La France a encore brillé sous le soleil de Comporta
lundi 24 mars 2008

comporta8-broucqsault-walkabout
Bruno Broucqsault et Walkabout Wonderland - Ph. Jennifer Decamp

Jamais deux sans trois c’est sous cet adage que le couple Bruno Broucqsault et Walkabout Wonderland décidément très en forme au Portugal ont clôturé leur tournée.

Après une deuxième place le 1er week-end et une victoire le second, ils termineront encore second sur le dernier Grand Prix trois étoile de Comporta derrière l’Irlandais de 55 ans Harry Marshall et Audi’s Morningstar, une jument KWPN de 14 ans par Indorado qui était déjà 5e la semaine dernière. « Avec une telle régularité, là on ne peut pas dire que c’était un coup de chance ! » s’exclame Catherine Van den Abeele la propriétaire Belge des Wonderland. Cinq français sont dans les huit premiers, dont Michel Hécart, 3e avec Kenta du Penquer

Il y avait un grand ciel bleu à Comporta pour célébrer ce quatrième et dernier Grand Prix de l’Atlantic Tour. Le vent était plus doux que la veille ou il avait causé l’arrêt et le report de la dernière épreuve, mais la parfaite organisation avait su gérer ces intempéries sans problème. Parmi les 41 partants douze Français étaient prêts à en découdre avec le parcours monté par le fameux chef de piste allemand, Frank Rothenberger. Rivière, triple, vertical les Anglais décident de faire sept foulées quand les Brésiliens et les Français en feront huit.

« C’est un parcours très intéressant car il faut tout le temps prendre des décisions contrairement au Grand Prix de la semaine dernière ou il fallait tout le temps avancer. Il avait été construit par un Anglais, » explique Alexandre Sueur à pied cette fois ci car son cheval n’était pas en forme. Il n’était d’ailleurs pas le seul, car après un mois d’épreuves, la fatigue se faisait ressentir chez certains chevaux comme Fastourel du Cap qui, après avoir remporté le 1er Grand Prix, fait trois fautes. Pénélope Leprévost, victorieuse de la 1m35 avec Karatina et 3e la veille avec Jubilée d’Ouilly dans une 1m45, préfère abandonner comme Olivier Guillon (Lord des Hayettes) et Francisco Moura (le fils de l’organisateur montant Hurrycaine). Dix cavaliers se qualifient pour le barrage dont cinq Français. Le vétérinaire de Frédéric Busquet, Gaëtan Gaullier avec Hera de Sauge (Double Espoir) s’élance en premier et sort avec une faute et une 8e place.

Michel Hécart commence à connaître son nouveau cheval et avec ses grandes foulées réussit à sortir en 39,28 secondes. Une autre bonne surprise française arrive sur la piste, il s’agit d’Olivier Desutter avec sa jeune Aranka (Cruising). « Elle n’a que 8 ans et c’est son premier Grand Prix à ce niveau. Je suis déjà très satisfait de sa performance. Elle ne baisse pas de pied, elle a une forme extraordinaire, j’étais encore au classement ce matin. Elle a tellement progressé ce mois-ci que je voulais la tester dans le Grand Prix, mais après je vais la redescendre dans de plus petites épreuves, » indique Olivier avant le barrage. Aranka finira double sans faute et 5e devant Kentin de Moyon qui n’avait pas la même forme qu’elle. « Kentin a eu beaucoup de problème de déshydratation les deux premières semaines, nous allons l’examiner dés son retour car cela fait la 2e fois que ça lui arrive, » confirme Frédéric Busquet. Harry Marshall est le dernier à s’élancer et le fameux marchand de chevaux installé à côté de Belfast réussit à baisser de presque une seconde le chrono de Bruno, 38,35. « Ce parcours était assez classique et pas éprouvant pour les chevaux. Je suis très content des résultats de Walkabout, mais je ne suis pas surpris car je savais qu’elle commençait à bien tourner c’est pour cela que j’avais demandé Paris l’an dernier, » conclut Bruno qui se dépêche de vite ranger ses affaires pour reprendre l’avion afin de retrouver ses autres chevaux et son grand Nord neigeux. Le Brésilien Pedro Veniss et Un Blanc de Blancs qui feront partie de l’équipe pour les prochains J.O terminent 4e.

Tous les cavaliers sans aucune exception avaient le sourire et ne cessaient de faire des éloges sur cet agréable concours à taille humaine. « Je suis comme à la maison ici, c’est un vrai plaisir car nous avons tout pour travailler correctement et si quelque chose ne va pas on nous écoute et le lendemaincs’est réglé. De plus l’équipe organisatrice est vraiment très chaleureuse et accueillante, » confirme Michel Hécart qui avait emmené pour le mois 31 chevaux et qui reviendra l’an prochain.

« Je suis très content car nous avons fait de gros efforts pour écouter au maximum les cavaliers et nous sommes bien récompensés. Frank Rothenberger a même dit que la piste était la plus grande et la meilleure qui existe en Europe, » conclut Antonio Moura. Installés par l’entreprise allemande Otto, le paddock et la piste mesurant 129 x 91 ont coûté un demi-million d’euros car il y a en dessous un tapis en caoutchouc qui amortit à 40% les chocs. Antonio Moura était l’ancien organisateur de Vilamoura et d’Estoril. Il se tourne maintenant vers ce futur gros complexe équestre qui ouvrira les portes d’un centre équestre permanent en 2010. « Dans dix ans Comporta sera un pôle équestre d’hiver incontournable car des hôtels cinq étoiles vont se construire et il y a aura aussi trois golfs… » Nul doute que les Français trouvent leur bonheur dans ce futur mini Wellington européen. Cette année, 250 000 euros de dotation ont été offerts par huit sponsors.