Equipondi : Christophe Le Garrec et Uriel d’Amaury enfin !
dimanche 03 novembre 2019

 Christophe Le Garrec et Uriel d’Amaury Pro Elite Equipondi 2019
L'édition 2019 du GP Pro Elite était la bonne pour Christophe Le Garrec qui s'y impose pour la première fois, associé à Uriel d’Amaury © Mya Roynard / Dk-Prod

Habitué des remises des prix en Bretagne, notamment grâce à son inoxydable Nils de Lojou, Christophe Le Garrec s’impose ce dimanche pour la première fois dans le Grand Prix Pro Élite d’Equipondi avec Uriel d’Amaury, troisième l’an dernier.

A Pontivy, l’après-midi a débuté par une séquence émotion avec la mise en retraite d’Olympe d’Aiguilly, double gagnante du Grand Prix avec Yannick Gaillot, mais le sport a rapidement repris ses droits avec le lancement du difficile Grand Prix de Pontivy. Loin de ces frissons, Laurent Goffinet réalise d’entrée de jeu le parcours sans-faute avec Atome des Etisses, tout juste de retour d’une sixième place dans le Grand Prix 4* de Saint-Tropez. Il est rapidement imité par Christophe Le Garrec avec son fils de Kannan, Uriel d’Amaury. Après ces deux parcours relativement aisés, les cavaliers rencontrent des difficultés sur le tracé dessiné par Jean Paul Lepetit et Thomas Clivio, notamment sur les verticaux. Attendue avec son expérimentée Urane, Axelle Lagoubie signe finalement le troisième sans-faute en toute fin d’épreuve juchée sur son jeune Black’n Roll

Avec un barème en deux manches, les cavaliers à zéro point sont donc rejoints par quatre couples pénalisés d’une barre sur le tracé initial. Parmi eux, Corentin Derouet. Le jeune homme, associé à Talika des Isles, se ressaisit en deuxième manche avec un parcours parfait qui plus est dans un excellent chronomètre. Contrat rempli pour le cavalier des écuries Rocuet qui regarde ses adversaires aller à la faute tout en remontant dans le classement. C’est notamment le cas d’Axelle Lagoubie qui renverse la combinaison reculant à la cinquième place, ce qui offre par la même occasion le podium à Corentin Derouet. Christophe Le Garrec réalise finalement l’ultime double sans-faute, s’assurant la victoire devant son public : « Je suis très content dont la façon s’est comporté Uriel. Il n’a fait qu’un tour vendredi où il était inquiet mais je n’ai pas voulu le sortir le samedi pour miser sur la fraicheur. Ça s’est avéré être la bonne stratégie. En partant en dernier, je n’ai pas joué le chronomètre puisqu’il n’y avait aucun double sans-faute, j’ai misé sur le respect du cheval. C’était le dernier concours de la saison pour Uriel. L’année prochaine je vais essayer de faire plus de Grand National avec lui. »

Très rapide, Laurent Goffinet termine deuxième après une erreur sur le numéro 3. « Je suis venu ici pour préparer le 4* de Rouen qui est dans 15 jours. Depuis le début de l’année, Atome ne rate pas grand-chose, aujourd’hui il a un juste anticipé le virage c’est pour ça qu’il fait la faute. Je n’ai pas voulu assurer car c’est dangereux de partir pour assurer. Si je faisais quatre points j’aurais été loin. » Cependant, le Normand peut se consoler avec le titre de meilleur cavalier du concours : « Je suis satisfait par cette récompense. Avant le début du week-end j’aurais signé pour tous ces résultats. »