Ch-Eu Rotterdam : les Français entre soulagement et déception
vendredi 23 août 2019

Kiis & Cry championnat Europe Rotterdam 2019
Les nerfs des cavaliers et du staff français a été mis à rude épreuve mais ils l'ont fait : go to Tokyo ! © Eric Knoll

L’enjeu des championnats d’Europe était grand pour l’équipe de France de saut d’obstacles et la qualification pour Tokyo en ligne de mire. Au terme du championnat par équipes, c’est acté, les Tricolores ont gagné leur billet pour le pays du Soleil Levant. Une grande satisfaction, mais pas de quoi effacer la déception de la médaille en chocolat…

« Ce sera une bière pour fêter ça Thierry ? - Plutôt deux, oui ! ». Le sélectionneur de l’équipe de France, en poste depuis le début de l’année, peut enfin respirer : la France sera bien présente pour défendre son titre olympique à Tokyo ! La dernière manche de la finale par équipes aura été rythmée par d’interminables calculs. Trois tickets pour les JO étaient à prendre… pour six équipes encore en lice ! Finalement, exit l’Irlande et l’Italie et le Danemark. La France s’offre le dernier ticket, derrière la Belgique, sacrée championne d’Europe, et la Grande Bretagne, médaillée de bronze

Ouvreurs pour le clan tricolore, Pénélope Leprévost et Vancouver de Lanlore, auteurs de 8 points hier, lançaient magnifiquement l’équipe avec un sans-faute dans le rythme rondement mené. Nicolas Delmotte enchaînait ensuite avec une faute en sortie de triple de la part de son très prometteur Urvoso du Roch, tout comme Kevin Staut et Calevo 2, qui fautaient eux sur le deuxième élément de cette combinaison. Un parcours qui a déçu l’ancien numéro 1 mondial, mais qui assurait tout de même à la France la qualification olympique, avant même l’entrée en piste d’Alexis Deroubaix et Timon d’Aure. Si le ticket pour Tokyo était le premier objectif, pour les représentants du Haras du Plessis, c’est la médaille de bronze par équipe qui pesait sur leurs épaules. Un sans-faute et la France passait devant la Grande-Bretagne. Tout à fait envisageable au vu de la facilité avec lequel le couple enchainait les sans-faute depuis le début du championnat. L’attachant gris a finalement fauté sur le large oxer de sortie du dernier double… La loi du sport ! Le travail, la technique et l’investissement ne payent qu’avec une dose de réussite : Alexis et Timon l’avaient de leur côté depuis deux jours, ils ont du faire sans aujourd’hui. 

Une médaille en chocolat au gout amer

« Notre premier objectif était la qualification olympique : contrat rempli. C’est un grand soulagement, et une grande satisfaction. J’avoue être un peu déçu tout de même de cette 4e place finale par équipes... Déçu pour nos cavaliers qui méritaient cette médaille de bronze mais c’est le sport ! », débriefait après coup Thierry Pomel. Un sentiment partagé par l’ensemble de l’équipe, soulagé de pouvoir se projeter sur les prochains JO mais affectée par ce classement au pied du podium. Un sentiment que le sélectionneur national tempère : « Il faut replacer les choses dans leur contexte. Le niveau de ce championnat était très élevé. Les Anglais et les Allemands avaient fait appel à des cartouches de taille, qui n’étaient pas présentes à Tryon, avec Ben Maher et Scott Brash ainsi que Christian Ahlmann et Daniel Deusser. Je suis aussi déçu que mes troupes, mais le résultat est très positif quand on sait que l’on est en train de reconstruire quelque chose, avec de nouveaux cavaliers et de nouveaux chevaux depuis Rio. Les portes sont ouvertes pour Tokyo, on peut envisager l’avenir de manière très très positive »

Et à plus court terme, c’est vers la finale individuelle que les regards sont tournés. Les 25 meilleurs couples du classement provisoire sont appelés à en découdre dimanche dans la première manche et trois Bleus ont gagné leur ticket pour ce dénouement : Alexis (6e, 5,40 pts), Pénélope (16e, 9,63 pts) et Nicolas (18e, 10,36). Pour Kevin, l’aventure s’arrête là. Sur une 31e place individuelle, une 4e par équipes… mais une qualification olympique ! « J’ai bénéficié de la qualité de mon équipe. Je suis évidemment content pour la qualif, je suis content pour mes coéquipiers, mais je n’ai fait que limiter les dégâts. J’ai le sentiment de pas avoir été acteur et d’avoir suivi la mouvance », livrait, visiblement très en colère contre lui-même, le Normand. Gageons que le diner prévu entre Français ce soir saura lui redonner du baume au coeur... Une médaille aurait évidemment été la cerise sur le gâteau, mais il faut savourer de pouvoir dire "Go to Tokyo" !

Retrouvez les résultats détaillés ICI