Joffrey Buard : « J'espère un jour avoir un bon cheval et pouvoir le garder »
mercredi 02 septembre 2020

Joffrey Buard et Kira M et M
Joffrey Buard et Kira M et M à Saint Gély du Fesc © Photographes and Co

Le cavalier de Creissan, installé depuis le printemps au Domaine de Gonet (Nîmes, Bellegarde) a refait son piquet de chevaux de tête. Après avoir remporté le Grand Prix Pro1 à Meyreuil, il s'imposait le 30 août dans celui de Saint Gély du Fesc sur Kira M et M. Il espère retrouver le niveau atteint avec Uncle AD W Z l’année dernière, et être sélectionné pour participer à de beaux concours.

Joffrey, vous avez 26 ans, depuis quand pratiquez-vous l’équitation ?

J'ai débuté à 4 ans, à Creissan Équitation, le centre équestre de mes parents à coté de Béziers, puis je suis passé par les circuits Club et Amateur. Au départ je faisais surtout du horse ball. Il y a plusieurs équipes dans le club dont une de niveau Pro dans laquelle joue mon frère, Guillaume. Ils étaient qualifiés pour la finale de la Coupe de France 2020, mais avec le confinement tout est à refaire. Vers 18 ans, je me suis lancé à fonds dans le CSO tout en poursuivant mes études jusqu'au bac. J'ai ensuite passé le BP JEPS au CREPS de Montpellier et j'ai enseigné. Comme beaucoup j'ai commencé en donnant des cours aux tout petits sur les shetlands.

Ces derniers temps, vous avez dû faire face à de nombreux changements. Désormais, vous êtes autonome, n’est-ce pas ?

J'ai déménagé pendant le confinement pour reprendre les installations de Thibault Lavrevaz à Bellegarde (Nîmes, 30) au Domaine de Gonet où je dispose d'une vingtaine de boxes, et il y a eu du renouvellement au niveau de mes chevaux. J'ai vendu Uncle AD W Z, le cheval qui a tout déclenché. J'ai débuté avec lui sur des épreuves à 1,30m pour finir classé sur des épreuves 1,55m dans les CSI 3*. En 2019 j'ai aussi vendu Valentino, Winnie The Pooh et Boleybawn Rolo. Depuis un an, je peux compter sur Cormano d'Henvet (2ème dans la 1,35m de samedi dernier, ndlr) et depuis quelques mois sur Kira M et M, qui appartient à la famille Bonnaterre. Elle a classé les six dernières épreuves 1,40m que nous avons courues dont deux qu'elle a gagnées ! Il y a aussi les jeunes qui arrivent derrière. 

Comment envisagez-vous les années à venir ?

J'aimerais bien retrouver ce que je faisais avec Uncle. Pour l'instant, je dois tout faire : du concours, du commerce, des stages, du coaching, des pensions, travailler les chevaux...  En espérant un jour arriver à avoir un bon cheval et la possibilité de le garder. J'aimerais bien sûr pouvoir faire de beaux concours mais c'est de plus en plus difficile. Je suis engagé pour Fontainebleau et j'ai fait aussi une demande pour l'Hubside de Saint Tropez. C'est dommage que peu de cavaliers locaux soient retenus sur ce concours, considéré comme le plus beau de la région mais un peu inaccessible.