L'ACSOF s'exprime au sujet de Lamm de Fétan
mercredi 09 juin 2010

valence10-anciaume-lamm
Timothée Anciaume et Lamm de Fétan - Ph. www.oxersport.com

A quelques heures des premières épreuves du CSI5* du GCT de Cannes, les cavaliers de saut d'obstacles ne peuvent qu'exprimer leur
consternation au vu de la tournure prise par les évènements relatifs à la participation de Lamm de Fétan !

Nous ne comprenons pas, que l'on se prive, pour des raisons que nous savons tous extra-sportives ; en vue des grandes échéancesmondiales, Super League, GCT, Jeux équestres Mondiaux, de l'un des meilleurs chevaux du Monde, l'un des meilleurs représentants du Cheval de Selle Français, que tous les grands cavaliers de laplanète aimeraient avoir dans leurs Écuries. A un moment oùl'équipe de France va de succès en succès, il s'agit d'un péchéd'orgueil qui ne doit pas nous faire oublier les périodes de vachesmaigres pas si lointaines que cela.

Nous sommes révoltés du peu de cas qui est fait de la carrière etde la vie professionnelle de l'un des nôtres , Timothée Anciaume,cavalier de talent, travailleur irréprochable qui s'est hissé, avecle soutien de ses propriétaires, dans les trente meilleurs mondiaux,synonyme de qualification automatique dans tous les grands CSI ; Ilest aujourd'hui dans l'impossibilité de défendre sportivement sonrang et plus prosaïquement d'exercer son métier, parce qu'on luidénie le droit de disposer de sa meilleure monture et qu'il ne luireste alors que des chevaux manquant encore de maturité.

Nous sommes inquiets pour l'ensemble des Cavaliers car ce qui arrive à Timothée peut demain arriver à chacun d'entre nous. Desconsidérations extra sportives pourraient priver tout cavalier dehaut niveau de son piquet de tête dès lors qu'il n'aurait pas "lebon propriétaire" ou "le bon comportement" sans parler du "bonesprit" ou dès lors qu'il serait pris en otage dans des querelles quile dépassent. Se maintenir dans le haut niveau, plus encore dans les trente premiers mondiaux requiert une harmonie parfaite dans lefonctionnement des écuries et nécessite de disposer des meilleurschevaux en quantité suffisante pour suivre le rythme de lacompétition moderne.

Notre sport se pratique à deux athlètes, l'athlète cheval n'étantpas le moindre et si la mère des chevaux n'est pas morte, les chevaux de haut niveau, sans parler du très haut niveau, sont extrêmement rares et donc extrêmement chers. Les évènements récents ne sont pas de nature à attirer de nouveaux investisseurs prêts à soutenir le renouvellement inévitable et permanent des écuries des cavaliers français.

L'ACSOF