Jacques Bonnet, parfaite osmose
lundi 07 juillet 2008

sandillon 8- bonnet - gracieux
Jacques Bonnet et Gracieux Ardent Ph: Catherine Roux

L’an passé, il terminait deuxième. Cette année alors que le CSI acquière une étoile, Jacques Bonnet place Gracieux Ardent en tête du Grand Prix 1,45m et glane la victoire avec Kedwige de Boisy dans les six barres. Fun le week-end à Sandillon !

De belles dotations, les échos d’une organisation nec plus ultra ont permis de garantir un plateau relevé dont un peloton de cavaliers étrangers. Pour le Grand Prix, on comptait quarante-deux concurrents. Ils étaient six à sortir idem d’un tour délicat tracé par Gérard Delporte qui avait semé des difficultés bien dosées et réparties en tous points. Cavaliers de métiers et valeur montante étaient alors confrontées, mais deux seulement s’en sortent sans pénalité. Pauline Guignery et Vinca Major V Vlieringen assurent une excellente prestation, mais Jacques Bonnet en compagnie de Gracieux Ardent grignote le chrono en 34,84. De leurs côtés, Kevin Staut (Castronom), Xavier Vaucher (Haram d’Auvers), Jérome Vincent (Kundun II) sont pénalisés d’une faute. C’est Philippe Rozier qui épingle le meilleur chrono et accède à la troisième place. Jacques Bonnet confirmait sa satisfaction : « Gracieux est ici un peu en dessous de ses prestations habituelles, mais il a de temps à autre besoin de recouvrer le moral et assurer les réglages. Ces diversions permettent de ne pas être dans le rouge » ! Il a fabriqué son cheval depuis ses débuts. « J’apprécie beaucoup et c’est important dans ma façon de travailler de suivre de la carrière complète de mon piquet. Je voudrais faire de même avec tous ».

Le samedi soir, dans l’épreuve des six barres, ils sont huit encore en piste à 1,80m puis six qui fleurtent avec 1,90m. Au quatrième et dernier barrage à 2m, Jacques Bonnet s’impose avec une barre tombée en compagnie de Kedwige de Boisy. Il devance Mathieu Billot et Captain Future 6 qui faute sur les deux derniers obstacles. Le CSI de Sandillon est devenu avec l’appui du Conseil Général et à l’instigation de Pierre Defrance qui organise des concours ici même depuis 1996, le « Jumping International du Loiret ». Pour la majorité des cavaliers, les prestations sont satisfaisantes. « Quelques points de détail sont à optimiser » avouait Pierre qui apprécie la confiance accordée par les institutions. « Mais, même Sandillon ne sait pas fait en un jour… Nous allons peaufiner pour l’an prochain ! » Dans quelques semaines, c’est le CCI international qui prend le relais, un registre que Pierre et son équipe connaissent sur le bout des doigts.