prenait une 5e place dans le Grand Prix d’Aix-la-Chapelle : le couple sort de piste avec 12 points, renversant le premier et l’ultime obstacles. Bertram Allen et Molly Malone V n’ont pas non plus connu de chance, faisant une faute dès le quatrième obstacle, le cavalier manquant un peu de contrôle et décidant finalement d’abandonner.

Un barrage explosif

Sept couples sont parvenus à se qualifier pour le barrage : trois Irlandais, deux Britanniques, un Italien et un Suisse. Première à s’élancer, Susan Fitzpatrick a fait tomber une barre, réalisant tout de même le temps le plus rapide avec Fellow Castlefield et s’emparant de la 4e place finale. Même scénario pour Richard Howley et Chinook, un tout petit peu plus lents et terminant 5e. Les champions olympiques Ben Maher et Steve Guerdat, respectivement associés à Tic Tac et Venard de Cerisy, ont eux aussi tout donné. Pendant que le Britannique fautait dans le double, le Suisse lui renversait le vertical suivant la combinaison. Avec exactement le même temps (33’33), la 6e place ex-aequo leur revient.

Les doubles sans-faute ont donc été très rares, et Lorenzo de Luca a été le premier à en réaliser un. Vainqueur en 2016 et 3e en 2018, l’Italien avait aujourd’hui une nouvelle monture, Dinky Toy v Kranenburg. Ne prenant pas tous les risques avec ce fils d’Ugano Sitte, il a bouclé son second tour en 38’17, ce qui lui vaut la 3e place finale. La victoire allait donc se jouer entre la Grande-Bretagne avec Scott Brash, déjà vainqueur dans la Coupe des nations vendredi (à lire ici) et l'Irlande avec Shane Breen.

Brash vs Breen : duel entre amis

Avant-dernier à s’élancer, l’Irlandais et son Ipswich van de Wolfsakker ont pris tous les risques possibles, réalisant d’ailleurs une grosse touchette sur l’antépénultième obstacle, qui a pourtant tenu, permettant au couple de foncer vers les deux derniers. « Ma mère est décédée il y a environ six ans et son anniversaire est tout le temps pendant le Dublin Horse Show. Quand j’ai sauté l’antépénultième obstacle dans la première manche aujourd’hui et que la barre a rebondi dans les taquets, je pense qu’elle devait me regarder de là-haut, et me dire ‘continue, continue !’ », a dit Shane. Et il a continué à toute allure, franchissant la ligne d’arrive en 34’91 sans faire la moindre faute, décrochant la victoire.

Redoutables adversaire, Scott Brash et Hello Jefferson étaient les derniers à partir sur ce second parcours. Malgré tous ses efforts, l’Ecossais n’est parvenu à battre son ami, ne franchissant même pas la barre des 35 secondes et terminant en 35’39, synonyme d’une 2e place. Pas de déception pour les deux hommes, qui se connaissent très bien : « Scott s’est élancé en dernier, c’est un cavalier fantastique mais aussi mon meilleur ami ! Il vit à 10 minutes de chez moi à Hickstead, et nous plaisantions hier soir : quand j’ai vu l’ordre de départ et que je passais avant lui, je lui ai dit que si j’étais en tête, qu’il devait prendre son temps (rires). Il m’a dit qu’il avait tout fait pour gagner et je suis ravi que cette journée ait été la mienne aujourd’hui, et je suis content qu’il soit 2e, lui l’est aussi. C’est tout simplement parfait ! », a dit Shane. « Il la voulait tellement cette victoire, il a travaillé pour, il la mérite » a ajouté Scott.

L’Irlande renoue avec la victoire

Cinq : voilà le nombre d’années qu’il aura fallu attendre pour qu’un nouvel Irlandais remporte le Grand Prix de Dublin, le dernier vainqueur étant Bertram Allen et Molly Malone V en 2014. Pourtant, chaque année les Irlandais n’étaient pas passés loin de soulever le trophée : en 2015 ils étaient 2e et 3e avec Kevin Barbington et Conor Swail, en 2016 Shane Breen était 2e et Cian O’Connor 4e, en 2017 Denis Lynch était 2e et l’an passé, Bertram Allen était 5e. Mais c’est finalement l’année 2019 qui signe un nouveau succès de l’Eire, grâce à Shane Breen et Ipswich van de Wolfsakker, impériaux.

L’Irlandais ne réalise d’ailleurs pas encore qu’il a inscrit son nom à la liste des vainqueurs : « Je n’arrive pas vraiment à y croire, il y a trois ans j’étais 2e avec Golden Hawk, j’avais déjà été proche de la victoire à plusieurs reprises en ayant le temps le plus rapide mais ça faisait un moment que je me demandais si j’allais un jour l’emporter. Je suis tellement heureux d’y être parvenu. Je n’étais même pas certain de base d’amener Ipswich ! A mes yeux c’est aussi bien que remporter une médaille, ce Grand Prix représente tout pour moi ».

Shane n’a pas manqué de flatter son cheval, incroyable aujourd’hui : « Ipswich est fantastique, cette année, j’ai fait douze parcours et il a été sans-faute dix fois, il est super régulier. Il est assez spécial parce qu’à la maison ma fille Darcy pourrait le monter, mais en concours il est tellement tendu et anxieux. Il sait quand les choses importantes se passent ! Il n’a que onze ans et il devient meilleur, je le connais très bien et je ne pourrais pas être plus heureux ! ».

Les résultats complets : ICI.