Alexis Lheureux : "Mes chevaux doivent avoir le moral au top pour avoir envie de sauter"
vendredi 19 juillet 2019

Alexis Lheureux Caïd de Jarsay Z Chantilly 2019
Alexis Lheureux et son puissant Caïd de Jarsay Z © Elisabeth Gillion

Alexis Lheureux avait fait le déplacement avec quatre montures au Jumping de Chantilly où il a connu de la réussite sur les CSI 1* et 2*.

A 25 ans, Alexis Lheureux installé au Haras du Montois à Genech (59) a un beau piquet. Avec Abelia de Pléville (Hickstead), il s'est offert la 1,30m du CSI 2* le 12 juillet à Chantilly. "Elle est régulière, facile, rapide, fiable car elle a la gagne," explique-t-il à propos de sa pensionnaire. Pendant l’hiver, celle-ci réalise de petites épreuves avec sa propriétaire avant de s'armer l'été avec Alexis sur des 1,30m-1,35m. Quant à Calisco de Terlong (Mylord Carthago), il a réalisé un double sans-faute dans la 1,40m. "Un peu fainéant à la maison où il a l'air de s'ennuyer, il révèle en concours ses gros moyens. Comme il est respectueux, il a de l'avenir".

Outre ces deux chevaux, Alexis peut également compter sur Lady du Beaumont ("une crème qui débute dans le métier") et enfin, il y a le chouchou, Caïd de Jarsay Z, acquis sur un coup de foudre. "Il est puissant, respectueux, avec un bon mental." Aérien sur les barres, il fait preuve d'aisance, mais il faut ruser car il est malin -voire joueur- et il a ses jours. "Il est attachant," ajoute Alexis qui l'adore et croit assez en lui pour l'engager maintenant sur quelques tours dans le Grand National.

Alexis a démarré chez Pierre Mathieu, qui est toujours son coach et qui vient régulièrement à Genech pour travailler les chevaux. Par la suite, le cavalier a passé trois ans auprès de Guillaume Foutrier. "Comme il a beaucoup de chevaux, j'ai pu apprendre à monter. Il m'a fait confiance et j'ai alors tenté un premier Grand Prix". Assez perfectionniste, Alexis a choisi ses installations pour le spring garden et l'accès en forêt : "il est essentiel qu'ils sortent au pas tous les jours, pour leur moral et cela les muscle, leur donne du fond. Ils acquièrent un pas dynamique, ils sont plus en équilibre et prêts à travailler quand ils rentrent. Mes chevaux doivent avoir le moral au top pour avoir envie de sauter !".