Gregory Wathelet : "Eldorado n'a plus la petite étincelle"
lundi 03 juin 2019

Gregory Wathelet et Eldorado van het Vijerhof Aix la chapelle 2017
Gregory Wathelet et Eldorado van het Vijerhof à l'occasion de la Coupe des nations d'Aix-la-Chapelle en 2017 © Eric Knoll

Âgé de 15 ans, Elodrado van het Vijerhof se retire de la scène sportive après une participation aux Jeux équestres mondiaux de Caen et de belles performances au plus haut-niveau sous la selle du Belge Gregory Wathelet.

Si il a débuté sa carrière internationale sous la selle du Colombien Dayro Arroyave, avec lequel il terminait 55e des Jeux équestres mondiaux de Caen, Eldorado van het Vijerhof évoluait depuis 2015 sous la selle de Gregory Wathelet. C'est d'ailleurs le cavalier belge qui a annoncé la retraite sportive du fils de Thunder vd Zuuthoeve sur les réseaux sociaux. "Ce ne fut pas simple de prendre cette décision vu sa bonne forme physique. Mais il y a un temps pour tout. Ces derniers mois, il a montré que la petite étincelle n’était plus là. Et que lui demander de faire des grosses épreuves n’était plus ce qu’il avait encore envie de faire. Il était pour moi hors de question de le tirer en longueur et de le déclasser juste pour sauter quelques mois de plus", livre le cavalier qui a pu compter rapidement et en quasiment toutes situations sur Eldorado. Vainqueur du GP 5* des Longines Masters, 5e du GP 5* de Valkenswaard et classés dans de nombreuses épreuves intermédiaires, l'étalon a rapidement été un pilier dans le piquet de Gregory : "Il a vite été indispensable dans mon piquet vu sa faculté à s’adapter à n’importe quelle piste. Que ce soit Aix-la-Chapelle ou Monaco, il était présent. On n’oubliera aucune de ses victoires, en particulier dans les 5* avec en point d’orgue sa victoire dans le Grand Prix de Paris. Mais également ses parcours sans faute en Coupe des nations, que ce soit à Aix ou à Calgary."

Et si Gregory a pris la route pour St Gall le coeur un peu lourd après l'annonce de la retraite de son acolyte, en terres suisses, Iphigenia de Muze, classée à deux reprises sur des épreuves intermédiaires du CSIO 5*, a su lui redonner le sourire. Des performances que le cavaliers qualifient de "très prometteuses!"