Grand Prix Véolia, Lagon de l’Abbaye et Eric Levallois l’emportent
samedi 28 juin 2008

fontainebleau8- levallois- lagon
Eric Levallois et Lagon de l'Abbaye Ph: Béatrice Fletcher

Ils étaient 17 à disputer le barrage de ce Grand Prix Véolia à 1,40m sur les 52 engagés de départ “un nombre de barragistes étonnament élevé par rapport au sentiment que nous avions à la reconnaissance mais significatif d’un plateau de cavaliers élevé” remarquait Erwan Auffret.

On aurait même pu croire que le tour était trop facile puisque parmi les 15 premiers concurrents, 10 devaient boucler le tour sans pénalités. Seuls cinq des barragistes bouclent le second tour sans pénalités, dont Alexandre Cecille (Le Top du Moulin), qui termine en 5ème position avec un temps de 43”98, derrière Régis Villain et son fils de Diamant de Semilly Monark, sans faute également en un temps de 41”78. Jérôme Hurel, en selle sur Kho de Presle, monte sur la troisième marche du podium grâce à un parcours très rythmé en 41”27. Premier à partir avec Lamm de Fétan, l’un de ses trois chevaux qualifiés pour le barrage, Timothée Anciaume met la barre très haute en bouclant un magnifique tour sans fautes dans un temps de 40”93. Il se présentait encore comme un sérieux candidat à la victoire jusqu’à quelques minutes de la fin, lorsque Eric Levallois, associé au splendide Lagon de L’Abbaye, également fils de Diamant de Semilly, fit son entrée et boucla le tour en 40”93, empochant une victoire largement méritée. “C’est toujours un plaisir de monter sur le Grand Parquet. Je suis passé en neuvième position, ce qui m’a donné le temps de voir ce qui se passait. Je n’étais pas certain de pouvoir faire mieux que Timothée Anciaume car son cheval a une très grande action. Je suis parti assez confiant avec Lagon. J’ai serré le virage du 1 au 2, l’endroit où Timothée avait ouvert légèrement son tracé. Il s’est avéré que ces quarante secondes de gagnées ont pu faire la différence. Je suis très satisfait de mon cheval. Il saute mieux sur l’herbe que sur le sable. Il confirme à nouveau tout le bien que je pense de lui. Il évolue magnifiquement. Honnêtement, je suis incapable de dire aujourd’hui où il va s’arrêter de progresser.