Franck Schillewaert « Je déménage à l’automne »
jeudi 05 juillet 2012

Franck Schillewaert
Franck Schillewaert

Franck Schillewaert (44 ans) aura quitté ses écuries du Val St Georges courant octobre pour prendre ses fonctions pour le Haras des Coudrettes près de Deauville dans des installations dédiées au Haras de La Chesnaye

Quel est ce tournant professionnel ?
Je suis dans mes écuries de St Georges d’Elle (50) depuis 1994 ; Elles sont désormais en vente car à l’automne ma famille et moi rejoignons le Haras de La Chesnaye près de  Deauville où je serai en charge d’une structure évolutive d’une quarantaine de boxes pour le compte d’Armand et Emmanuelle Perron-Pette (Haras des Coudrettes). Cet équipement complémentaire est entrain d’être finalisé.

Avec quel type de chevaux et quel objectif ?
Je serai chargé de former et débuter les chevaux de 7, 8 et 9 ans de « HDC Compétition » sur des épreuves internationales de type CSI 3 étoiles tout en continuant à faire progresser Marquis de la Lande acquis récemment par HDC. Je donnerai également des stages.

Comment ce projet a-t-il émergé ?
Il est récent ; Les premières bases ont été jetées simultanément à l’achat de Marquis par HDC.

Plus d’épreuves SHF sur lesquelles vous étiez devenu un cavalier incontournable ?
Non

Allez-vous vous occuper d’élevage ?
Ce n’est pas prévu. La priorité sera donnée aux chevaux de haut niveau.

Quel sera votre statut ?
Céline (39 ans), mon épouse, et moi serons salariés de la structure. Il est prévu que nous habitions sur place ou à proximité immédiate des installations idéales pour un beau projet d’envergure.

Serez-vous dans les mêmes installations que Patrice Delaveau, Olivier Guillon et Kévin Staut ?
Ce n’est pas le projet tel qu’il se dessine. Ils devraient disposer d’une structure située à proximité de La Chesnaye. On ne sera pas sans se croiser.

On vous connaît plutôt autonome, décideur, expérimenté et autodidacte. C’est donc un tournant dans votre carrière ?
C’est une opportunité extrêmement intéressante d’envisager l’avenir dans une autre dimension qui me rapprochera du haut niveau tel que je le conçois, c'est-à-dire avec de la planification, des équipements fonctionnels, un piquet de chevaux de CSI, le tout en rapport avec le constat qui veut que le haut niveau et le commerce se concentrent de plus en plus dans le Pays d’Auge que je connais pour avoir travaillé à mes débuts chez Jean-Pierre Vilault à Notre Dame d’Estrées.