L'ascension éclair d'une superstar : Explosion W (partie 2)
mercredi 08 janvier 2020

Ben Maher et Explosion W
Ben Maher et Explosion W © Eric Knoll

En deux ans, Explosion W s'est imposé sous la selle de Ben Maher comme l'un des meilleurs chevaux de la planète. Que ce soit à Doha, New-York, Madrid, Aix-la-Chapelle, la régularité de ce grand alezan au style parfois atypique n'a cessé d'impressionner. L'Eperon a retracé son portrait à travers les mots de son éleveur Willy Wijnen et de son cavalier.

Dans une première partie, Willy Wijnen retrace les moments qui ont mené à la naissance d'Explosion. Ici, il raconte les prémices de sa carrière sportive et sa rencontre avec Ben Maher. 

Explosion et Ben Maher, la rencontre qui matche

Explosion grandit chez son éleveur Willy Wijnen jusqu'à l'âge de sept ans. En concours il est monté par sa voisine Marielle de Veer. "A ses débuts il n'était pas si facile, tout comme sa mère", se souvient Willy. Pourtant, le grand alezan se fait remarquer et attire rapidement les convoitises. "Avec Marielle, il sautait des épreuves à 1,30 et 1,35m. Ils ont réalisé 25 double sans-faute environ. Il a toujours été extrêmement respectueux. Après ces bons résultats, beaucoup de gens m'ont approché", raconte le Néerlandais. Willy dit avoir reçu 150 appels pour le cheval provenant parfois de grands noms tels que Maikel van der Vleuten, Franke Shlootaak ou Jos Lansink mais l'éleveur s'est attaché à trouver le cavalier idéal pour Explosion et ce fut Ben Maher. "Il est venu l'essayer aux écuries. D'abord, Marielle l'a monté et quand ca a été au tour de Ben, Explosion est devenu un cheval complètement différent." Le Britannique se souvient de ce premier contact : "C'est l'un de mes amis qui m'a parlé de lui. A cet âge, on ne sait jamais s'ils sont vraiment bons mais il montrait déjà beaucoup de qualité et répondait bien à ce qu'on lui demandait. Il y avait un autre cavalier avec nous. Je me souviens qu'à un moment, il a sollicité une distance un peu incongrue mais il a tout de même répondu présent." Le marché est conclu et c'est l'écurie Poden Farms, sponsor principal de Ben, qui en fait l'acquisition au cours de l'année 2016.

"J'ai su qu'il répondrait présent en toutes circonstances"

Dans un premier temps, Explosion est monté par les autres cavaliers de Poden Farms et en particulier par Emily Mason. Début 2018, Ben en reprend les rênes et les résultats ne tardent pas : ils se classent deuxièmes de leur premier Grand Prix 5* à Shanghai. Le Global Champions Tour s'est alors révélé être leur terrain de jeu préféré. Cette saison là, il remporteront trois étapes : Madrid, Rome et la finale de Doha. "Dans toute relation entre un cheval et son cavalier je pense qu'il y a des moments déterminants, Madrid a été de ceux là. Au barrage, j'avais décidé de retirer une ou deux foulées pour aller sur le dernier obstacle. Il a senti ce que je voulais lui demander, je l'ai senti retenir son souffle. Il aurait pu refuser mais il l'a parfaitement sauté. En passant la ligne d'arrivée j'ai ressenti une joie indescriptible. A ce moment-là, j'ai su qu'il répondrait présent en toutes circonstances, quelle que soit la piste", racontait Ben. Depuis, l'alezan n'a pas fait mentir son cavalier. En 2019, il a remporté à nouveau trois étapes du GCT à Londres, Rome et New York en l'espace de deux mois. Entre temps, il était aussi troisième du mythique Grand Prix d'Aix-la-Chapelle et médaillé d'argent en individuel aux championnats d'Europe de Rotterdam après avoir largement contribué à la qualification olympique de la Grande-Bretagne, quatrième par équipe. Cette année remarquable s'est conclue par une victoire dans le très lucratif Super Grand Prix de Prague. Au total, le cheval a rapporté pas moins de 1 218 243€ de gains cette saison. Rares sont les concours où il ne rentre pas avec un flot. "Au vu de ses origines et de sa taille, on pourrait le penser lent mais ce n'est pas le cas. Il ne saute pas de manière classique. Quand il est en difficulté, il est capable de se plier pour se donner davantage de place et ne pas toucher les barres", explique son cavalier. 

Cap sur Tokyo

Après ces résultats tout bonnement exceptionnels pour un cheval de dix ans, les proposition d'achat ont afflué. Soucieux de voir son protégé poursuivre sa carrière sous la selle de Ben, Neil Moffitt, propriétaire de Poden Farms, a cédé ses parts à Pamela Wright et Charlotte Rossetter fin novembre (lire ici). L'objectif cette année reste le même : les Jeux Olympiques de Tokyo pour lesquels le couple sera certainement l'un des grands favoris. Ben a déjà connu le sacre suprême par équipe à Londres, pourquoi ne pas briguer l'or en individuel cette fois-ci ? Quoiqu'il advienne d'ici là, Explosion aura de toute façon marqué la carrière de son cavalier. "Il est le cheval de concours parfait, il est presque une machine. Il sait quand les enjeux sont importants et ce qu'il doit faire à ce moment là. Il est juste devenu la star qu'il était. Il était fait pour cela je suppose" confiait simplement Ben.