Les Diables Rouges conquérants à Sopot
dimanche 16 juin 2019

L'équipe belge à Sopot
L'équipe belge à Sopot © FEI/Lucasz Kowalski

Il fallait être plutôt matinal pour regarder la Coupe des nations de Sopot, c'est peut-être ce qui a expliqué les tribunes clairsemées. Pour autant l'épreuve n'a pas manqué de saveur ! Après les victoires de la Suisse et de la France sur les deux premières étapes du circuit de première division européenne, ce fut au tour de la Belgique de s'imposer après un beau final au chronomètre contre l'Irlande.

Déjà deuxièmes de la Coupe des nations de La Baule le mois dernier, la Belgique était sur le papier l'une des favorites à Sopot. Les cavaliers mobilisés par Peter Weinderberg n'ont pas failli. Niels Bruynseels montait ici Delux van T&L. Cet hongre était déjà la belle révélation de la finale Coupe du monde de Göteborg en avril dernier et même s'il ne dispose que d'une expérience limitée sur les grosses pistes extérieures, il a montré ici force, amplitude et. respect. Pénalisé de quatre points en première manche, le couple a ensuite signé un bon  sans-faute. Discret mais néanmoins efficace, Yves Vanderhasselt a réalisé deux bons parcours à quatre points avec Jeunesse, une monture qu'il a formé lui-même. Son score a toutefois été effacé au profit des parcours impeccables de Pieter Devos en selle sur Apart et de Gudrun Patteet avec Sea Coast Valdelamadre Clooney. Ces deux double sans-faute ont permis à leur pays de conclure avec un total de quatre points, tout comme l'Irlande.

Les deux équipes ont donc barré pour la première place. Rodrigo Pessoa, le chef de l'équipe verte, avait choisi d'envoyer Paul O'Shea. Le cavalier a malheureusement laissé une barre à terre Skara Glen's Machu Picchu. Ne restait plus qu'à assurer le sans-faute pour Pieter Devos. Malgré un gros sursis sur l'entrée du dernier double, toutes les barres sont restées sur les taquets : la victoire était acquise aux Diables Rouges ! 

La France à une honorable 3e place 

La France termine troisième en manquant de peu une qualification pour le barrage. Au coude à coude avec l'Irlande et la Belgique après la première manche (lire ici), les tricolores n'avaient plus le droit à l'erreur dans la seconde, surtout après le forfait de Simon Delestre (lire ici). Les deux sans-faute de Olivier Robert et Roger-Yves Bost ont laissé filtrer un rayon d'espoir. Ne restait plus qu'à Alexis Deroubaix et Timon d'Aure à assurer le sans-faute mais le gris a malheureusement renversé l'ultime obstacle. "Je suis très content de mon cheval. Il a très bien sauté en première manche, je l'ai encore mieux senti dans la deuxième. Je me suis fait avoir sur le dernier obstacle : j'y suis allée en six foulées alors que j'aurais dû en rajouter une. C'était vraiment une petite faute. Timon était une fois plus très guerrier! C'est de bon augure pour la suite. Je le sens monter en puissance depuis quelques semaines", analysait Alexis. 

Malgré quelques ombres au tableau, la France peuvent tout de même s'estimer heureuse : Sangria du Coty semble revenir doucement mais sûrement au meilleur de sa forme, Tempo de Paban, qui court seulement ses premières grosses échéances extérieures, a réalisé une véritable démonstration tout au long du. week-end. La France s'est également qualifiée pour la finale Coupe des nations de Barcelone après sa victoire à Saint Gall et ses deux troisièmes places à La Baule et Sopot. Rappelons-le, la finale espagnole sera l'ultime chance de qualification pour les Jeux Olympiques en cas de raté aux Européens de Rotterdam. 

La véritable déception de la journée est venue des Pays-Bas. Après une première manche impeccable, les cavaliers de Rob Ehrens ont tous encaissé quatre points les reléguant à la cinquième place derrière l'Allemagne. Aujourd'hui, la Mannschaft a été brillamment emmenée par Daniel Deusser, double sans-faute avec Jasmien vd Bisschop. Déjà gagnante du Prix vendredi (lire ici), la jument grise courait là sa toute première Coupe des nations et confirme encore . 

Tous les résultats : ICI