CSI3* Le Touquet : la Belgique empoche une victoire bien méritée
dimanche 06 mai 2012

le touquet José Thiry et sa Cyber de l’Obstination
José Thiry et sa Cyber de l’Obstination © Sylvia Flahaut

C’est finalement la Brabançonne qui a retentit sur le terrain d’honneur du Touquet, lors de cette ultime journée de compétition. A l’issue d’un barrage empreint de suspens, c’est le sympathique Belge José Thiry, en selle sur sa jument alezane Cyber de l’Obstination, qui a coiffé au poteau ses concurrents.

« C’est un parcours qui donne envie de monter », commentait Eric Navet, dimanche, en début d’après-midi, lors de la reconnaissance du parcours du Grand Prix. Alexandra Francart, quant à elle, pointait du doigt les difficultés majeures. « Après la rivière, qui est en direction de la sortie, il faudra sacrément reconstruire pour aborder le double de verticaux jaunes, se projetait la souriante cavalière. Et puis, la ligne vertical triple ne semble pas très facile non plus. C’est un parcours qui exige de bien travailler son cheval ». Cinquante couples qualifiés étaient au départ du Grand Prix Horseware, ce dimanche après-midi. Au son des avions décollant et atterrissant sur le tarmac de l’aéroport du Touquet, la dernière épreuve s’est courue sous un ciel relativement clément. En milieu d’après-midi, la tribune principale avait fait le plein d’amateurs de beau sport.
Comme les journées de compétition précédentes, Jean-Paul Lepetit avait dessiné pour l’occasion un parcours aéré, mais qui exigeait des cavaliers un véritable travail de construction. Les cavaliers ont eu à composer, soigner particulièrement certains abords, choisir le bon nombre de foulées et remettre en équilibre tout en gardant du mouvement en avant… Vaste programme pour les sportifs.
Un parcours pas si facile…
Comme Alexandra Francart l’avait prédit, le temps accordé de 80 secondes a joué quelques tours : quatre couples, dont le représentant tricolore Yannick Gaillot, ont été privés de barrage faute d’avoir été assez rapides. Certains cavaliers ont eu également du mal à se dépêtrer des difficultés du parcours : Michel Hécart, en selle sur Monalisa (Montebello La Silla) termine avec 17 points de pénalité, comme Thomas Lambert et Nelson de Beausse (Gold de Becourt). Le jeune couple formé par Nicolas Delmotte et Sisley de la Tour Vidal (Ogano Sitte) boucle son tour avec 18 points de pénalité. Quant à Quannan Rouge (Kannan), victorieux sous la selle de Julien Anquetin vendredi, il n’a pas voulu jouer. Comme Olivier Jouannetau/ Norman Pré Noir (Gritac), le couple a été éliminé. Clémence Laborde/Ups’N Downs (Heartbreaker), Alexandra Francart/Doremi (Quidam de Revel) ou encore Philippe Rozier/Boulou’S (Balou du Rouet), ont préféré abandonner.
Finalement, dix cavaliers sont quand même parvenus à triompher des difficultés mises en place par le chef de piste. Parmi eux, trois Français : Eugénie Angot et son bon Old Chape Tame (Carthago) ont bouclé un parcours sans faute en début d’épreuve. « Je me suis forcée à ne pas reprendre dans la dernière ligne ! », expliquait la cavalière, visiblement très satisfaite, à son groom, en sortie de piste. Eric Navet/Colombo (Nabab de Rêve), couple favori du public, et François Xavier Boudant/Paradis Latin (Heartbreaker), ont également réussi l’exploit d’être au départ de la seconde manche. Parmi les étrangers qualifiés pour le barrage, les flèches britanniques Laura Renwick et Tim Stockdale… La tâche s’annonçait rude pour les Tricolores.
Avec impétuosité, la Belgique rafle la mise
Pourtant, Eugénie Angot, qui se classait 5e avec Davendy S, samedi dans le petit Grand Prix, commence par poser une belle option, en bouclant son barrage en 46,32s. Quelques numéros plus tard, la redoutable Laura Renwick et son bon Oz de Breve (Dollar du Mûrier), reprend la main et descend sous la barre des 46 secondes. On s’attendait logiquement à une victoire britannique… Mais c’était sans compter sur le cavalier belge, quelque peu outsider, José Thiry et sa jument alezane Cyber de l’Obstination (Chatman). Malgré le hackamore avec lequel il a choisi de mener sa monture, le Belge tourne court. Et galope dangereusement devant le vertical, avant dernier obstacle du parcours. En le franchissant sans faute, et en galopant comme un beau diable vers l’ultime difficulté, José Thiry inverse la donne. Et passe sous la barre des 45 secondes ! Heureux, le cavalier lève les deux bras à l’arrivée et récompense Cyber à grands coups de caresses. « Vous avez vu le plateau de sportifs présents ? », nous soufflait José Thiry, encore sous le coup de l’émotion, en sortie de piste. François Xavier Boudant réussit la belle performance de se classer troisième, entre les deux meilleures cavalières de l’épreuve, Laura Renwick et Eugénie Angot. Eric Navet, qui a éprouvé davantage de difficulté à manœuvrer le grand gabarit de Colombo, termine 7e.
Sur une belle remise des prix, faite en présence de toutes les petites mains ouvrières du concours, le CSI3* du Touquet s’est achevé vers 18h. Philippe Cotrel, président, n’a pas caché sa volonté de continuer sur sa lancée, et pourquoi pas, de faire prendre du galon à l’événement…