Emma Augier de Moussac : "Je ne suis que la victime d'une publicité mensongère"
mardi 28 janvier 2020

Emma Augier de Moussac
Emma Augier de Moussac © Scoopdyga

Lors du CSI 3* de Budapest qui se déroulait du 26 au 30 juin 2019, Emma Augier de Moussac a été contrôlée positive à la hydrochlorothiazide, un diurétique qui est souvent utilisé pour éliminer l'eau et le sel dans l'organisme. En augmentant le volume d'urine, les diurétiques favorisent de manière générale la dilution de toutes les autres substances présentes dans l'échantillon. C'est pourquoi il fait partie des substances interdites par l'agence mondiale d'anti-dopage. De fait, la cavalière a été suspendue depuis le 23 décembre mais elle s'estime victime de "publicité mensongère", ce qu'elle explique dans un communiqué publié sur son site internet hier :

"Pour une raison esthétique, j'ai pris pendant un mois un complément alimentaire décrit et vendu comme étant 100% naturel sur la notice d'utilisation, l'emballage et le site internet. De multiples commentaires provenant de différents sites internet louaient le fait que le produit était 100% naturel et efficace sans le moindre effet secondaire.

Suite à un contrôle anti-dopage effectué après une compétition, une substance prohibée par les autorités anti-dopage est apparue dans les analyses. Suite à cela, j'ai demandé une analyse complète, certifiée par un laboratoire, de tous les produits que j'ai utilisés. Le résultat a montré ceci : en réalité le produit n'était absolument pas naturel à 100% et il contenait bien la substance prohibée qui a été trouvée lors du contrôle anti-dopage.

J'ai accepté la suspension temporaire en attendant la décision de ma fédération mais cependant, je ne suis que la victime d'une publicité mensongère menée par le vendeur du complément alimentaire que j'ai consommé."