La folle victoire de Maikel van der Vleuten dans le Grand prix 5* de Monaco
dimanche 30 juin 2019

Maikel van der Vleuten et Beauville Z, exécutant fièrement le traditionnel tour d'honneur des vainqueurs. © Stefano Grasso/LGCT

Associé à Beauville Z, un jeune cheval de tout juste neuf ans, Maikel van der Vleuten, a déjoué les pronostics en remportant au terme d'une finale à couper le souffle, le Grand prix du CSI 5* de Monaco, dixième étape du Global champions tour. Sous l'oeil du Rocher, le Néerlandais s'est payé le luxe de battre le surprenant Bassam Mohammed sur Gunder, dauphin de l'épreuve, ainsi que l'un couples les plus rapides de la planète, Julien Épaillard et son fidèle Usual Suspect d'Auge, troisièmes. Si la chaleur des derniers jours avait enfin fini par tomber sur le port d'Hercule, la bataille acharnée pour l'ultime victoire s'est chargée de réchauffer le sang du public monégasque.

Deuxième à prendre le départ du barrage, point d'orgue de la journée, Julien Épaillard fût encore à son meilleur sur l’aérodynamique Usual Suspect d’Auge. La paire, serrant ses courbes au maximum pour l'un, étendu sur la piste et chargeant les obstacles les oreilles en arrières pour l'autre, s'est non seulement offert le premier sans faute de ce barrage mais a surtout réalisé une performance époustouflante de vitesse en couvrant la distance et les huits efforts imposés en 33,52 secondes. Un chronomètre qui semblait inégalable. Le public monégasque et même l’organisateur du concours, le marchand de chevaux australien, Ian Tops y ont cru : « Après avoir vu Julien sauté, j'étais persuadé que l'on tenait notre vainqueur. J'ai été agréablement surpris que d'autres pilotes réussissent à le battre » a t’il avoué à l’issue de la remise des prix. Et pourtant ce fût fait, et ce par deux fois plutôt qu'une. 

Entre temps cependant, il faudra souligné les belles réalisations de l'Italienne Lucia Le Jeune Vizzini/Loro Piana Filou de Muse et Christian Kukuk/Limonchello NT pour l'Allemagne. Ces derniers, forts d’avoir vu les précédents concurrents fautés - l'ouvreur Paul Esterman avait enlevé la barre du vertical numéro 6 symbolisant le château princier, Olivier Robert, parti troisième avec Vangog du mas Garnier, s'était laissé piégé par l'obstacle numéro 3, premier vertical au sortir d'un virage à plus de 180 degrès tandis que le Belge Wilm Vermeir associé à Iq van het Steentje, avait laissé choir le dernier oxer - ont joué la carte de la sécurité pour obtenir un sans-faute et un un classement.  La stratégie aurait été payante s’il n’y avait pas eu, Bassam Mohammed. Tentant le tout pour le tout, le pilote Qatari a réussi à faire tourner quasiment sur place son pourtant très grand Gunder, dans les courbes entre l'oxer numéro 2 et le vertical numéro 3 ainsi que juste avant l’avant dernier vertical, arrachant des hoquets de surprise à la foule. La foulée du hongre bai brun de treize ans a fait le reste et la paire à surpasser Julien Épaillard et Usual Suspect d'Auge de quarante incroyables centièmes. L’exploit semblait déjà improbable alors on ne se serait pas douté qu’il pouvait être amélioré une deuxième fois. C'était sans compter sur Maikel van der Vleuten, qui la tête dans le guidon dès le premier obstacle, a poussé son jeune Beauville Z a fournir un effort prodigieux pour faire encore mieux que son prédecesseur sur la piste. 33,06 secondes c'est le temps qu'il aura fallut à la paire néerlandaise pour se défaire de toutes les difficultés du parcours, survoltant les spectateurs déjà galvanisés par les démonstrations du Français et du Qatari. 

Beauville a seulement neuf ans et a pris part à son tout premier Grand Prix à Madrid il y a quelques semaines. Il progresse mais pour être honnête, avant de venir, j’ai demandé à mon père s’il n’était pas trop tôt pour l’emmener ici comme cheval de tête. Je me suis dit « je vais commencer avec la GCL et puis pour le reste on verra bien ». Ce soir, mon père est allé regarder les passages des premiers concurrents au barrage et quand il est venu me voir, il m’a dit « je pense qu’il faut que tu oublies la victoire ce soir (rires,ndlr), si tu essaie de battre le temps de Julien tu vas commettre des fautes. Il vaut peut-être mieux que tu assures le sans faute et un bon classement », mais j’étais motivé à gagner aujourd’hui et au final, c’était le bon plan. Mon cheval a tendance à sauter un peu à gauche et dans ce barrage cela a peut-être été un avantage car j'ai ainsi pu serré d'avantage mes virages” s'est exprimé avec un demi-sourire le vainqueur lors de la conférence de presse. 

Avant dernier à partir, Henrik von Eckermann aurait pu prétendre à la victoire. En effet, le Suédois, pouvant compter sur la généreuse Toveks Mary lou, était encore parfaitement dans les clous jusqu’au dernier tournant. Voulant sans doute éviter de fauter sur l'ultime vertical, il a rétrogradé dans le dernier virage laissant filer de précieuses secondes (34,14 secondes) et une place sur le podium par la même occasion. Le public monégasque espérant encore une victoire française, a retenu une dernière fois son souffle pour le passage des très en forme Kevin Staut et son aérien fils de For Pleasure, For Joy van't Zorgvliet HDC, vainqueurs de la qualificative un peu plus tôt dans la soirée. Mais le sort fut scellé lorsque le couple a heurté le vertical numéro 3 puis l'avant dernier oxer, concédant huit points de pénalités pour un temps honorable de 34,02 secondes.

Tous les résultats ICI.