Grand Prix GCT 2012: Edwina Alexander remet çà à Doha!
samedi 07 avril 2012

doha 12_podium
Le podium de la première étape du Global Champions Tour à Doha

On prend les mêmes et on recommence : on veut dire l’Australienne Edwina Alexander et l’ineffable Itôt du Château. Grands vainqueurs de la série 2011, ils ont à nouveau imprimé leur marque samedi soir, dès la première occasion offerte !

Difficile de croire qu’à seize ans il était bien le doyen de son espèce lorsque sa cavalière, qui avait le handicap d’ouvrir le score dans ce barrage à sept, lui demanda l’effort final ! Virages au cordeau,trajectoires parfaites, sauts assurés le fils de Le Tôt de Sémilly en mettait plein la vue à ses poursuivants (40’99) ! Un a un, aussi gonflés qu’ils pussent apparaître, ils allaient finalement s’incliner devant ce qu’il convient bien de considérer comme un couple extraordinaire… Et pourtant Marco Kutscher et le solide Cornet Obolenski (41’24), Pius Schwizzer et Verdi III (41’32), Billy Twomey et Tinka’s Serenade (41’44) ou Maikel van der Vleuten (42’00) qui, sans faute, s’inscrivirent dans cet ordre à sa suite, n’ont pas la réputation d’amuser la galerie… C’est ainsi : le petit alezan est aussi épatant que sa cavalière !

On précisera ici que, dans le lot des prétendants, ne figurait pas un seul des sept cavaliers français engagés. On les retrouvera,pour les meilleurs (Olivier Guillon et Lord de Theize et Roger Yves Bost avec Idéal de la Loge), groupés après la douzième place occupée par Simon Delestre, rescapé de la première manche, avec Valentino Velvet. Une belle performance pour l’intéressé dont l’étalon (Indoctro) affichait assurément le moins d’expérience à ce niveau. Quatorzième Olivier Guillon avait lui assuré un joli sans faute dans la première manche. Moyennant quoi la faute accusée dans la seconde lui a coûté cher. Comme pour Roger Yves Bost et Idéal de la Loge qui manquait peut être un peu de compétition.

Pour les autres, l’essentiel des 43 engagés,  la première manche avait sonné le glas des ambitions.

Nayana sans reproche

En cause, notamment, la dernière ligne du parcours initial imaginé par Uliano Vezzani, composée d’un oxer sur bidet puis d’un vertical sur bidet, le tout dos au paddock… Une bonne douzaine de fautes au moins sur l’oxer N°12, dont pour la France celle de Pénélope Leprévost et Nayana, par ailleurs sans reproche, ce qui dut ajouter à la déception de la cavalière et de ses propriétaires qui avait fait le déplacement. Michel Robert achoppa aussi sur ce maudit oxer avec Nénuphar Jac, mais l’entier gris ne faisait alors qu’aggraver le score que lui valaient deux fautes systématiquement commises dans les combinaisons (entrée du double en début de parcours, milieu du triple)… Selon l’intéressé « une mauvaise détente. J’aurais finalement dû le monter dans l’épreuve d’hier » !

Une difficulté évidente cette dernière ligne et c’est ce qui a probablement agacé Simon Delestre qui s’en soucia comme d’une guigne avec Valentino Velvet, lequel en revanche fut l’un des rares à malmener l’oxer N° 11 qui la précédait ! Consolation toutefois, on l’a vu, son parcours, parmi les plus rapides (derrière celui de Denis Lynch) lui permettait de terminer pile au 18 ème rang et de repartir pour la seconde manche. Kevin Staut piégé lui aussi sur l’entrée du premier double, puis sur la palanque N°9, alors qu’il se jouait également de la ligne finale avec Le Prestige St Loïs de Hus ne gardera pas un souvenir impérissable de cette première étape du GCT 2012. Philippe Rozier (Randgraaf) pour sa part déclarait forfait à la dernière minute « le cheval m’a fait deux dérobades au paddock, je ne le sentais pas bien… Ça fait trois ans qu’il est sur la brèche, je pense qu’il a besoin de repos ».   

Commentaires


François L | 08/04/2012 12:33
Itôt prend 16 ans cette année, non ?