BIP Fontainebleau : Focus sur les Grands Prix dominicaux
dimanche 01 mai 2022

Mélina Bouillot et Canabis d'Albain, vainqueurs du GP Children
Mélina Bouillot et Canabis d'Albain, vainqueurs du GP Children © BIP/PSV

Les Grands Prix des diverses catégories venaient clôturer quatre jours de compétition proposés par la nouvelle équipe du Groupe Brame-AMC Concours, qui après avoir repris les rênes du BIP - créé par André et Marie Ange Bonneau - voilà deux ans, avait accepté à la demande de la FFE d’en élargir le format à un CSIO Jeunes.

Les U25

Les moins de vingt cinq ans s’affrontaient une dernière fois sur le terrain en herbe samedi en fin de journée. Sur les vingt couples au départ de ce Prix Just World, seuls trois sont conviés à la finale au chronomètre. Au sein de ce trio gagnant, la Française Inès Joly, aux commandes de son hongre de dix ans Elvic V/h Hoeve Terras Z (Elvis ter Putte), signe le temps le plus rapide mais se voit pénalisée de huit points aux obstacles et doit se contenter de la troisième place. La Britannique Fay Sutton se place en deuxième position après avoir bousculé une barre. Seule à signer un tour sans faute, la cavalière ukrainienne Anastasia Bondarieva s’impose avec sa jument grise BWP de neuf ans, Nastelina VD Witte Driesendijk (Avelon). 

Les Juniors 

Dimanche matin, les Juniors, au nombre de quarante neuf au départ, étaient conviés sur la carrière des Princes à résoudre l’énigme imaginée par Yann Royant et son assistant Nicolas Delerue. Le duo avait  pris soin de proposer un tour fluide mais technique, et de répartir au mieux les difficultés hissées à 1,40 mètre, dont un triple en sortie de tournant et une ligne composée d’un oxer, suivi d’un double qui aura créé son lot de désillusions. Sur les onze meilleurs de retour en piste pour la finale au chronomètre, cinq réitèrent le sans faute, mais c’est la cavalière belge Louise Ameeuw, associée à Nasty Boy de Muze, neuf ans, qui affiche le temps le plus rapide (38’’25) et s’impose sur ce Grand Prix soutenu par Free Jump, tout comme le Grand prix du CSIOP. Émue, ravie et impressionnée, la jeune fille se disait particulièrement enchantée de son cheval qu’elle monte seulement depuis le mois de février. « Il n’a pas beaucoup d’expérience, il est incroyable, il appartient à mon père (Christophe Ameeuw, ndlr). J’en ai six dans mes écuries à Ecaussinnes, des jeunes et des plus expérimentés, mais Nasty est le meilleur pour l’instant. » La mère et coach de Louise depuis toujours, la Brésilienne Fernanda Trilha, ne cachait pas son émotion. « C’est un moment fantastique pour nous deux car le partage de cette passion crée entre nous une relation très forte. Aujourd’hui, tout était parfait, je suis très fière de ma fille et de son cheval que nous sommes en train de construire. Il a commencé sur 1,35 mètre cette année. » La cavalière britannique Claudia Moore, en selle sur sa jument KWPN de dix ans, Hardester (Kannan) doit se contenter de la deuxième place pour une poignée de centièmes de seconde (38’’39), malgré son audace de tenter une option plus rapide. Le Français Charles Berthol vient compléter le podium grâce à un magnifique tour avec l’impressionnant hongre alezan de dix ans, Can Tho d’Aunou (Vauban de Ste Hermelle) qui rejoignait son piquet en fin d’année dernière après avoir évolué sous la selle du Portugais Duarte Romao. « Mon père Philippe, qui est l’un des principaux propriétaires des chevaux de Simon Delestre, l’avait acheté à six ans. Il a décidé d’en racheter la moitié à Grégoire Oberson fin 2021 pour essayer de construire une belle histoire entre lui et moi. Aujourd’hui il a sauté magnifique, j’ai beaucoup de chance d’être aussi bien entouré », concluait le jeune homme de dix-sept ans. 

Les Children

Les plus jeunes couraient également leur Grand Prix sur le Petit Parquet sur un tour à 1,30 mètre dessiné par Arnaud Richou et François Xavier Monet. Quinze des quarante-quatre candidats à la victoire, pour la plupart équipés de montures d’une qualité exceptionnelle, sont de retour pour le barrage. Pour quatre centièmes de seconde, après avoir littéralement survolé le parcours dans un train d’enfer, Mélina Bouillot, douze ans, qui courait son premier CSI, et avait déjà gagné deux épreuves durant le week end, notamment avec Eolia d’Albain (Quick Star) l’emporte aux commandes Canabis d’Albain, issu du croisement de Baloubet du Rouet et de Tentation d’Albain par Kannan, né à l’élevage familial situé à Montret (71). Le puissant étalon de dix ans avait été sacré vice-champion de France à cinq ans, et déclaré meilleur de sa génération à cinq et six ans. « Il est un peu difficile parfois parce qu’il se bagarre dans sa bouche, mais il est génial autrement », explique Mélina, radieuse, qui monte également une ponette et un autre cheval. Alexis Bouillot, père de la gagnante, cavalier jusqu’au niveau 3*, avait poursuivi la formation de Canabis jusqu’à l’âge de sept ans. « Maintenant, c’est comme s’il appartenait à ma fille », souriait-il. Lucas Delachaussée complète le podium avec sa jument de douze ans Atcha des Coteaux (Controe*HN). « J’ai beaucoup aimé faire un barrage, j’adore la vitesse. J’aurais pu mieux faire sur le double où elle revient taper au pied à cause d’un mauvais abord de ma part, mais je suis super content car elle a été géniale tout au long », analysait Lucas.  

Les Jeunes cavaliers 

Point d’orgue de ce nouveau rendez-vous bellifontain, le Grand Prix Bemer Rider, qui réunissait trente huit couples sur un tour à 1,45 mètre visiblement délicat, outre des cotes au maxi, puisque seuls trois d’entre eux accèdent au barrage. L’Allemande Johanna Beckmann, première à partir sur le tour initial, prenait le départ avec sa fille d’Emerald âgée de douze ans, Emelie Van de Mirania Stam. Elle boucle à nouveau un tour parfait dans un train endiablé qui lui vaut une victoire sans bavure largement méritée. Le Belge Tristan Guisson, associé à sa jument de dix ans Naturelle Vh Legitahof Z (Nabab de Rêve) aura tout donné mais franchit la ligne avec une seconde de plus (39’’59) et décroche une très belle deuxième place. Unique chance française, Dylan Levallois, aux rênes du splendide étalon de douze ans, propriété de son père Richard et inscrit au catalogue Semilly, Artiste de l’Abbaye (Quaprice Bois Margot), déroule un barrage magistral mais faute sur le dernier et doit se contenter de la troisième place. « Artiste a fait un super premier tour. Au barrage, j’arrive un peu près sur le dernier, j’aurais pu lui laisser un peu plus de place. La semaine dernière, il a couru le championnat de France, mais uniquement sur deux jours car nous n’étions pas à la finale, donc il était assez frais. Ce week-end, il s’est très bien comporté. Je le monte depuis un peu moins d’un an, je m’entends très bien avec lui », concluait Dylan, visiblement ravi de sa performance, à juste titre.  

À l’heure du bilan, Arnaud Gandon, président du concours retenait une édition haute en couleurs, une météo parfaite, et de bons retours des quatorze nations représentées notamment dans les Coupes des nations dans chacun des labels. « C’était une première, bien sûr nous avons quelques ajustements à faire, mais le bilan est encourageant. » Dans la foulée, AMC Concours proposera un CSI1 et 2* du 6 au 8 mai, un concours SHF les 10 et 11 mai, le Jumping Bleau du 13 au 29 mai, puis un concours aux couleurs Pro, Amateur et Poney de Harcour du 3 au 6 juin. 

Résultats complets sur https://results.worldsporttiming.com