Alexis Deroubaix et Timon d'Aure invincibles à Dinard
dimanche 04 août 2019

Alexis Deroubaix Timon d'Aure Dinard 2019
A Dinard, Alexis Deroubaix et Timon d'Aure ont remporté leur premier Grand Prix 5* © Eric Knoll

Après Nicolas Delmotte en 2017, le Jumping International de Dinard vient de sacrer un nouveau Français dans le Grand Prix Rolex. Alexis Deroubaix a ainsi choisi la superbe piste en herbe du Val Porée pour remporter son tout premier Grand Prix 5*, à l’issue d’un parcours bien difficile.

Premier sans-faute, premier à s’élancer dans le barrage, première victoire en Grand Prix 5* : voilà comment résumer la performance d'Alexis Deroubaix et Timon d'Aure. Pourtant, ce triomphe n’était pas acquis, car partir en début d’épreuve n’est jamais chose aisée. Avec le dossard numéro 5, Alexis ne s’est toutefois pas laissé abattre en réalisant le tout premier parcours parfait, arrivant à défier le tracé dessiné par Jean-François Morand et son chronomètre. Un temps d’ailleurs initialement très court, de 89 secondes, avant le passage de Félicie Bertrand. En effet, une fois le tour de l’amazone achevé, le jury prenait la décision de le rallonger de 6 secondes afin d’atteindre 95 secondes. Malgré ce temps supplémentaire, la légende Rodrigo Pessoa écopait d’un point de temps dépassé, ne faisant tout de même tomber aucune barre avec Quality FZ.

Si Daniel Deusser et son formidable Scuderia 1918 Tobago Z -couple 2e dans le Grand Prix Rolex d’Aix-la-Chapelle- partis en huitième position ont eux aussi signé en début d'épreuve un parcours vierge de pénalité, il a fallu attendre la seconde moitié des engagés pour qu’un nouveau sans-faute soit effectué. Mathieu Billot et Quel Filou 13 ont ainsi rouvert le bal des parcours parfaits, suivis peu de temps après par Pénélope Leprévost et Vancouver de Lanlore, Max Thirouin et Utopie Villelongue, Nicolas Delmotte et Urvoso du Roch. Un barrage à six s’annonçait donc, avec de grandes chances de voir le drapeau français flotter puisque cinq couples étaient tricolores.

Un barrage spectaculaire

C’est sous les applaudissements en rythme du public dinardais qu’Alexis et Timon ont ouvert le barrage, et de quelle manière ! Malgré un petit « oh oh » dans le double Rolex, le couple a tout simplement signé le double sans-faute le plus rapide, bouclant cette finale à vitesse en 40’95. L’unique duo étranger ne s’est pas laissé effrayer par les troupes françaises. Plus rapide au temps intermédiaire et malgré un demi-tour très court sur l’avant-dernier obstacle, « Double D » n’a pu battre le Français : « j’aurais aimé dire que j’ai voulu préserver mon cheval pour Rotterdam et ne pas prendre tous les risques, mais ce n’est pas le cas, j’étais juste trop lent », a dit l'Allemand. Avec un temps de 41’60, c’est une 3e place finale pour Daniel Deusser, pour qui il s’agissait d’ailleurs de la toute première venue à Dinard. Cette expérience bretonne l’a plus que réjouit : « j’étais impressionné lorsque j’ai vu la piste, et il y avait énormément de monde dès le jeudi, ce qui est rare dans notre sport. Si je suis invité une nouvelle fois, je reviendrai ! ».

La victoire était donc assurément française, mais qui allait l’emporter entre Pénélope Leprévost et Alexis Deroubaix ? A quatre centièmes seulement, la seule femme du barrage n’a pu vaincre le Nordiste. Avec un chronomètre de 40’99, Pénélope et Vancouver se sont adjugé la 2e place, améliorant leur performance de l’édition précédente (8e place suite à un point de temps dépassé) « L’année dernière le cheval était juste jeune, j’étais donc obligée de prendre un peu plus mon temps pour lui laisser le temps de dégager les postérieurs. Cette année il est tout simplement génial et rattrape même mes erreurs. Il ne fait que s’améliorer avec le temps et je peux commencer à être compétitive dans les barrages avec lui », dit-elle. Elle pense tout de même qu’elle aurait pu être plus rapide : « j’aurais pu faire sept foulées au lieu de huit pour aller sur le dernier, c’était un risque à prendre mais de toute façon je m’en suis rendu compte trop tard. Je suis contente d’avoir fait mon parcours sans trop prendre de risques ».

Une victoire saluant une ascension du couple

Qu’elle était belle cette victoire qu’a offert Alexis à Annick Chenu, présente pour ce CSI 5. Le déplacement aura donc été loin d’être inutile ! La propriétaire de Timon d’Aure a d’ailleurs exprimé sa joie : « Comment ne pas être ravie d’une telle victoire ? Alexis a gagné et c’était parfait, c’était beaucoup d’émotions ».

Révélé l’an passé avec notamment une superbe 9e place aux Jeux Equestres Mondiaux de Tryon, le couple Alexis-Timon n’a fait que progresser et confirmer sa place au plus haut niveau. « c’est monté progressivement en puissance », dit le cavalier. Il ne s’attendait pas aujourd'hui à s’imposer, pensant que son temps allait être battu : « j’étais un peu déçu en sortant parce que je n’ai pas eu la distance que je voulais au début, et pour sauter le dernier je me suis fait la réflexion que je pouvais faire facilement sept foulées au lieu de huit ». Malgré un « petit manque de réussite sur l’ensemble des concours avec des bons parcours mais avec des petites fautes », le tricolore a tout donné aujourd’hui dans ce barrage, l’expérience qu’il a pu acquérir le conduisant à la victoire, et repart de la Bretagne avec une belle montre Rolex au poignet.

Des Français excellents

Couple médaillé de bronze aux championnats de France Pro-Elite, Mathieu Billot et Quel Filou 13 se sont eux emparés de la 4e place avec un double sans-faute (43'92). Avec son style impressionnant, le gris a ébahi le public par sa puissance. Son long temps de plané avait d’ailleurs forcé son cavalier à ne faire que quatre foulées au lieu de cinq sur l’ultime ligne lors de la première partie d’épreuve afin de rentrer à l’heure.

Partis à toute allure, Max Thirouin et Nicolas Delmotte (3e l’an passé) ont malheureusement écopé tous deux d’une barre à terre, terminant respectivement aux 6e et 5e places. Un autre tricolore était également présent à la remise des prix : Marc Dilasser en selle sur Arioto. La paire était l’auteure du 4 points le plus rapide, fautant malencontreusement sur le mur, ne faisant toutefois tomber aucune barre.

Pas moins de trois couples de la sélection de Thierry Pomel (à lire ici) ont donc terminé en tête de classement de ce difficile Grand Prix, ce qui ne peut être que de bon augure pour les championnats d’Europe de Rotterdam.

Les résultats complets : ICI.