L'appel de Georges Morris rejeté
mercredi 20 novembre 2019

Georges Morris
Georges Morris © Scoopdyga

Suspendu en août par SafeSport et la fédération équestre des Etats-Unis pour "comportement sexuel répréhensible impliquant un mineur", Georges Morris avait fait appel de cette décision. L'organisme d’investigation indépendant, chargé de lutter contre les violences et les abus sexuels dans les sports olympiques, a confirmé bannir à vie l'Américain des sports équestres.

George Morris, médaillé d’argent des Jeux Olympiques de 1960, figure marquante du 21e siècle des sports équestres, a été banni de ce sport à vie à la suite d'allégations de comportement sexuel répréhensible impliquant un mineur. Ces accusations, qui découlent d'actes qui auraient eu lieu entre 1960 et 1970, ont été étudiées par Safe Sport, un organisme d'investigation indépendant, chargé de lutter contre les violences et les abus sexuels dans les sports olympiques. Cette enquête a mené à la suspension à vie de l'ancien cavalier et entraineur, qui avait fait appel. "J’ai dédié toute ma vie au sport équestre et au développement de futurs cavaliers, coachs et athlètes olympiques. Toute allégation suggérant que j’aie pu agir de quelconque façon nocive contre tout individu, la communauté équestre dans son ensemble, et le sport que j’aime, est fausse et blessante", avait-il alors déclaré (lire ICI). Safe Sport a rendu public mardi la décision en appel : Georges Morris est banni à vis des sports équestres.  

"Une enquête qui garantit l'équité"

"Peu importe leur importance dans leur sport ou les années écoulées depuis les allégations, personne n'est au-dessus de la responsabilité", a déclaré Ju'Riese Colon, directeur général de SafeSport au média américain Fox News. "Les athlètes doivent être habilités à défendre ce qui est juste et à dénoncer ce qu'ils savent être faux."

"Le processus est exhaustif et comprend de nombreuses dispositions visant à garantir l'équité, de sorte que les demandeurs et les parties interrogées aient amplement l'occasion de s'exprimer, de présenter des preuves, de rechercher un conseil et d'être entendus par un autre organe indépendant", assure Ju'Riese. 

Georges Morris ne s'est pas exprimé sur cette décision.