Beerbaum avait calculé son coup !
samedi 13 septembre 2014

Ludger Beerbaum
Ludger Beerbaum © Global Champions Tour

L’expérience assurément ! Le champion allemand n’a pas raté son coup samedi soir dans le Grand Prix Longines de Lausanne pour lequel il pouvait compter sur l’un des chevaux les plus expérimentés de l’épreuve.

Et c’est ce qui a fait la différence. La plupart des cavaliers engagés ne disposaient pas de leurs premières montures, engagées la semaine passée en Normandie pour les Jeux Equestres Mondiaux. Et peu d’entre eux disposaient de ce que l’on appelle dans d’autres sports un « mulet » à la hauteur. Tandis que Chiara 222 la grise avait été sa partenaire dans le stade d’Ornano où il concluait en 33 ème position, il avait gardé Chaman en réserve. Or cet étalon,  pur produit de l’élevage français (Baloubet du Rouet x I love You) que  montait Ludger Beerbaum fait à l’évidence exception.  Pour mémoire né et enregistré au Mexique, il fit ses débuts sous la selle de Frederico Fernandez avant d’être monté par Luciana Diniz pour finalement être acheté par Madeleine Winter-Schulze propriétaire attitrée du champion. Beerbaum s’imposait devant une vieille connaissance, aussi chevronnée qu’estimée : John Whitaker. L’anglais flirte avec la soixantaine mais n’a rien perdu de son appétit. Il le prouva en ouvrant, avec Argento, un digne fils du grand Arko III, une nouvelle voie –c’est à dire en trouvant un raccourci- au barrage, mais ce ne fut pas suffisant pour débouter le leader. L’Argentin José Maria Larocca qui lui montait son cheval des Jeux Equestres Mondiaux, pour la bonne raison qu’il n’était pas allé bien loin dans la dite compétition (éliminé lors de l’épreuve d’ouverture) prenait la troisième place.
A noter que la victoire de Beerbaum lui a permis de ravir la pole position du classement général du Longines Global Champions Tour 2014 (236 pts) à Rolf Göran Bengtsson (221 pts).
Au terme des deux parcours successifs dessiné par Luc Musette seuls cinq concurrents s’étaient qualifiés pour le barrage. Gerco Schroder qui était le premier à s’élancer dans ce final bouclait un parcours prudent avec Cognac Champblanc, hongre holsteiner gris de 11 ans. Pilar Lucretia Cordon avec l’alezan Nuage Bleu accusait, elle, une faute.
Pas de Français au barrage, la meilleure performance revenant à Patrice Delaveau avec Carinjo HDC. Deuxième l’an passé derrière l’américaine Lucy Davis le vice champion du monde concluait cette fois au 9 ème rang pour une petite faute dans la seconde manche. Philippe Rozier (Unpulsion de la Hart) et Roger Yves Bost (Poker des Dames) accusaient tous deux une faute dans la manche initiale, Simon Delestre deux, ce qui était étonnant tant si petit Ryan des Hayettes est volontaire et appliqué.  

Résultat ici