CSIO : Beezie Madden s’impose à Rotterdam
dimanche 28 août 2011

madden lamaze
Beezie Madden et Eric Lamaze © Sylvia FLAHAUT

Le coup dur de la relégation de sa nation, Beezie Maiden l’a encaissé. Tant et si bien que la lady à la veste rouge a assuré le show, dimanche, à Rotterdam. Dans un train d’enfer au barrage, elle n’a pas laissé la moindre chance à ses concurrents

Entre deux averses, les cavaliers engagés dans le Grand Prix du CHIO de Rotterdam ont pu, à peu de chose près,courir dans des conditions météorologiques favorables. Mais, beaucoup d’entre eux ont reconnu le parcours à vive allure, pour ne pas ressortir complètement trempé de la grande piste en sable. 47 couples étaient au départ du Grand Prix.Parmi eux, un seul Tricolore, Simon Delestre. Pour bien préparer l’échéance européenne de septembre, ses camarades avaient plié bagages la veille, laissant au cavalier de représenter seul la France.  

Dans l’épreuve, c’est l’Irlandais Shane Breen, en lice pour le « Longines Press Award for Elegance »qui ouvre le bal des sans faute. Neuf de ses concurrents parviendront au même exploit, venant à bout des difficultés du parcours. La rivière, qui avait déjà causé du tort à Kevin Staut vendredi, ne fera pas les affaires de l’Irlandais Niall Talbot, ni de la sympathique Laura Kraut. Dans le camp des barragistes, s’inviteront entre autres le Japonais Taizo Sugitani/Avenzio 3, les cavaliers d’Outre-Rhin,Ludger Beerbaum/Gotha et Carsten Otto Nagel/ Corradina ou encore le jeune Hollandais Maikel Van Der Vleuten/VDL Groep Verdi . Une seule représentante de la gent féminine, et non des moindres, réussit également à boucler un parcours sans pénalité. Beezie Madden et son puissant Coral Reef Via Volo obtiennent leur sésame pour la seconde manche. Simon Delestre, quant à lui, finit avec 5points de pénalité en compagnie de son bon Napolidu Ry. « Le temps était court, et j’ai choisi l’option de faire cinq foulées de la rivière jusqu’à l’oxer,au lieu de six. Le cheval commet une petite faute, mais sur l’ensemble du tour,il a vraiment sauté de manière exceptionnelle et s’est montré vraiment disponible ».

Douze ans plus tard, elle récidive

Quatrième à s’élancer au barrage,l’Américaine sait bien qu’elle n’a pas le choix. Carsten Otto Nagel a bouclé son tour sans pénalité, dans un rythme plus que soutenu. Beezie prend des risques, tourne là où d’autres n’ont pas osé le faire et joue la gagne. Dans la dernière ligne droite, devant la grande tribune, la cavalière accélère sous les encouragements du public. Franchissant sans difficulté le dernier obstacle, les spectateurs ont conscience que la performance sera difficile à battre. Le Néerlandais Jeroen Dubbeldam s’y essaie pourtant. Mais, avec plus d’une seconde de plus au chrono que l’Américaine, le cavalier se contentera de la deuxième place. Carsten Otto Nagel se classe troisième, juste devant le Japonais, Taizo Sugitani.  En 1999, l’Américaine avait déjà remporté l’épreuve. Elle a admis que plusieurs choses avaient changé depuis, et notamment le site équestre. « Malgré les averses, le sol est vraiment resté au top, a-t-elle souligné lors de la conférence de presse. Depuis 12 ans, pas mal de choses ont évolué. Les parcours sont plus techniques,les barrages se courent plus rapidement. Ce n’est pas toujours évident de rester dans la course. Mais globalement, j’ai le sentiment que le sport équestre évolue positivement. Et que la performance est sans cesse repoussée ». Non contente de s’être imposée dans l’épreuve,Beezie Madden a également remporté le « Longines Press Award for Elegance »,qui récompense, parmi les cavaliers les plus performants de la saison, la cavalière et le cavalier les plus élégants en selle. Du côté des messieurs, c’est le champion olympique en titre, Eric Lamaze, huit points dans l’épreuve, qui a reçu les honneurs.