JEM : Un saut en Normandie
samedi 02 octobre 2010

lexington-leprevost-mylord
Pénélope Leprevost et mylord Carthago HN © PSV Jean Morel

Arrivés depuis mercredi après-midi, l’équipe de France de saut d’obstacles prend ses marques dans le Kentucky Horse Park. Rencontre avec Laurent Elias, Kévin Staut, Pénélope Leprévost, Marie Pellegrin-Etter, Patrice Delaveau et Olivier Guillon entre cidre et Pont l’Evêque dans l’enclave normande du site !

Laurent Elias, sélectionneur national :« Notre premier soulagement a été de récupérer les chevaux sans incident.Nous avions pas mal d’appréhension de les abandonner pendant 48 heures au personnel américain à Cincinnati. Notre vétérinaire, Jérôme Thévenot, et la groom de Kévin (Séverine, ndla) avaient heureusement pu faire le voyage avec eux. Pendant cette quarantaine, ils ont seulement été baladés deux fois parjour en main dans un couloir sous tente. Du coup depuis leur arrivée sur lesite on recherche surtout de la décontraction aux trois allures. Ils n’ont vraiment recommencé à travailler qu’aujourd’hui. La préparation à Liège chez Henk Nooren a vraiment été à la carte, comme le sera le travail de chacun ici.Nous avons sauté trois fois de nuit en perspective de la deuxième manche par équipe en nocturne, tous les chevaux ont bien réagi. Effectivement, nous avons regardéde près les tracés de Conrad Homfeld. Sur les différents plans que nous avons étudiés, nous avons cru remarquer des lignes avec des distances un peu belles en abord et des contrats courts ensuite, des oxers assez larges. Les Américains ont l’habitude d’aller vite - cela devrait se retrouver dans les temps accordés- d’avoir des hauteurs et surtout des largeurs plus importantes que chez nous. »

KévinStaut : « Kraque Boom etSilvana ont bien sauté tous les deux pendant le stage. En accord avec Laurent,Henk (Nooren), Jérôme (Thévenot), et le sentiment des autres cavaliers…précisez bien, ça fait bon équipier (rires !), on a misé sur le pic deforme de Silvana. La préparation de Kraque n’avait pas été optimum dans la mesure où il n’a pas sauté à Madrid, mais il va très bien et fera le début de la Coupe du Monde à Oslo (15-17 octobre). Silvana avait enchainé les parcours entre Madrid et Gijon, arrivée en stage elle avait moins besoin de sauter. Ellea fait beaucoup de gymnastique chez Henk, et un enchainement de 12-13 obstacles le dernier jour où elle s’est très bien comportée. Depuis qu’elle est ici on lasort deux-trois fois par jour. Elle est toujours un peu inquiète, là elle commence juste à se relâcher. On essaie de monter vers 8 heures-8h30, ensuite les grooms les marchent en mains en fin de matinée. En fin d’après midi, onessaie d’être un peu dispo pour sortir du cadre et faire des visites extra-équestres.  A part Patrice ce sont nos premiers mondiaux pour tous,on est un peu comme des gamins, on découvre ! On a seulement la pression de faire le mieux possible. »

PénélopeLeprévost : « Mylord a bien voyagé, on le sort aussi deux fois par jour. Je sens bien mon cheval, ilest normal. Avec l’immensité du site et les autres disciplines on a vraiment l’impression d’un championnat. »

PatriceDelaveau : « Le voyage a été impeccable et je tiens à dire que ma jument a été la plus sage !(rires !) La perspective de laisser les chevaux enfermés trois jours après leur avoir demandé des efforts pendant le stage était un peu inquiétante, mais finalement on a été agréablement surpris de leur fraîcheur. Katchina va trèsbien, je la sors deux fois par jour. Les installations sont impeccables,tant les boxes que les aires de travail. »

OlivierGuillon : « Lord n’a pas sauté pendant six semaines car il a eu une grosse sciatique après Chantilly. Il a alterné longe et plat avant de reprendre à Gijon et Madrid. C’est un cheval assez inquiet sur les évènements, mais pour l’instant il est assez détendu.Chez Henk j’ai, comme chaque fois que j’y vais en stage, pas mal bossé avec son dresseur Barnabas. Et à chaque fois ça lui fait beaucoup de bien. Il a une locomotion particulière grâce à ses conseils le cheval se relâche beaucoup plus. Franchement, il faut souligner l’encadrement dont on bénéficie. Nous avions deux dresseurs, Henk, qui est l’un des meilleurs coachs au monde (celui de Marcus Ehning, notamment !), Laurent, le véto, peu d’équipe ont cette chance. »

MariePellegrin-Etter : « Admirable avait déjà pris l’avion deux fois pour aller à Doha et à Rio avec mon mari(Daniel Etter, membre de l’équipe Suisse), il s’adapte parfaitement. Je l’ai remonté très progressivement car il faut se méfier même s’il est parfois très frais en apparence. Je le monte deux fois et il est sorti deux fois en main.Je le prépare vraiment comme si j’allais rentrer en piste. Pour moi cette 5eplace c’est vraiment la cerise sur le gâteau. J’ai eu un bébé l’an dernier, mon cheval a progressé toute l’année sans pression, je suis ravie d’être là. Jevais profiter au maximum de cette expérience, essayer de ne déranger personne,et d’aider du mieux que je peux. »

Commentaires


CLAIRE F | 02/10/2010 11:39
pourquoi le titre "un saut en normandie"?