CSI3* du Touquet : Philippe Rozier ne laisse aucune chance à ses adversaires
dimanche 10 mai 2015

Touquet 2015- Philippe Rozier et Quel Chanu
Philippe Rozier et Quel Chanu © Sylvia Flahaut

A l’issue d’un barrage à cinq, c’est le cavalier tricolore Philippe Rozier, en selle sur son bon étalon de 11 ans Quel Chanu (Flipper d’Elle) qui s’est imposé devant son homologue Marc Le Berre et Ruby du Rustick (Dollar du Mûrier).

Au Touquet, ce week-end, toutes les conditions étaient réunies pour que l’édition 2015 de l’événement reste un grand cru. Contrairement à l’an dernier, le beau temps a permis aux cavaliers de ne pas sortir les vêtements de pluie et a convaincu les spectateurs de venir encourager les sportifs. « Je crois que nous n’avons jamais eu autant de monde », s’enthousiasmait Philippe Cotrel, président de la Société hippique du Touquet. Ce dimanche, 49 couples étaient au départ du Grand Prix du CSI3*. Parmi eux, certains cavaliers venus préparer l’international de La Baule. Premiers à s’élancer sur la grande piste en herbe, le Normand Benjamin Barbot et Oz du Moulin (Artos) trouvent la bonne combinaison pour venir à bout des difficultés imposées par Jean-Philippe Desmaret et son équipe. Sur les obstacles du moins. Car, au niveau du chrono, ça ne passe pas… Trois cavaliers sont font ainsi piéger : le Normand, mais également le Suédois Alexander Zetterman et l’Espagnol Latham Rutherford.

En piste, sur les barres, la première partie du parcours ne pose pas de problème particulier aux couples engagés. Le triple, situé en numéro 5 avec une barre de spa en guise de premier élément, se franchit plutôt bien. En revanche, la dernière ligne située le long de la grande tribune et comprenant un vertical, un double puis un oxer en guise d’ultime obstacle, est à soigner tout particulièrement. Thomas Lambert, Benjamin Devulder, William Funnel ou Guy William en font les frais et se voient privés de barrage.

Rozier loin devant... 

Finalement, seuls cinq couples parviennent à boucler un parcours sans faute et dans le temps. Parmi eux, pas moins de quatre Français ! Premier à s’élancer, le Belge Gilles Detry, en selle sur Catwalk Capone (Upsilon Van de Heffinck), sait qu’il n’a pas le choix : il doit poser une option. Sans faute, le cavalier sort de piste avec un bon chrono de 46,43. « Il va falloir galoper dans ce barrage », annonçait alors Thibaut Sailly, speaker. Deuxième à s’élancer, Philippe Rozier fait prendre une sacrée amplitude à son fils de Flipper d’Elle et joue la gagne. Le Tricolore tourne, galope, reprend peu, mais parvient à maintenir Quel Chanu en équilibre et aborder verticaux et oxers de manière tout à fait fluide. Le couple améliore le chrono de quasiment cinq secondes ! Julien Epaillard, un peu trop gourmand, commet deux fautes, tandis que Marc Le Berre, qui boucle un parcours vierge de pénalité en 44,05, parvient à accrocher une seconde place au classement provisoire. Elle devient définitive lorsque le champion de France pro élite en titre, Timothée Anciaume, sort de piste sans faute mais avec un chrono de 46,19. Ce dernier se classe troisième.

Malgré sa solide expérience, Philippe Rozier, déjà présent l’an dernier, n’a pas caché son émotion à la remise des prix (voir vidéo). Julien Epaillard, 5e, assure que le concours du Touquet a un bel avenir devant lui. « Le terrain a très bien tenu. On sent que l’organisation est de mieux en mieux rodée ». Le Tricolore, qui courrait le Grand Prix avec Pigmalion du Rozel (Le Tot de Semilly), n’était pas venu préparer La Baule, mais simplement courir « un beau concours français ». Lors de la remise des prix, Daniel Fasquelle, député-maire du Touquet, et Philippe Cotrel n’ont d’ailleurs pas caché leur ambition de voir cette compétition jouer dans la cour des grandes et pourquoi pas gagner une voire deux étoiles… 

Retrouvez tous les résultats en cliquant ici!