CSIO 5* Calgary : la Belgique écrit une nouvelle page de son histoire
dimanche 08 septembre 2019

Victoire de la Belgique dans la Coupe des nations du CSIO 5* de Calgary Spruce Meadows
Victoire de la Belgique dans la Coupe des nations du CSIO 5* de Calgary Spruce Meadows © Spruce Meadows Media

Victoire historique hier après-midi à Spruce Meadows puisque la Belgique remporte la Coupe des nations de Calgary pour la toute première fois de l’histoire !

Pas moins de dix nations s’affrontaient hier dans la Coupe des nations sur un parcours de 12 obstacles, 15 efforts dans un temps imparti de 73 secondes. Ce temps a d’ailleurs coûté cher à de nombreux couples, les sans-faute sur les barres étant présents, mais nombreux ont été pénalisés d’un ou plus de temps dépassé, à l’instar de les Irlandais Daniel Coyle et son incroyable jument de 9 ans Farrel (1+2) ainsi que le Capitaine Brian Cournane et Armik (1+1), Edward Levy et Drag du Buisson Z, Enrique Gozalez et Chacna ou encore Willem Greve et Zypria S pour n’en citer que quelques-uns.

Ouvreurs de l’épreuve et des Français, Olivier Robert et Vangog du Mas Garnier fautaient en entrée de triple, un obstacle qui s’est avéré particulièrement difficile pour de nombreux couples. La première manche a été fatale pour certaines paires : Bruno Chimirri et Tower Mouche ont été éliminés après deux refus, Charlie Jacobs et Cassinja S chutaient dans le double et Michael Kolz Z sur DSP Anpowikapi ne pouvaient achever leur parcours après une désobéissance et une volte. Seules les six meilleures nations ont pu repartir en deuxième manche, soit la Belgique, l’Irlande, le Canada, la France, la Suède et le Mexique, laissant de côté l’Allemagne, les Etats-Unis, les Pays-Bas et l’Italie.

Rien n’a arrêté les Belges

Visiblement lancée depuis son sacre européen à Rotterdam, la Belgique est en grande forme en ce moment et n’a laissé de chance à personne hier en s’imposant de la plus belle des manières dans la Coupe des nations de Calgary. En effet, les Diables Rouges n’ont même pas eu besoin d’envoyer leur quatrième et dernier couple en seconde manche pour s’octroyer la victoire.

Olivier Philippaerts, vainqueur en 2012 du Grand Prix Rolex avec Cabrio vd Heffinck, a été l’ouvreur parfait pour les Belges. Associé à H&M Extra, il a non simplement été le premier de l’épreuve à réaliser un sans-faute dans le temps, mais également un double sans-faute. Il a été rejoint peu de temps après par son collègue Pieter Clemens qui signait deux parcours vierges de pénalité avec Quintini.

Avec seulement 4 points issus de la première manche, les chances d’une victoire belge dès leur troisième couple reposaient sur les épaules de François Mathy Jr et Uno de la Roque. Ceux-ci n’ont pas failli et ont résisté à la pression, délivrant le pression sans-faute. C’est le poing en l’air que François sortait de piste, offrant un triomphe historique pour la Belgique qui inscrit pour la toute première fois son nom parmi les vainqueurs de la Coupe des nations canadienne (4 points). L’avance des Diables Rouges était telle qu’Yves Vanderhasselt et Jeunesse n’ont eu besoin de s’élancer. « Nous avons des cavaliers très forts, en seconde manche ils ont été absolument brillants. Ils ont sauté sans-faute et ont rendu mon travail facile », s’est exclamé le chef d’équipe belge Peter Weinberg.

Bataille entre l’Irlande et le Canada pour l’argent

L’histoire était bien différente pour les deuxième et troisième places. En effet, avec respectivement 8 et 9 points avant d’entamer la seconde manche, l’Irlande et le Canada avaient beaucoup à jouer. Cette deuxième partie d’épreuve a d’ailleurs été une succession d’alternance sur ces deux marches du podium entre les deux nations, l’une prenant l’avantage, puis l’autre. Seul Canadien à sortir avec un score vierge dans le tour initial, Eric Lamaze n’a malheureusement pas pu réitérer la performance par la suite, Coco Bongo faisant une faute. Mario Deslauriers sur Amsterdam 27 et Erynn Ballard associée à Fellini S n’ont eux toutefois pas touché une barre lors de l’ultime tour, permettant au Canada de finir en agent (18 points) pour la deuxième année d’affilée.

Les Irlandais étaient bien partis pour conserver leur 2e place, leurs deux premiers couples n’écopant que de temps dépassé. Cependant, les 8 points de Dermott Lennon et Gelvins Touch changaient la donne, faisant reposer le poids de ce classement sur Conor Swail et Koss van Heiste. La chance n’a pas été avec ce couple qui a lui aussi fauté deux fois avant d’abandonner, sachant qu’aucune amélioration du score collectif n’était possible. Les hommes en vert ont donc terminé à la 3e place (19 points).

Des Français à la peine

Pourtant bien partis en première manche avec seulement 10 points et donc à 1 petit point du podium, les Bleus se sont effondrés en seconde. Ouvreurs des Tricolores, Olivier Robert et Vangog du Mas Garnier n’ont pu améliorer leur score du premier tour, sortant même en 5 points en laissant le milieu de triple au sol. Les choses se sont même empirées au fur et à mesure, Edward Levy et Drag du Buisson Z, qui ne touchaient aucune barre en première manche et n’écopaient que d’un point de temps dépassé, sortaient cette fois-ci de piste avec 16 points, la ligne finale leur étant très coûteuse.

Pas de chance non plus pour Pierre Alain Mortier et Uruguay Courcelle, réalisant 5 points de plus que précédemment pour sortir de piste avec 22 points. Décidant sans doute de préserver sa monture pour le Grand Prix Rolex, Kévin Staut, qui ne faisait que 4 points en première partie d’épreuve, a décidé de ne pas prendre le départ avec Urhelia Lutterbach. Il n'était de toute façon pas possible pour l'équipe de Thierry Pomel d'effectuer une meilleure performance au classement générale. La France s'octroie ainsi une 6e place dans cette Coupe des nations avec un total de 53 points.

Les résultats complets : ICI.