Gregory Bodo : "Je pense bien sûr aux Jeux de Paris 2024"
jeudi 26 décembre 2019

Gregory Bodo
Après Lausanne, c'est sur la piste de Paris que Gregory Bodo a départagé les concurrents des Longines Masters © Jean-Louis Carli / Alea pour EEM

Révélation de la scène (très privée) des chefs de piste internationaux ces dernières années, Gregory Bodo continue son ascension et se voit attribuer le Level 4 FEI en saut d’obstacles, le plus haut grade possible.

Chef de piste level 2 en 2012, Gregory Bodo a gravi de manière constante et rapide les échelons : le chef de piste français bénéficiait en 2013 du level 3 et obtient le Level 4, Graal du chef de piste international, en cette fin d'année 2019. Avec ce grade, Gregory peut désormais officier sur les plus beaux championnats internationaux, comme les deux autres Français Frédéric Cottier et Serge Houtmann. Alors évidemment, les parcours des Jeux Olympiques de Paris 2024 sont déjà dans les esprits ! "Bien sûr je pense aux Jeux olympiques 2024 mais dans tous les cas, ma plus grande satisfaction serait que ce soit un Français qui officie car nous en avons les ressources", explique le Lorrain de 41 ans.

Pour accéder à ce grade si jeune, Gregory Bodo a pu compter sur son talent, sa compréhension des chevaux et sa remise en question permanente, mais également sur des organisateurs qui ont su lui faire confiance, à l'instar de Sylvie Robert, présidente de GL Events, organisateur d'Equita Lyon. "Obtenir aujourd’hui le Level 4 est une véritable reconnaissance de tout le milieu et de mes pairs. J’ai toujours été soutenu dans mon évolution par la FFE, Sophie Dubourg et les entraîneurs nationaux. Les organisateurs, notamment Sylvie Robert, ont également contribué à ma progression. J’ai eu beaucoup de chance d’être assistant sur de très beaux évènements depuis plusieurs années et j’ai même eu la chance d’officier sur le Championnat d’Europe jeunes à Fontainebleau en 2018", livre Gregory qui construisait sa première B1 (équivalentes au GP Pro 2 d'aujourd'hui) à 18 ans seulement. Cette année, les Français n'ont pas été les seuls à lui faire confiance : Christophe Ameeuw, à la tête du circuit des Longines Masters, lui confiait la conception des parcours de deux étapes (Lausanne et Paris). Des parcours régulièrement salués par les meilleurs cavaliers mondiaux !