Fin de saison pour Edouard Coupérie: bilan et perspectives
lundi 17 décembre 2001

arnhem couperie + pro pilot 3
arnhem couperie + pro pilot 3

Depuis Arnhem, des mois sont passés, Edouard Coupérie ne cesse de travailler et travailler encore pour que Pro Pilot arrive enfin à maturité. La route est longue mais la qualité est là...

De retour du CSI-W d’Amsterdam, son dernier concours de la saison, Edouard Coupérie fait le point. Dans son piquet, quatre chevaux : Pro Pilot, Balkan, Cabdula du Tillard et For de la Hardière.Pro Pilot II et son cavalier Edouard Coupérie, terminaient la saison sur la Coupe du Monde d’Amsterdam. Malheureusement, trois fautes dans la qualificative leur fermeront les portes du Grand-Prix Coupe du Monde : « L’épreuve qualificative n’était pas grosse du tout, explique Edouard Coupérie. Mon cheval a fait une faute en début de parcours, et comme il y avait déjà 18 sans-faute, je savais que je n’étais plus dans le coup donc j’ai fait un tour de travail ». Dans le Grand-Prix, dimanche, une faute et trois points de dépassement de temps : « je suis quand même content qu’il termine comme ça. Le Grand-prix était beaucoup plus gros que la coupe du Monde, l’attitude de Pro Pilot montre qu’il a les capacités et qu’il ne manque que le travail ».

Depuis Arnhem, lieu des derniers championnats d’Europe, Pro Pilot et Edouard ont rapporté du bon et du moins bon. Bon à Vérone où ils terminent 3e du GP, moins bon à Genève où ils ne seront même pas qualifiés pour le Grand-Prix, les résultats de Pro Pilot témoignent de son manque d’expérience « Je sais que mon cheval a besoin de progresser. On est passé à un niveau de concours élevé, où la concurrence est sérieuse, tout doit être prêt à 100%. Je dois affiner les réglages, c’est à dire le dressage, de manière à contrôler complètement le cheval. Il a une masse musculaire énorme, voilà pourquoi ça prend plus de temps qu’avec d’autres chevaux ».

Au programme chaque jour pour Pro Pilot : deux séances de travail. « De la mise en condition d’abord, puis du travail de répétition, beaucoup. Allonger, reprendre, assouplir….Je dois répéter et répéter encore les mêmes gestes pour qu’il apprenne. Chaque faute est explicable et pour les éradiquer, il faut travailler sur l’essence même de la faute » reconnaît Edouard Coupérie.Malgré ces résultats en demi-teinte, Edouard n’est pas inquiet, la qualité du cheval est là, ce ne sont pas des fautes de négligence. Jerez semble être un objectif raisonnable pour le cavalier des Ecuries du Grand Veneur.

For de la Hardière (photo)Fils de Jalisco BAppartient à Monsieur Levy« C’est un étalon qui fera des Grand-Prix l’année prochaine. Il est plein de bonnes intentions, ça promet ».

BalkanFils d’If de Merzé, propriété d’Adeline Wirth« Il a le niveau pour faire des Grands-Prix mais a rencontré quelques problèmes de santé en début d’année et ne revient au meilleur niveau que depuis octobre. Il a participé à cinq ou six concours et s’est bien comporté » (notamment à Amsterdam et Genève dans les épreuves annexes au GP, ndlr). Je compte sur lui pour redémarrer la saison » conclue Edouard Coupérie.

Cabdula du TillardFils d’AbdullahPropriété d’Arnaud Evain« Il fait la monte en ce moment mais reviendra en janvier. C’est certainement lui qui aura gagné le plus d’épreuves cette saison mais il faut arriver à doser ses efforts »

Un piquet très intéressant pour aborder la saison 2002. Retour prévu à « Bordeaux début février, ou alors en Allemagne juste avant , histoire de caler les derniers réglages ». Edouard Coupérie profite des concours indoor pour peaufiner son travail, estimant que c’est dans des conditions de « vraie » compétition que le cheval évoluera le mieux