Camille Condé Ferreira, doucement mais sûrement
vendredi 08 octobre 2021

Camille Conde Ferreira
Corrado du Moulin, propriété de la famille Mégret, est l'un des deux chevaux de tête de la cavalière, avec Bassano de Nantuel. © Scoopdyga

Proche de la famille Mégret, Camille Condé Ferreira, 22 ans, dispose aujourd'hui d'un excellent piquet de chevaux pour briller sur les CSI2 et 3*. Elle organise son quotidien entre les écuries familiales et le Haras de Clarbec et, sans avoir d'objectifs sportifs personnels précis, elle souhaite continuer de valoriser les chevaux qui lui sont confiés, en visant notamment par la suite le niveau 4*.

Depuis un peu plus d'une année, Camille Condé Ferreira organise son temps entre ses écuries en Seine-et-Marne et le Pays d'Auge. Deux lieux séparés d'environ 270 kilomètres. Autant dire que la cavalière avale plusieurs centaines de kilomètres par semaine, sans parler de la route pour aller en concours... Mais cela ne semble aucunement gêner la jeune femme, qui semble avoir trouvé son équilibre dans ce quotidien rythmé. "J'avais déjà quelques chevaux appartenant à la famille Mégret dans mes écuries auparavant, mais nous avons pensé un nouveau système afin que je puisse en travailler davantage, directement au Haras de Clarbec", indique la cavalière. "Aujourd'hui, je partage mon temps de façon égale entre mes écuries et la Normandie. Nous avons mis en place une organisation bien rodée, et avec l'aide d'équipes vraiment efficaces, tout se passe très bien. Lorsque j'ai une compétition, je passe généralement deux jours en Seine-et-Marne, le lundi et le mardi, puis je file en Normandie pour y travailler les chevaux le mercredi et le jeudi. J'ai plutôt bien pris le coup et aujourd'hui, ça roule, nous avons trouvé, je pense, un bon équilibre, même si le rythme est assez soutenu!"

Entre jeunes et chevaux expérimentés, un piquet étoffé

Dans son piquet, la cavalière compte une vingtaine de chevaux de concours, dont certains encore jeunes et en formation. "Parmi mes meilleurs chevaux, il y a Corrado du Moulin, un fils de Berlin, qui a 11 ans et qui appartient à Geneviève Mégret. Il est très régulier sur 145 et démarre les 150. Je peux également compter sur Bassano de Nantuel, un Baloubet du Rouet de 10 ans. Il a également commencé les 150, et appartient aussi à la famille Mégret. Outre ces deux bons chevaux, je dispose de quelques chevaux pour faire 140, 145, comme Air Force Gem, un Royal Feu de 10 ans, Varenta Gem, une jument par Allegreto de 12 ans, qui sont tous les deux nés au Haras de Clarbec. Je dispose également d'Egerie du Val du Geer, une Toulon de onze ans. Elle a été achetée à l'âge de 6 ans par le Haras de Clarbec et a gagné sa première épreuve 145 le week-end dernier à Fontainebleau." Outre les nombreux chevaux qui lui sont confiés par la famille Mégret, Camille Condé Ferreira mise également sur Flash du Puits, un Mylord Carthago de 6 ans, dont elle est co-propriétaire avec Nicolas Gravet. "C'est un top cheval. Il a fini 20e de la finale des 6 ans cette année, en remportant notamment l'épreuve au chrono. Je crois beaucoup en lui !"

"Garder les pieds sur terre"

Si la cavalière admet qu'elle est très bien équipée, pas question pour elle de s'enflammer sur un objectif sportif en particulier. "Mon but est vraiment de performer à chaque niveau d'épreuves avec des chevaux qui aient envie d'aller en piste. L'idée est vraiment de valoriser chacun d'entre eux. Bien sûr, chaque sportif a des envies et des ambitions, et les Jeux Olympiques à domicile en 2024 en font rêver plus d'un. Mais il faut garder les pieds sur terre, je suis loin d'avoir encore le niveau pour y penser et il y a énormément de cavaliers plus méritants que moi. Si, un jour, j'ai la chance d'avoir un cheval pour m'emmener à ce niveau, bien sûr, je ne passerai pas mon tour. Mais ma priorité aujourd'hui est vraiment de faire évoluer mes chevaux, de me montrer régulièrement performante sur 3* pour monter d'un cran par la suite, et participer à des 4*."

Pour éviter de s'enfermer dans "un petit confort" comme elle le précise, Camille Condé Ferreira s'est entourée, avec le conseil de Geneviève Mégret, de Michel Cizeron. "Michel avait notamment conseillé Olivier Robert avec Ilena et Geneviève l'a contacté. J'ai accroché très vite avec Michel, c'est un véritable homme de cheval", précise Camille. "Je travaille avec lui depuis 3 mois maintenant et il m'apporte beaucoup de bons conseils et me sort de la routine. C'est exactement ce que je recherchais.

A Royan ce week-end et le week-end prochain, Camille Condé Ferreira ignore encore à quelles compétitions elle prendra part ensuite. Ce qui semble certain, c'est que la cavalière fait son petit bonhomme de chemin en plaçant de nombreux atouts de son côté pour atteindre la régularité et le niveau qu'elle espère.