Fontainebleau: Isaure Bauge, meilleure cavalière du concours remporte le grand prix amateur
lundi 04 juillet 2011

fontainebleau été 2011- Isaure Bauge- Perlipopette Trèfle
Isaure Bauge et Perlipopette Trèfle © Béatrice Fletcher

Dès 8 heures ce matin, les meilleurs amateurs étaient conviés à fouler le mythique terrain d’honneur du Grand Parquet pour disputer leur grand prix final soutenu par l’Eperon. Retrouvez l'interview de la vainqueur et son parcours (grâce à Jumping Vidéo).

Pour être sur la liste de départ de cette finale, les amateurs catégorie Elite avaient du se qualifier sur l’une des deux épreuves du vendredi ou du samedi, ou encore sur l’épreuve des six barres, que Fabien Collec (Osée d’Orval) et Benoît Briant (Othello de Mère) remporte à égalité sur 1,75m. Sur les 35 partants de la finale, seuls 7 bouclent le premier tour sans fautes et se voient invités à courir un barrage au chronomètre. Parmi les couples qui réitèrent le sans faute au barrage, Pierre Potin (Granush) termine en un temps de 43’’51 qui lui vaut la quatrième place, tandis que Julien Bergot, 17 ans, en selle sur Jalisco du Golfe franchit la ligne en 42’’29 et se classe troisième, « ravi d’être venu de Vannes dans le Morbihan où il travaille avec Pierre Cimolaï  et d’avoir à nouveau eu le plaisir de monter sur le grand parquet » qu’il connaissait déjà pour y avoir disputé les championnats cadets.

En deuxième position, Manon Cluis termine en un temps de  40’’49 en selle sur sa jument bai de 13 ans Kirielle d’Hammer, née chez Isabelle Marteau en Picardie, et qu’elle monte depuis deux ans tous les soirs après l’école de même que ses trois autres chevaux.

La  grande gagnante de cette catégorie amateur Elite, Isaure Bauge, passe sous la barre des quarante secondes et l’emporte en  39’’71 avec Perlipopette Trèfle, sa fille de Quick Star âgée de 8 ans, avec laquelle elle avait déjà remportée la qualificative de la veille, et se voit également sacrée meilleure cavalière amateur du concours. Basée en Normandie, Isaure, 18 ans, qui se destine à devenir cavalière professionnelle, se disait elle aussi, à l’instar de tous les cavaliers présents, quelque soient leurs résultats « ravie d’avoir eu la chance de monter sur ce terrain, malgré ses dimensions inhabituelles et les difficultés que peuvent engendrer les dénivelés. »