Le légendaire Hello Sanctos fera ses adieux à Genève
vendredi 29 novembre 2019

Scott Brash et Hello Sanctos
Scott Brash et Hello Sanctos © Scoopdyga

Un an après la mise à la retraite d'Ursula, c'est au tour d'un autre crack de Scott Brash, Hello Sanctos, de tirer sa révérence au CHI Genève, un endroit symbolique qui a été le théâtre de l'une de plus belles victoires.

Il a fait partie des chevaux qui ont marqué l'histoire des sports équestres en devenant le premier, et le seul jusqu'à présent, à remporter le Rolex Grand Slam. "Mon rêve était  d'être cavalier de saut d'obstacles. J'ai toujours rêvé d'avoir un cheval comme Baloubet du Rouet, Milton... Je n'aurais jamais pensé monter un jour l'un des meilleurs chevaux du monde mais c'est arrivé grâce à Sanctos. Il a gagné tellement de Grands Prix (treize au total, ndlr) !", confiait Scott. 

Sanctos van het Gravenhof est né en Belgique chez Willy Taets, du croisement entre Quasimodo vd Molendreef et Nasia van het Gravenhof par Nabab de Rêve. Il a débuté sa carrière de manière tout à fait ordinaire en courrant les Cycles classiques avant de passer sous la selle de Peter Wylde. Il est ensuite repéré par Aleksander Onyshchenko qui l'achète et le confie à Katharina OffelDavid Broome, un ancien champion du Monde qui était alors président de la British Show-jumping, repère alors Hello Sanctos sous la selle de la cavalière Ukraino-germanique depuis les tribunes d'Aix-la-Chapelle. Quelques mois plus tard, Scott Brash et Nick Skelton lui ont reparlé de ce cheval qu'ils avaient croisé au CSI-W de Toronto. "Nick m'avait alors téléphoné pour me parler de Scott, me disant qu'il lui fallait un crack pour les Jeux Olympiques et on pensait que Sanctos pouvait être celui là", expliquait David Broome dans les colonnes de l'Eperon avant de conclure, "comme Lord Harris et Lors Kirkham voulaient un cavalier aux JO, nous sommes partis voir Sanctos en Allemagne, Scott le chef d'équipe Rob Hoekstra et moi. Et Sanctos nous a beaucoup plu ! Il faut dire qu'il avait été bien dressé avec Peter Wylde d'abord puis Katharina."

Sanctos, alors âgé de dix ans, a été vendu pour plusieurs millions d'euros à Lord Harris et Lors Kirkham, qui sont depuis restés aux côtés de Scott. Cinq mois plus tard, le nouveau couple s'est retrouvé aux Jeux Olympiques de Londres où il a largement contribué à l'obtention de la médaille d'or par équipe -que la Grande Bretagne attendant depuis cinquante ans !

La belle histoire ne s'est pas arrêtée là. Le couple parcourt ensuite la planète et se classe dans bon nombre de Grands Prix. Entre temps il glane la médaille de bronze aux championnats d'Europe de Herning. Scott remporte deux fois le Global Champions Tour en 2013 et 2014, en partie grâce à l'extraordinaire régularité de Sanctos. L'année suivante, le couple est arrivé à son apogée et remporte le Rolex Grand Slam après avoir remporté consécutivement les Grands Prix de Genève, Aix-la-Chapelle et Calgary, les plus difficiles au monde ! "Nous avions une telle connexion sur la piste... J'anticipais le moindre de ses mouvements et au moindre de mes gestes, il savait ce que je voulais. Je crois sincèrement qu'il a été le meilleur cheval du monde", 

Depuis quatre ans, le bai n'a fait que de brèves apparitions en concours. A l'aube de ses dix-huit ans, il tirera finalement sa révérence d'ici quelques jours. Scott et ses propriétaires ont choisi le CHI de Genève - où il reste le seul cheval à avoir signé le doublé dans le Grand Prix et le Top 10 - pour lui permettre de faire un dernier tour de piste. "Ce concours représente beaucoup pour nous, c'est là où notre Grand Chelem a commencé", commentait Scott. Une cérémonie spéciale sera organisée le samedi 14 décembre.