Kent Farrington sans égal dans la finale du Top 10
vendredi 13 décembre 2019

Kent Farrington et Austria Finale Top 10 Genève
Kent Farrington et Austria Finale Top 10 Genève © Scoopdyga

Ce n'est pas la jeunesse et l'inexpérience de sa monture, Austria 2, qui allait empêcher Kent Farrington de remporter sa deuxième finale du Top 10. L'Américain a encore signé un parcours supersonique dont lui seul a le secret pour priver Darragh Kenny d'un coup de maître.

L'International Jumping Riders Club (IJRC) réunit tous les ans depuis 2001 les dix meilleurs cavaliers du monde pour une finale en deux manches, toujours haute en couleur. L'édition 2019 n'a pas dérogé à la règle et si la majeure partie des chevaux de tête ont été laissés au repos avant le Grand Prix dominical, ils ont été remplacés par de plus jeunes, tout aussi prometteurs. Finalement, les plus âgés ont bien été les moins bien lotis. Toveks Mary Lou et H&M All In, les montures respectives de Henrik von Eckermann et Peder Fredricson qui figuraient parmi les doyens de l'épreuves avec Espoir, le cheval de Pieter Devos, ont tous deux jeté l'éponge après la première manche. 

Il faut dire que le premier parcours était particulièrement gros, il n'y a eu que trois sans-faute. La deuxième manche était plus simple mais demandait bien plus de vitesse.  Christian Ahlmann avait mis la pression sur ses concurrents en ne renversant pas une barre des deux tours, dommage qu'il ait écopé d'un point de temps en première manche avec Clintrexo Z, son complice des Européens de Rotterdam. "Mon cheval a fait un bon travail ce soir, il s'est vraiment donné. En première manche j'ai vu Kent rentrer très facilement dans le temps, je ne me suis donc pas méfié est j'ai pris un point de temps. J'ai ensuite eu un peu de chance en deuxième manche", analysait l'Allemand. Si son étalon gris a effleuré quelques barres, notamment la fautive entrée de double qui a coûté cher à Steve Guerdat en seconde manche, les barres sont bel et bien restées sur les taquets.

Pour l'emporter, il n'y avait pas de choix, il fallait être double sans-faute, c'est ce qu'a fait Darragh Kenny quelques secondes plus tard en selle sur Romeo 88. Coup de chapeau à l'Irlandais qui prenait part à sa toute première finale du Top 10. "C'est assez génial, cette épreuve regroupe les meilleurs cavaliers au monde, je l'ai regardée pendant des années avant d'y participer. J'espère voir été assez vite mais ce ne sera probablement pas le cas", soufflait-il à peine descendu de cheval. Il n'avait pas tort puisqu'il restait encore la fusée américaine à passer, Kent Farrington. Cette fois-ci, le cavalier misait non pas sur Gazelle ou sur Creedance mais sur Austria 2, une fille de Casall âgée de onze ans qu'il monte depuis quelques mois seulement. "Ses propriétaires sont des voisins en Floride. Je leur ai demandé s'ils ne voulaient pas m'en faire cadeau pour Noël l'année passée, je ne l'ai finalement récupérée en avril (rires)", racontait Kent. Cette petite jument lui sied en tout cas à merveille. Ce soir, il a signé le meilleur chronomètre sans faire tomber la moindre barre, il remporte donc cette finale du Top 10. "Austria est fantastique, elle a tout donné ce soir pour sa première épreuve de ce calibre", concluait l'Américain. Déjà vainqueur du Trophée de Genève hier avec Creedance, Kent  Farrington réussira-t-il la passe de trois dans le Grand Prix dimanche ? 

Les résultats : ICI.