CSI***** Audi Masters de Bruxelles: New Orleans, Couletto et Lord Luis : le choc des Titans
dimanche 28 novembre 2010

bruxelles10-gerco schroder
Gerco Schröder et New Orleans obtiennent la Coupe © Sylvia Flahaut

La piste étroite du hall 12 du parc des expositions de Bruxelles aurait dû faire la part belle aux petits chevaux. Pourtant, les trois montures reines du Grand Prix en imposent tant par leur taille, que par leur force. New Orleans, Couletto et Lord Luis, respectivement pilotés par Gerco Schröder, Simon Delestre et Lars Nieberg,
n’ont pas laissé le choix à leur adversaire.

Le Grand Prix des "Audi Masters" de Bruxelles a offert un spectacle des plus haletants aux amateurs de beau sport. Ils étaient 49 couples à prendre le départ d’une épreuve relativement technique. L’étroitesse du terrain n’a pas laissé le choix à Conrad Homfeld, chef de piste. Du vertical n°1 à l’oxer n°13, se sont succédés contrats de foulées et virages relativement  serrés. Pas de temps de pause et de relâchement sur le parcours pour les couples donc, qui n’ont pas eu en particulier de grosses difficultés à affronter. Seuls le double de verticaux en numéro 8 et la légère palanque blanche en numéro 12 causeront quelques tracas aux sportifs. Rodrigo Pessoa fera d’ailleurs les frais de cet obstacle en fin de parcours, essuyant l’étonnant refus de Let’s Fly.
Le premier sans faute de l’épreuve se fera d’ailleurs quelque peu attendre. Mais c’est finalement l’Irlandais Billy Twomey et son joli étalon bai, fils de Flamenco de Semilly, qui ouvrira le bal des parcours sans pénalité. Maniable, avec légéreté et force à la fois, le BWP de 10 ans, Je t’aime Flamenco,  montrera à ses homologues la manière de procéder. Et à la réjouissance du public, c’est le sympathique Rik Hemeryck et son étalon bai brun, Quarco de Kerambars, qui imitera son homologue irlandais. Puis, dans le cadre d’une loi des séries étonnante, les beaux parcours s’enchaineront : Simon Delestre avec son puissant Couletto, Laura Kraut et son pétillant Cedric, petit par la taille, grand par le talent et victorieux la veille, Gerco Schröder et son imposant hongre gris, New Orleans… Ils seront dix à briller ainsi sous les lumières bruxelloises. Au grand dam des Belges, Philippe Lejeune et Judy Ann Melchior sortiront de piste avec quatre points de pénalité, comme Kevin Staut et Silvana.

Seul cavalier à ne pas boucler son parcours dans le temps, Michael Whitaker et Amai paieront cher les 18 petites centièmes de trop… Du côté des tricolores, Pénélope Leprévost et Myss Valette sortent de piste avec huit points de pénalité, comme Jérôme Hurel qui, pour une première sortie à ce niveau avec Ohm de Ponthual, signe pourtant un très beau parcours. Pas au meilleur de leur forme, Philippe Rozier et Michel Robert, respectivement en compagnie de Jadis de Toscane et Kellemoi de pepita, préféreront précipitamment rentrer leur monture au bercail après un début de parcours moyen.

Un barrage qui privilégie les forts…
Les premiers cavaliers au barrage, Billy Twomey et Rik Hemeryck, essuiront tous deux les refus de leur monture à divers endroits. Troisième à pendre le départ, Simon Delestre fera prendre une belle galopade à Couletto et l’incitera à tourner court. A l’aise et en toute décontraction, l’étalon termine son deuxième parcours de la journée sans frôler une barre, et s’empare de la première place au classement provisoire. Laura Kraut et Cedric essaieront pourtant bien de l’en déloger : avec trois secondes de moins, l’amazone frôle l’exploit. Mais un petite négligence de sa monture ne lui permettra de s’emparer que de la quatrième place. L’Américaine termine néanmoins meilleure cavalière du concours. Au final, sur les 10 couples qualifiés, seuls trois boucleront un barrage vierge de toute pénalité. Et c’est finalement un autre grand gabarit qui viendra déloger le Tricolore de son fauteuil  de leader: Gerco Schröder et New Orleans s’appliquent eux-aussi à serrer les courbes, et surtout, accélèrent dangereusement pour franchir le dernier oxer. Il souffle ainsi la victoire à Simon Delestre de 37 centièmes. A la troisième place, un autre athlète à la force et à l’amplitude impressionnantes : Lord Luis, sous la selle de Lars Nieberg, également sans faute, mais un peu moins rapide. Gerco Schröder admettra que New Orleans, cheval peu rapide, doit en partie sa victoire aux fautes de ses concurrents, susceptibles d’être bien plus rapides. Même explication de la part de Simon Delestre. Mais comme dit l’adage, parfois, « rien ne sert de courir »…
 

Commentaires


 | 29/11/2010 10:15
Couletto et Simon Delestre ont fait un super Grand prix et méritent d'intégrer au printemps prochain l'équipe de France première !