Karl de Lusse et Bosty l’emportent à Palaiseau
lundi 26 mai 2008

palaiseau8-bost-karl
Roger-Yves Bost et Karl de Lusse - Ph. B. Fletcher

Onze des 47 couples engagés dans le Grand Prix du Jumping annuel de l’Ecole Polytechnique disputérent le barrage.

Philippe Rozier et Roger Yves Bost, interrogés par le speaker avant le départ de l’épreuve, ne s’y étaient pas trompés. Ce tour à 1,45m, “bien dosé” par le chef de piste Jean François Gourdin, “ne présente pas de difficulté majeure, sinon que les trois derniers obstacles risquent d’engendrer des fautes en raison de la fatigue.” En effet, un tiers des cavaliers restent à la porte du barrage pour une “petite faute” commise sur la dernière tranche du parcours, et notamment sur le dernier oxer.

C’est Bruno Selva et son Le Tot de Semilly, Giotto II HN qui ouvrent la liste des barragistes. Suivront avec beaucoup d’aisance et de fluidité Frédéric Alvès et sa jument Iotanne de l’Aurais, le belge Gilles Botton (Iqbal des Hayettes), ainsi que José Nicolas et son puissant Doris des Halles, ce fils de Type d’Elle qu’il a “racheté aux Haras Nationaux lors d’une vente aux enchères en 2007 après l’avoir monté pendant dix ans avec grand plaisir”. Maniable, attentive et régulière, Roosje montée par Clara Darty boucle elle aussi un beau sans faute, suivi immédiatement de celui de Bosty, qui avait fait le choix d’assurer, laissant habilement à Karl de Lusse (Apache d’Adriers), le temps de décomposer ses sauts tout en restant dans les 93” du temps imparti. Le jeune Prince saoudien Faysal Alshalan, auteur d’une très belle performance avec Torax Van’t Eixhof, signe lui aussi un sans faute mérité. Pas de pénalité non plus pour Thibault Hutin, et sa jument de neuf ans aux très gros moyens, Sanne R, ni pour Alexis Gautier, auteur d’une démonstration dans un train de barrage avec Joyau d’Elle. Dernier à partir au premier tour, l’entier de Walter Lapertot, Wodan (Darco) s’inscrit avec beaucoup d’aisance sur la liste des barragistes grâce à une très confortable marge sur la hauteur.

Au barrage, Bruno Selva fait une malencontreuse erreur en oubliant la barre de Spa, Hubert Pignolet fait une faute sur ce même No 6, où Gilles Boton est quant à lui victime d’un refus. Frédéric Alvès est sans faute en 43”23, devancé peu après par José Nicolas en 41”64. Quand Roger Yves Bost, septième des prétendants à la victoire prend le départ, c’est le temps à battre. Malgré un petit frisson sur le second élément du double, il s’impose avec maestria en un temps de 40”08 qu’Alexis Gautier aurait battu d’une seconde sans sa faute. Walter Lapertot avec ses 41”85, termine à la troisième place derrière José Nicolas. Le jeune Prince Faysal, d’ores et déjà sélectionné pour les Jeux de Hong Kong avec une autre monture, se classe cinquième derrière Frédéric Alvès. Avec un point de pénalité de temps, Gaétan de Croix se classe in extremis onzième avec un impressionnant gris de sept ans, Belitis de la Demi Lune.