CSIO5* Aix-la-Chapelle : L'Allemagne à domicile
vendredi 01 juillet 2022

Victoire à domicile pour les Allemands à Aix-la-Chapelle
Victoire à domicile pour les Allemands à Aix-la-Chapelle © Eric Knoll

C'est peu dire qu'affirmer que ce jeudi soir, dans l'immense stade du CHIO d'Aix-la-Chapelle, la Mannschaft a ravi ses supporters en remportant la Coupe des nations de saut d'obstacles. Malgré une météo capricieuse, plus une place des 40 000 que compte de le stade n'était libre. Récit d'une soirée de grand sport, où cette épreuve souvent dite difficile n'a pas failli à sa réputation.

À l'issue de la première manche, aucune équipe n'était parvenue à afficher un score vierge, même si deux d'entre elles apparaissaient au-dessus du lot. Avec un total d'un point, la Suisse et l'Allemagne pointaient en tête des résultats. Chez les Helvètes, Steve Guerdat, sur son Selle Français Venard de Cerisy (Open Up Semilly), et Bryan Balsiger, associé à Dubaï du Bois Pinchet (Kashmir van't Schuttershof), livraient une prestation parfaite tandis que Pius Schwizer était pénalisé d'un point de temps sur Vancouver de Lanlore (Toulon). Quatrième à s'élancer, Martin Fuchs n'avait pas la pression du résultat, ses trois compatriotes ayant déjà fait le très gros du travail, mais a probablement pris le départ pour tenter d'effacer le point de temps de Pius Schwizer. Avec Conner Jei (Connor 48), le Suisse a déroulé un bon début de parcours mais s'est fait piéger sur l'entrée du double, placé en n°7, avant de faire une volte pour se rendre sur l'oxer n°8 et de finalement lever le bras après le vertical n°9. Du côté de l'Allemagne, Jana Wargers, trente-et-un ans, a fait forte impression pour sa première participation à la Coupe des nations du mythique CHIO. Ouvreuse de son équipe, elle n'est pénalisée que par le chronomètre, aux rênes de Limbridge (Limbus). Après les parcours sans faute de Ben Maher et Faltic HB (Baltic VDL) ainsi que Harry Charles et Romeo 88 (Contact van de Heffinck), la Grande-Bretagne a bien failli prendre le même chemin que la Suisse et l'Allemagne. Mais quatre points de Scott Brash, sur Hello Jefferson (Cooper van de Heffinck) et la légende John Whitaker, avec Equine America Unick du Francport (Zandor), les Britanniques se retrouvent à quatre points, à égalité avec les Belges, portés par les sans-fautes des piliers de leur équipe : Jérôme Guéry/Quel Homme de Hus (Quidam de Revel) et Grégory Wathelet/Nevados S (Calvados Z).

Pénalisée de douze points, l'équipe de France a quant à elle de nouveau pu compter (comme à La Baule) sur Mégane Moissonnier et Cordial (Casall), magistraux sur cette première manche et auteurs du seul sans-faute tricolore. Pierre-Marie Friant et Urdy d'Astrée (Bouffon du Mûrier) n'ont pas démérité mais fautaient sur l'oxer n°8, qui a piégé pas mal de couples, récoltant donc quatre points. Nicolas Delmotte en cumule huit avec Ilex VP (Diamant de Semilly), après un pied en bordure de rivière et une barre renversée sur le vertical n°9. Pour l'ouvreur Kévin Staut, cette première manche était à oublier : seize points avec Visconti du Telman (Toulon). Coup dur, mais score heureusement non comptabilisé pour le total par équipe. 

La Suisse plonge, l'Allemagne s'envole

Comme en première manche, c'est sous la pluie (continue et bien fraiche !) qu'a débuté la seconde manche. En revanche, la lumière du jour se raréfiait, passant le relai aux énormes spots placés tout autour de la carrière. Les Etats-Unis, dont le score atteignait dix-sept points en première manche, ouvraient la marche, et de bien belle manière grâce au sans-faute de Lillie Keenan et Argan de Béliard (Mylord Carthago). Malheureusement, ses compatriotes ne sont pas parvenus à l'imiter, et alors que Chloe Reid et Adrienne Sternlicht accusaient chacune huit points, McLain Ward récoltait deux points de temps. Globalement, cette deuxième manche s'est révélée plus délicate pour la majorité des huit nations engagées. Le Brésil, déjà en queue de peloton après la première manche, s'enfonçait un peu plus avec vingt-trois points supplémentaires, tout comme les Pays-Bas et leurs dix-sept points. La France s'était bien lancée avec un sans-faute de Kévin et Visconti, puis quatre malheureux points sur la rivière pour Pierre-Marie et Urdy, qui ont sauté le reste du parcours de manière impressionnante. Le cavalier se disait alors un peu déçu « car le score est là mais il ne faut pas oublier que c'est une première en première ligue et à Aix-la-Chapelle, qui est une des plus grosses Coupes des nations au monde », avant de se dire rassuré de voir que son cheval « est capable » de sauter de telles épreuves. Et puis, est arrivé le tour de Morgane qui, comme en première manche, déroulait une prestation magnifique, mais que la malchance n'a pas épargnée. Après avoir déferré dans le double placé en n°7, Cordial glissait à l'abord du vertical n°9 avant de le traverser, faisant perdre l'équilibre à sa cavalière. Elimination, et plus de joker. Les huit points de Nicolas Delmotte ont scellé le sort (et le score) de la France, qui termine cinquième avec un total de vingt-quatre points au cumul des deux manches.

Ce soir, même la Suisse a trébuché. Si Steve Guerdat et Venard de Cerisy réitéraient leur sans-faute, les choses se sont compliquées pour Bryan Balsiger, qui laissait quatre barres à terre, et Pius Schwizer, auteur de neuf points. Martin Fuchs tentait bien de redresser la barre, mais un pied dans la rivière et l'entrée du triple portaient son total et celui de Conner Jei à huit points. Impossible alors de figurer mieux qu'au quatrième rang. Cette situation a profité à la Belgique et la Grande-Bretagne, qui se hissaient respectivement sur les deux et troisième marches du podium et départagées par le chronomètre après un score de huit points chacune. On retiendra notamment les doubles sans-fautes de Jérôme Guéry/Quel Homme de Hus et Harry Charles/Romeo 88. Mention spéciale au jeune britannique, qui s'est montré irréprochable pour sa première Coupe des nations dans le temple des sports équestres. « Faire partie de cette équipe sur ce terrain est quelque chose dont j'ai toujours rêvé », soulignait-il en conférence de presse, ne manquant pas d'appuyer les qualités de son partenaire à quatre jambes. 

Et puis, sur une autre planète, il y avait l'Allemagne. Otto Becker, le chef d'équipe, avait pourtant choisi deux "petits nouveaux" sur cet évènement : Jana Wargers, qui après son point de temps en première manche en totalisait cinq en seconde, et Andre Thieme, le champion d'Europe en titre, toujours sur la selle de DSP Chakaria (Chap 47). Durant la conférence de presse, il confiait avoir demandé à endosser le rôle du quatrième. « Ces deux derniers jours, je me suis demandé ce qu'il m'avait pris de faire ça », relatait-il en riant. Mais grand bien lui fasse, il n'a même pas eu besoin de monter son deuxième parcours tant ses compatriotes (Jana Wargers, mais aussi Christian Kukuk/Mumbaï et Janne Friederike Meyer-Zimmermann/Messi van't Ruytershof) ont assuré la deuxième manche. « J'étais déjà très content de mon premier tour, mais je suis encore plus content du second », plaisantait-il, faisant rire tout le monde en conférence de presse avec lui.

Pour consulter les résultats détaillés de cette épreuve, cliquez ici.